Torquéole de Mandell

Arborophila mandellii - Chestnut-breasted Partridge

Systématique
  • Ordre
    :

    Galliformes

  • Famille
    :

    Phasianidés

  • Genre
    :

    Arborophila

  • Espèce
    :

    mandellii

Descripteur

Hume, 1874

Biométrie
  • Taille
    : 28 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 268 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les deux partenaires sont identiques, ils ont un bec noir, un iris brun ou brun-rougeâtre, une zone orbitale de peau nue et des pattes rouges. Le front, la calotte et la nuque sont brun rougeâtre, le sourcil gris se prolonge jusqu'à l'arrière du cou. La partie inférieure de la nuque et le manteau présentent une belle couleur châtain mouchetée de noir. Les lores, les couvertures auriculaires, les côtés du cou, le menton et la gorge affichent une teinte roux clair avec une nuance olive et des fines mouchetures noires sur les côtés du cou. D'étroites moustaches blanches bordent les couvertures auriculaires. La poitrine châtain foncé est séparée de la gorge châtain clair par un double collier blanc et noir. Le reste des parties inférieures est gris, s'éclairant et devenant presque blanchâtre dans la partie centrale du ventre. Les plumes des flancs possèdent une tache centrale blanche et une évidente bordure châtain. Les couvertures sous-caudales sont olive avec des points blancs et des mouchetures rousses. L'ensemble du dessus est brun-olive, finement barré de noir sur le dos et pointillé sur le croupion, le dessus de la queue et les scapulaires.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Chestnut-breasted Partridge,
  • Arborófila Pechirroja,
  • Perdiz-montesa-de-peito-castanho,
  • Rotbrust-Buschwachtel,
  • Roodborstbospatrijs,
  • Pernice pettocastano,
  • Sikkimsånghöna,
  • Bhutanhøne,
  • kurička hrdzavohrdlá,
  • koroptev kaštanovoprsá,
  • Sikkimskovhøne,
  • punarintapyy,
  • perdiu forestal pit-roja,
  • pstropiór rdzawoszyi,
  • bērkrūšu irbīte,
  • Красногрудая кустарниковая куропатка,
  • ムネアカミヤマテッケイ,
  • 红胸山鹧鸪,
  • 紅胸山鷓鴣,

Voix chant et cris

Habitat

La torquéole de Mandell fréquente les forêts d'arbres à feuilles persistantes (chênes, rhododendrons) dans les zones montagneuses et dans les collines, à des altitudes comprises entre 350 et 2450 mètres. Toutefois, les populations sont plus denses entre 900 et 1800 mètres. Elle montre une certaine préférence pour les vallées profondément ravinées situées à l'intérieur de forêts secondaires subtropicales humides, pourvues d'un sous-bois dense, de préférence en bambous, à proximité de cours d'eau. L'aire de distribution de la torquéole de Mandell se situe dans l'est de l'Himalaya. Elle part du Sikkim, traverse entièrement le Bhoutan et parvient dans l'Arunachal Pradesh, au nord de l'Inde, borde le sud-est du Tibet (Xizang) et atteint finalement la frontière occidentale du Myanmar (ancienne Birmanie).

Comportement traits de caractère

On a peu de renseignements sur le terrain, mais on présume que ses moeurs sont semblables à ceux de la Torquéole à collier qui possède un habitat assez similaire et dont l'aire de distribution est partiellement commune, notammant dans l'Arunachal Pradesh et au Bhoutan. Cet oiseau vit en compagnies de 5 à 10 individus, se nourrissant sur la litière de feuilles des sous-bois qui couvrent les versants parfois abrupts des ravins et des torrents. Dès qu'il est surpris ou dérangé, il a tendance à courir ou alors, il vole vers le sommet en alternant les petites courses et les battements d'ailes. Il manoeuvre avec une grande habileté entre les arbres pour aller se percher sur une branche feuillue ou se poser au sol. Une fois qu'elle a été délogée, la torquéole éprouve quelque difficulté à se réimplanter dans son habitat initial, ayant tendance à rester sous le couvert. Elle se perche dans les arbres, les oiseaux se blotissant les uns contre les autres à la manière des cratéropes. Le cri de la torquéole de Mandell est parfaitement identifié : il s'agit de 'priiit' réitéré et suivi rapidement par une série d'appels 'prr-prr-er-it' qui vont crescendo.

Alimentation mode et régime

Les torquéoles de Mandell ont un régime mixte . Ils se nourrissent surtout de graines et de baies, mais aussi d'insectes et de leurs larves ainsi que de petits escargots.

Reproduction nidification

Compte-tenu de la faible accessibilité de la région et de son environnement assez sauvage, on a peu de renseignements sur la nidification de cet oiseau. Les chercheurs ont cependant autentifié un nid de torquéole de Mandell à 2400 mètres d'altitudes dans le Sikkim, au début du mois de juin. Il contenait 4 oeufs et pouvait être décrit comme un petit coussin d'herbe situé sous un rocher à l'intérieur de la forêt. D'autres rapports font état de jeunes déjà bien développés au mois d'octobre et de poussins accompagnés par un adulte au mois d'août au Bhoutan.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 09/10/2005 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net