Toui de Deville

Brotogeris cyanoptera - Cobalt-winged Parakeet

Systématique
  • Ordre
    :

    Psittaciformes

  • Famille
    :

    Psittacidés

  • Genre
    :

    Brotogeris

  • Espèce
    :

    cyanoptera

Descripteur

Pelzeln, 1870

Biométrie
  • Taille
    : 20 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 67 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, le front et les lores sont jaunes. Le capuchon, les côtés du cou et la nuque sont vert bleuâtre. Les joues sont plus pâles et plus vert jaunâtre que la calotte. Le manteau, le dos et les scapulaires ont une couleur olive brunâtre. Le croupion et les sus-caudales sont verts. Les petites et les moyennes couvertures affichent de l'olive brunâtre, contrastant légèrement avec les grandes couvertures qui sont vertes. Les couvertures primaires sont bleu-violet. Les rémiges sont bleu-violet dessus, présentant de fines bordures vertes sur les vexilles extérieures des primaires. Le dessous des rémiges est bleu. Sur le dessous des ailes, les petites couvertures sont vertes et les grandes couvertures bleues. Il y a une tache orange sur le menton.
Le reste des parties inférieures est vert jaunâtre avec une vague teinte bleuâtre sur les côtés de la poitrine. Les rectrices centrales sont bleues mais les plumes latérales de la queue sont vertes avec du vert jaunâtre sur les filets intérieurs. Le dessous de la queue est vert jaunâtre.
Le bec est corne rosâtre, la cire blanche. La peau qui entoure l'œil est rose clair. Les iris sont brun sombre, les pattes roses.
Les 2 sexes sont identiques, encore que la femelle ait moins de jaune sur le front. Les immatures ont un front jaune plus terne et un bec plus foncé.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Brotogeris cyanoptera cyanoptera (se Colombia and s Venezuela to e Peru and wc Brazil)
  • Brotogeris cyanoptera gustavi (n Peru)
  • Brotogeris cyanoptera beniensis (n Bolivia)

Noms étrangers

  • Cobalt-winged Parakeet,
  • Catita Aliazul,
  • *Periquito-de-asa-azul,
  • Kobaltflügelsittich,
  • kékszárnyú tirika,
  • Kobaltvleugelparkiet,
  • Parrocchetto alicobalto,
  • Koboltvingad parakit,
  • Koboltvingeparakitt,
  • tirika modrokrídla,
  • papoušek kobaltový,
  • Smalnæbsparakit,
  • kobolttiaratti,
  • cotorreta d'ales cobalt,
  • stadniczka niebieskosterna,
  • Синекрылый тонкоклювый попугай,
  • アマゾンミドリインコ,
  • 绣眼蓝翅鹦哥,
  • 鈷翅鸚哥,

Voix chant et cris

Le cri est très grinçant, mais moins que celui du toui para (Brodogeris chrysoptera). Le répertoire comprend apparemment plus de cris gazouillants et d'humeur joyeuse, y compris un "splink splink" clair. Certaines phrases sont des combinaisons de notes rudes et de notes mélodieuses. La voix est dite semblable à celle du toui à front d'or.

Habitat

Les touis de Deville fréquentent les forêts pluviales tropicales de plaine, aussi bien les forêts de terre ferme que celles qui sont envahies par les crues saisonnières. Elles semblent toutefois marquer une légère préférence pour les premières. De manière générale, elles utilisent les endroits bien boisés dans les zones tropicales. Au Guyana et dans le sud-est de la Colombie, on peut les observer dans les savanes semi-ouvertes. Les touis de Deville traversent les clairières mais ne se perchent ou ne se nourrissent que très rarement à l'extérieur des forêts. Ces oiseaux vivent entre 100 et 180 m d'altitude au Venezuela et jusqu'à 600 m au pied des Andes en Colombie. Dans certaines régions du Pérou, elles sont présentes jusqu'à 1 050 et même exceptionnellement jusqu'à 1 350m de hauteur.

Comportement traits de caractère

Les touis de Deville ont un comportement qui est généralement assez similaire à celui du toui para. Pendant la reproduction, ils vivent en couple, aux autres périodes de l'année, on les trouve en bandes dynamiques de 5 à 30 individus, et parfois même en plus larges rassemblements. Ils se nourrissent au sommet des arbres ou à la lisière de la canopée de la forêt. Ils volent à une grande hauteur au-dessus de la canopée des plaines, criant ou bavardant constamment quand ils se déplacent. Les bandes ont des mouvements très coordonnés avec un vol très saccadé typique du genre Brotogeris. Elles descendent régulièrement sur les berges nues des rivières pour se désaltérer, mais comme elles sont facilement effrayées, elles jaillissent en produisant une gerbe de vert et de bleu.

Alimentation mode et régime

Apparemment, ces membres de la famille des psittacidés ont un menu végétarien, consommant des fruits et des fleurs de nombreuses espèces végétales. Ils sont très friands des chatons de cécropia. Leur régime est assez semblable à celui de leurs congénères.

Reproduction nidification

Les touis de Deville ont un mode de reproduction cavernicole. Ils nichent dans des cavités naturelles d'arbres ou ils creusent leur propre nid dans une termitière arboricole. Dans la partie occidentale de l'aire, la saison de nidification se déroule en juin et en juillet. En captivité, la ponte comprend 5 œufs qui éclosent au bout de 24 jours. Pas d'autres informations disponibles.

Distribution

Les touis de Deville sont originaires du nord-ouest de l'Amérique du Sud. Leur aire de distribution part du cours supérieur de l'Orénoque, se poursuit dans le nord-ouest du Brésil le long du Rio Négro, du Rio Purus et du Rio Juruà. Ils occupent également les parties orientales de la Colombie, de l'Équateur du Pérou et le nord-est de la Bolivie jusqu'aux provinces de Cochabamba et de Beni. 3 sous-espèces sont officiellement reconnues : B. c. cyanoptera, la race nominale (cours supérieur de l'Orénoque et bassin de l'Amazone jusqu'au nord de la Bolivie) - B. c. gustavi (vallée supérieure de l'Huallaga au Pérou) - B. c. beniensis (nord de la Bolivie).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est même considérée comme commune sur l'ensemble de son territoire. Apparemment, elle n'est pas très prisée par les amateurs de cages et de volières et elle est plutôt rare en captivité. Dans une réserve naturelle du Pérou, la densité est estimée à 16 couples par kilomètre carré.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 08/08/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net