Troglodyte à bec court

Cistothorus platensis - Grass Wren

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Troglodytidés

  • Genre
    :

    Cistothorus

  • Espèce
    :

    platensis

Descripteur

Latham, 1790

Biométrie
  • Taille
    : 12 cm
  • Envergure
    : 13 à 15 cm.
  • Poids
    : 9 g
Longévité

5 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

A une exception près, celle de notre Troglodyte mignon Troglodytes troglodytes, les Troglodytidés sont endémiques du continent américain. Ce sont des passereaux insectivores de petite taille. Leur plumage, dans des tons de gris et de brun, est discret. Ils possèdent un bec long et fin, et souve... lire la suite

Description identification

Chez la race nominale, le sourcil est chamois brillant, le capuchon est brun, les épaules et le dos noirs affichent des stries chamois clair. Le croupion et les sus-caudales sont chamois-brun avec des stries réduites. Les couvertures sus-alaires sont chamois-brun, avec quelques stries chamois. Les primaires et les secondaires ont des vexilles internes chamois et des vexilles externes nettement tachés de sombre. Les rectrices chamoisées ont des barres noirâtres. L'abdomen est blanchâtre, avec une nuance plus sombre sur la poitrine. Il y a du chamois-orange sur les flancs et sur le bas-ventre.
Les iris sont bruns, le dessus du bec est noir, le dessous jaunâtre. Les pattes sont rosâtres, les pieds noirs.
Les sexes sont identiques, les juvéniles ressemblent aux parents mais les stries blanches sur le dessus sont à peine visibles. Les 13 sous-espèces se distinguent par leur taille et un plus ou moins grand développement de stries sur le dessus. La race jalapensis est particulièrement remarquable par son capuchon strié.

Indications subspécifiques 17 Sous-espèces

  • Cistothorus platensis platensis (c and e Argentina)
  • Cistothorus platensis tinnulus (w Mexico)
  • Cistothorus platensis potosinus (San Luis Potosí. c Mexico.)
  • Cistothorus platensis jalapensis (c Veracruz. e Mexico.)
  • Cistothorus platensis warneri (lowlands of Veracruz, Tabasco and Chiapas. se Mexico.)
  • Cistothorus platensis russelli (Belize)
  • Cistothorus platensis elegans (s Mexico and Guatemala)
  • Cistothorus platensis graberi (se Honduras and ne Nicaragua)
  • Cistothorus platensis lucidus (Costa Rica and w Panama)
  • Cistothorus platensis alticola (n Colombia through Venezuela to w Guyana)
  • Cistothorus platensis aequatorialis (wc Colombia to c Peru)
  • Cistothorus platensis graminicola (sc Peru)
  • Cistothorus platensis minimus (s Peru to s Bolivia)
  • Cistothorus platensis polyglottus (se Brazil, Paraguay and ne Argentina)
  • Cistothorus platensis tucumanus (s Bolivia and nw Argentina)
  • Cistothorus platensis hornensis (c and s Chile, s Argentina)
  • Cistothorus platensis falklandicus (Falkland Is.)

Noms étrangers

  • Grass Wren,
  • Cucarachero Sabanero,
  • Corruíra-do-campo,
  • Seggenzaunkönig,
  • Zeggewinterkoning,
  • Scricciolo pagliarolo,
  • Starrgärdsmyg,
  • Sivsmett,
  • oriešok bahenný,
  • střízlík ostřicový,
  • Kortnæbbet Græssmutte,
  • sarapeukaloinen,
  • cargolet de planura,
  • strzyżyk nadrzeczny,
  • grīšļu ceplītis,
  • Травяной короткоклювый крапивник,
  • コバシヌマミソサザイ,
  • 短嘴沼泽鹪鹩,
  • 短嘴沼澤鷦鷯,

Voix chant et cris

Troglodyte à bec court
adulte

Habitat

Dans le nord de l'Amérique, les Troglodytes à bec court fréquentent les prairies humides de roseaux pourvues de petits buissons épars et bordées de longues herbes du genre Eriophorum. Contrairement aux Troglodytes des marais (C. platensis), ils délaissent les étendues d'eaux stagnantes. En hiver, on les trouve à la fois dans les pièces d'eau douce et d'eau saumâtre, ainsi que dans les prairies de Palmettos, dans les vieux champs dont la végétation est parvenue à maturité et dans les herbes marécageuses.
Les populations sud-américaines occupant une plus grande variété d'habitats, des savanes herbeuses aux parcelles inondées de saules. En Colombie et en Équateur, on peut les apercevoir dans les prairies de Paramo. Au Brésil, ils résident dans les savanes sèches de Cerrado. En Argentine, ils vivent dans les savanes influencées par les marées. Au Falklands, on peut les observer dans les prairies. Ces oiseaux vivent du niveau de la mer jusqu'à 1 600 m.

Comportement traits de caractère

Les populations de l'Amérique du Nord (stellaris) sont très migratrices. Il n'y a pas de chevauchement dans leur habitat en été et en hiver. De plus, ces troglodytes ne sont pas nomades en hiver. Les populations d'Amérique du Sud sont sédentaires, elles sont capables de supporter des conditions climatiques extrêmes en hiver.

Alimentation mode et régime

Au sud-est de la Floride, l'estomac des espèces hivernantes contient principalement des insectes, en particulier des fourmis, des hyménoptères, des curculionidés, des coccinelles, des papillons de nuit, des chenilles, des locustes mais aussi des sauterelles et des criquets. Quelques oiseaux de la race hornensis ont été observés en Terre de Feu alors qu'ils saisissaient des insectes et des graines sur le sol encore recouvert de neige. Les Troglodytes à bec court recherchent leur nourriture à l'étage inférieur des arbres.

Reproduction nidification

Chez les oiseaux de la race nominale stellaris, la saison de nidification s'étend de mai à septembre. La reproduction de cette sous-espèce est plus concentrée dans le centre-nord du territoire (Saskatchewan, Nord-Dakota, Minnesota, Wisconsin). Dans l'est et dans le sud, la ponte commence plus tardivement et la saison se déroule seulement à partir de juillet. Ce décalage s'explique par l'arrivée plus tardive des mâles sur les lieux de nidification.
Dans le sud de l'aire (Équateur et Pérou), les jeunes sont à l'envol en janvier, avril et mai. Dans l'archipel des Malouines, les oisillons séjournent au nid en octobre et en novembre.
Les renseignements suivants proviennent de l'observation de la race stellaris : les mâles sont polygames et établissent souvent des colonies lâches. Ils construisent plusieurs nids par saison et celui qui est utilisé est garni par sa partenaire. Le nid a la forme d'un globe, il mesure 8 cm de large, 8 cm de profondeur. On y a accès par une entrée latérale de 3 cm de large. Il est situé à très faible distance au-dessus du sol.
La ponte contient 4 à 8 œufs pour les premières couvées, 6 pour les secondes couvées, ils sont entièrement blancs.
La race hornensis a des œufs mouchetés de brun-rouge. Les femelles couvent seules pendant 14 jours. Les poussins sont nourris uniquement par la femelle. L'envol a lieu 14 jours après l'éclosion.

Distribution

C. p. stellaris - niche du sud du Canada (Est-Saskatchewan, Centre-Manitoba, Sud-Ontario et Sud-Québec) au sud des États-Unis (Nord-Kentucky, Est-Pennsylvanie, New York) non-nicheur de l'est des États-Unis (Virginie) jusqu'au Texas et au nord-est du Mexique.
* C. p. potosinus - nord-centre du Mexique (San Luis Potosí).
* C. p. tinnulus - centre du Mexique (Nayarit, Michoacán, México et District Fédéral).
* C. p. jalapensis - est du Mexique (Centre-Veracruz).
* C. p. warneri - Veracruz, Tabasco et Chiapas.
* C. p. russelli - Belize (districts de Toledo et de Cayo).
* C. p. elegans - montagnes du sud-est de Mexico (à partir de Veracruz) et Guatemala.
* C. p. graberi - intérieur et est Honduras, Nord-Est-Nicaragua.
* C. p. lucidus - du Costa Rica jusqu'au Panama.
* C. p. alticola - montagnes du nord de la Colombie, Venezuela et ouest du Guyana.
* C. p. tolimae - partie nord des Andes de Colombie (Caldas, Tolima).
* C. p. aequatorialis - Andes de Colombie et du Pérou (Junín).
* C. p. tamae - sud-ouest du Venezuela (Sud-Táchira) et est de la Colombie.
* C. p. graminicola - Sud-Centre-Pérou (Junín, Cuzco).
* C. p. minimus - Sud-Pérou et Sud-Bolivie.
* C. p. tucumanus - nord-ouest de l'Argentine (Jujuy, Catamarca et Tucumán).
* C. p. polyglottus - Paraguay et sud-est du Brésil.
* C. p. platensis - est de l'Argentine (est de Córdoba et Mendoza).
* C. p. hornensis - Centre du Chili et Sud de l'Argentine jusqu'au Cap Horn.
* C. p. falklandicus - iles Falklands

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est globalement pas menacée, elle est même assez commune. A cause de son nomadisme, elle est assez difficile à recenser, mais certaines preuves tendent à prouver qu'elle s'accroît dans le sud du Canada. La plus grande densité est de 6,8 oiseaux par hectare. Dans le nord-est des États-Unis, elle peut être en danger. Les renseignements sur les populations d'Amérique du Sud sont très rares.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Troglodyte à bec courtFiche créée le 04/09/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net