Batara bleuâtre

Thamnophilus caerulescens - Variable Antshrike

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Thamnophilidés

  • Genre
    :

    Thamnophilus

  • Espèce
    :

    caerulescens

Descripteur

Vieillot, 1816

Biométrie
  • Taille
    : 16 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 15 à 24 g
Distribution

Distribution

Description identification

Batara bleuâtre
♂ adulte
Batara bleuâtre
♀ adulte

Chez le mâle adulte de la race nominale, le front et le capuchon sont noirs, les côtés de la tête gris, le dessus gris sombre mixé de noir sur le bas du dos. L'intrascapulaire forme une tache blanche, les épaules ont un bord blanc. Les couvertures alaires noires sont mouchetées de blanc, les rémiges brun-noir ont des liserés brun clair et blancs. La queue brun noirâtre a des pointes blanches. Les parties inférieures sont grises, mais le ventre est plus pâle, avec souvent des soupçons d'écailles.
Chez la femelle, la calotte et le dessous sont brun-olive avec une légère teinte d'argile. La tache intrascapulaire est absente. Le dessus de la queue est bordé de jaune-brun. Les couverture alaires sont très brunes avec des terminaisons couleur argile. La queue brun foncé a des petites pointes blanches. La gorge et la poitrine sont ocre-gris, le reste des parties inférieures est cannelle-fauve.
Les subadultes ressemblent aux femelles mais en plus chamois.
La race melanochrous est majoritairement noire, ce qui est surtout visible sur la partie antérieure du corps. La race aspereiventer diffère de la précédente par le bas des parties inférieures abondamment écaillé de noir et de blanc. La femelle a une calotte gris-olive tachetée de noir. La race dinellii est plus pâle que la nominale, avec des rémiges jaune-brun. La race paraguayensis est pâle avec des parties inférieures entièrement blanches.
Ochraceiventer a un dessus et des rémiges teintés d'argile, une gorge grise et le reste du dessous entièrement gris-ocre. La race caraensis affiche un capuchon et un dessus moins noirs. La femelle a une calotte rousse.

Indications subspécifiques 8 sous-espèces

  • Thamnophilus caerulescens caerulescens (se Paraguay, se Brazil and ne Argentina)
  • Thamnophilus caerulescens melanchrous (n, c and s Peru)
  • Thamnophilus caerulescens aspersiventer (se Peru and wc Bolivia)
  • Thamnophilus caerulescens dinellii (c and s Bolivia and nw Argentina)
  • Thamnophilus caerulescens paraguayensis (se Bolivia, n Paraguay and s Brazil)
  • Thamnophilus caerulescens gilvigaster (se Brazil, Uruguay and ne Argentina)
  • Thamnophilus caerulescens ochraceiventer (sc Brazil)
  • Thamnophilus caerulescens cearensis (ne Brazil)

Noms étrangers

  • Variable Antshrike,
  • Batará Variable,
  • Choca-da-mata,
  • Grauscheitel-Wollrücken,
  • Grijskapmierklauwier,
  • Averla formichiera variabile,
  • Buskmyrtörnskata,
  • Krattmaurvarsler,
  • batara menlivá,
  • mravenčík proměnlivý,
  • Variabel Myretornskade,
  • köynnöspuumuura,
  • batarà pissarrós variable,
  • chronka zmienna,
  • Серая сорокопутовая муравьеловка,
  • カワリアリモズ,
  • 杂色蚁鵙,
  • 雜色蟻鵙,

Voix chant et cris

Batara bleuâtre
♂ adulte

Le chant à haute-voix est une série de 6 ou 7 notes plaintives qui sont régulièrement séparées par des sifflements d'égale hauteur et d'égale intensité. Ces notes ont une forme et un rythme variable, peut-être en fonction des régions. Les cris sont de simples notes, souvent brèves et nasales, répétées au cours de séquences variables. Le répertoire comprend aussi un cri doux et un roulement grinçant.

Habitat

Batara bleuâtre
♂ adulte

Le batara bleuâtre fréquente les sous-bois et l'étage moyen des forêts à feuilles permanentes, les zones boisées en cours de régénération, ainsi que les bouquets d'arbres épars dans les zones ouvertes.

On le trouve plus fréquemment le long des lisières et dans les parcelles de plantes grimpantes qu'à l'intérieur des forêts épaisses. Les populations qui vivent dans le nord des Andes (melanochrous et aspereiventer) occupent les sous-bois et les fourrés humides ainsi que les boisements rabougris situés sur les crêtes entre 1 300 et 2 800 mètres. Plus au sud et à moyenne élévation dans le nord de l'Argentine, on les trouve plus souvent dans des sous-bois denses et plus spécialement le long de broussailles qui longent des cours d'eau ou dans des arbustes qui bordent des versants de collines. Dans le Chaco de la Bolivie et du Paraguay, ce batara occupe un mélange de petits arbres et de broussailles denses dans des terrains arrosés par des petits cours d'eau. Dans la partie la plus méridionale de son aire de distribution, (Nord-Argentine Sud-Brésil et Urguay), il fréquente les bois de tous les types qu'on trouve dans les marécages. Dans le nord-est du Brésil, le batara bleuâtre est restreint aux bouquets épars de forêt résiduelle et il reste assez distant des parcelles de Caatinga qui constitue pourtant la végétation-type dans cette région.

Comportement traits de caractère

Batara bleuâtre
♀ adulte

Les bataras bleuâtres recherchent leur nourriture en solitaire ou en couples, à une hauteur qui varie généralement de 1 à 8 mètres au-dessus du sol.

Habituellement, ils prospectent dans des zones plus ouvertes que les autres catégories de bataras mais ils s'activent aussi au sommet des massifs de bambous où les tiges de ces derniers derniers s'entremêlent avec les plantes du sous-bois.
Selon les individus, les attitudes et les postures sont assez variables. Les bataras bleuâtres se déplacent généralement de façon volontaire par petits bonds qui sont séparés par des pauses qui durent de 3 à 15 secondes. Ils progressent habituellement plus rapidement que la plupart de leurs congénères et les pauses entre les phases actives excèdent rarement plus d'une à deux secondes. Leurs bonds ont moins d'amplitude et dépassent rarement quelques centimètres de hauteur. Ils changent de direction plus souvent, que ce soit vers le haut ou vers le bas en utilisant leurs pattes pour grimper dans les lianes et en réalisant des mouvements de bec. Ils effectuent des agitations d'ailes et ils redressent sèchement parfois la queue du haut vers le bas. Très occasionnellement, les bataras bleuâtres rejoignent les bandes mixtes.

Alimentationmode et régime

Batara bleuâtre

On connaît vraiment peu de choses sur le régime alimentaire de cet oiseau. Néanmoins, les bataras bleuâtres se nourrissent principalement d'insectes, y compris les papillons nocturnes, les larves de lépidoptères, les tettigonidées, les sauterelles, les mantes religieuses, les phasmes, les punaises, les coléoptères ainsi que les araignées et les autres arthrropodes.

Ils apprécient aussi les graines de plantes. Au Brésil, ces thamonophilidés semblent apprécier plus particulièrement les fruits de melastomes qu'ils rompent à la base, qu'ils avalent puis qu'ils recrachent comme une boule de papier parcheminé. Ils consomment également de baies de houx.

Reproduction nidification

Batara bleuâtre

Au Brésil, la saison de reproduction se déroule d'octobre à février. En Bolivie et au Pérou, elle a lieu d'août à novembre. En Argentine, la nidification s'étend du mois d'octobre au mois de décembre.
Chez les oiseaux de la race dinellii, le nid est une coupe bien tissée qui a 6 centimètres de diamètre et 5 de profondeur, il est fabriqué avec des fines feuilles d'herbes, des tiges et des racines. La structure est arrimée avec de la toile d'araignée à une branche horizontale par des points d'ancrage qui sont placés entre 60 centimètres et 2 mètres 50 au-dessus du sol.

En Argentine (race gilgaster et race nominale), le nid est identique. Dans le nord du Brésil, les populations de la race cearensis construisent une coupe en forme de bourse dont les matériaux sont très lâchement assemblés, ce qui permet d'apercevoir le contenu du fond. Des herbes grossières et des fibres végétales sont reliées entre elles par de fins rhizomes noirs qui ont l'apparence de crin de cheval. Des feuilles vertes et de la mousse garnissent souvent la paroi extérieure. Le nid est suspendu à une branche et accroché à une fourche horizontale par au moins 2 points de fixation. Il est localisé dans le feuillage d'un jeune arbuste dont les larges feuilles pendent à quelques centimètres au-dessus du sous-bois. L'édifice est placé entre 70 centimètres et 7 mètres 50 au-dessus du sol.
Chez la plupart des sous-espèces, la ponte contient 3 œufs blancs avec d'irrégulières taches brun violacé. En Argentine, on aperçoit aussi des taches gris cendré concentrées sur la partie la plus évasée de la coquille.
La durée d'incubation est inconnue. On sait que la nichée est couvée par les parents unis. Ceux-ci se chargent également de nourrir les oisillons en commun. Dans l'état d'Esperito Santo au Brésil, la couvée de 2 œufs comporte un œuf stérile si bien que le mâle délaisse progressivement sa tâche au fur et à mesure que les jours passent.
En Argentine, les nids des bataras bleuâtres sont souvent parasités par les vachers luisants (Molothrus bonariensis).

Distribution

Batara bleuâtre
♀ adulte

En Amérique du Sud, du nord du Brésil jusqu'en Argentine, Il y a officiellement 8 sous-espèces : T. c. melanochrous - versant est des Andes du Pérou (du sud de l'Amazonas jusqu'au Rio Marañón et jusqu'au nord du Puno). T. c. aspersiventer - sud-est du Pérou (sud-est du Puno) et centre de la Bolivie (versant nord de La Paz, Cochabamba et Santa Cruz). T. c. dinellii - centre-est et sud de la Bolivie sur le versant sud et est des Andes (de Santa Cruz à Tarija), ainsi que le nord-ouest de l'Argentine (Jujuy, La Rioja, Formosa, Córdoba et Santa Fe). T. c. paraguayensis - sud-est de la Bolivie (plaines de Santa Cruz), nord-ouest et nord-centre du Paraguay (à l'ouest du Rio Paraguay et jusqu'à l'est, à l'intérieur de Concepción, Amambay et San Pedro) et sud du Brésil (Mato Grosso do Sul). T. c. gilvigaster - nord-est de l'Argentine (est du Rio Paraná excepté Misiones), extrême sud-est du Brésil (Est-Paraná et sud-est de São Paulo jusqu'au Rio Grande do Sul) et Uruguay. T. c. caerulescens, la race nominale - sud-est du Paraguay (est du Rio Paraguay excepté Concepción, Amambay et San Pedro), extrême nord de l'Argentine (Misiones), et nord du sud-est du Brésil (Minas Gerais, sud-est de Bahia vers le sud jusqu'au Paraná, São Paulo et Rio de Janeiro). T. c. ochraceiventer - centre-est du Brésil (sud du Tocantins, Goiás, Distríct Fédéral, sud-centre de Bahia). T. c. cearensis - nord-est du Brésil (états du Ceará, Pernambuco et Alagoas).

Menaces - protection

Batara bleuâtre
♀ adulte
Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est même plutôt commune sur l'ensemble de son aire de distribution qui contient également un grand nombre de zones protégées.
Cet oiseau requiert des habitats de lisière, il apprécie aussi les boisements modifiés par la main de l'homme. Il n'est pas trop sensible aux dérangements que ce dernier provoque dans son lieu de vie. Il lui arrive souvent de survivre dans les parcelles de forêt résiduelle dont la superficie est inférieure à un demi-hectare.
C'est le seul thamnophilidé capable de survivre dans les plantations d'eucalyptus. La seule sous-espèce qui soit vraiment en danger de manière inquiétante est la race cearensis à cause de la destruction des forêts humides et de leur remplacement par des plantations intensives de canne à sucre.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Batara bleuâtreFiche créée le 03/09/2014 par
publiée le - modifiée le 2014-09-18 12:50:34 © 1996-2019 Oiseaux.net