Bergeronnette printanière

Motacilla flava - Western Yellow Wagtail

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Motacillidés

  • Genre
    :

    Motacilla

  • Espèce
    :

    flava

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 16 cm
  • Envergure
    : 28 cm.
  • Poids
    :
Longévité

8 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Motacillidés sont des passereaux de taille petite à moyenne (11 à 24 cm), à longue queue et à longues pattes à doigts munis de longs ongles. Leur plumage est le plus souvent discret et cryptique, brun et strié par exemple. Quelques espèces exhibent des couleurs plus voyantes comme du noi... lire la suite

Description identification

Bergeronnette printanière
♂ adulte plum. nuptial
Bergeronnette printanière
♀ adulte

La Bergeronnette printanière est une espèce très polymorphe, forte de 10 sous-espèces dans son aire vaste de l'Ancien monde. Morphologiquement, c'est une bergeronnette typique avec de longues pattes, des ailes à longues tertiaires et une assez longue queue bordée de blanc et agitée dans un plan vertical.
Le plumage du mâle adulte présente des constantes quelle que soit la sous-espèce, à savoir les parties supérieures vertes et les parties inférieures jaunes. C'est la tête qui présente des variations de couleurs selon les ssp., nettes chez les mâles nuptiaux, beaucoup moins chez les femelles. En effet chez cette espèce, les sexes diffèrent sensiblement. Nous insisterons sur la sous-espèce type " flava " à laquelle nous sommes le plus habitués. En revanche, nous ne ferons qu'évoquer les autres sous-espèces sans les détailler, ce serait trop fastidieux. Les images montrent les différents phénotypes mâles.
Le mâle adulte nuptial " flava " a le dessus et les côtés de la tête gris de cendre, le menton et la gorge jaune renoncule. Un net sourcil blanc court du bec à la nuque. Un trait loral noirâtre joint le bec à l'œil sombre souligné d'un arc blanc. Enfin, les couvertures auriculaires grises incluent une petite bande blanche. Les couvertures alaires et les tertiaires noirâtres sont largement bordées de clair. Bec et pattes sont noires.
Le dimorphisme sexuel est assez important. La femelle adulte est comme un mâle très terne, aux couleurs délavées. Le manteau gris-brun est nuancé de vert. Les parties inférieures sont d'un jaune moins franc et moins régulier. La tête présente le même patron que celui du mâle, mais elle est gris brun dessus et sur les côtés et blanchâtre à la gorge.
Le juvénile est sensiblement différent et peut questionner. Son plumage est complètement dépourvu de pigment caroténoïde et ne peut donc être ni jaune, ni vert comme chez l'adulte. Les parties supérieures sont très contrastées. Le manteau, d'un gris-brun-beige assez froid d'aspect un peu moucheté, contraste avec les couvertures et les tertiaires noirâtres, largement bordées de clair. La teinte du manteau diffuse un peu sur la poitrine. Les parties inférieures sont blanc crème et plus ou moins lavées de chamois, en particulier sur les flancs. A la sortie du nid, un curieux dessin noirâtre entoure la gorge crème, incluant des moustaches et des arcs sous l'oreille, et formant sur le haut de la poitrine un collier pointant en V vers le bas. Les bords noirâtres de la calotte renforcent le sourcil.
Le mâle inter-nuptial ressemble à la femelle adulte tandis que cette dernière est encore plus terne en hiver. Très souvent, chez les deux sexes, des taches sombres peuvent apparaître sur la poitrine allant parfois jusqu'à former un collier irrégulier. Les plumages de transition ne sont pas faciles à analyser et peuvent poser problème.
Concernant les 9 autres sous-espèces, le plus simple pour se faire une idée est de regarder dans la galerie la sélection d'images illustrant le plumage des mâles nuptiaux de chacune d'elles. On y trouvera également des plumages intermédiaires résultant d'hybridations entre ssp.
En bref :
- ssp lutea : tête toute jaune,
- ssp flavissima : tête vert jaune, sourcil jaune, du jaune sur l'oreille et gorge toute jaune,
- ssp type flava : tête gris cendre, sourcil blanc, du blanc sur l'oreille, gorge jaune,
- ssp simillima : comme la précédente mais gris plus clair, joues et menton blancs,
- ssp thunbergi : calotte et nuque gris sombre, côtés noirs jusque sous l'oreille, gorge toute jaune,
- ssp iberiae : comme flava, mais gris plus sombre et gorge blanche,
- ssp cinereocapilla : rappelle thunbergi, mais tête moins sombre et gorge blanche,
- ssp pygmaea : rappelle cinereocapilla, mais limitée à l'Egypte,
- ssp feldegg : tête toute noire jusque sous l'oreille, gorge jaune vif,
- ssp leucocephala : tête blanchâtre, gorge jaune.

Indications subspécifiques 10 sous-espèces

  • Motacilla flava flava (n and c Europe to the Ural Mts.)
  • Motacilla flava flavissima (Britain and coastal Europe)
  • Motacilla flava lutea (sw Russia to nw and nc Kazakhstan)
  • Motacilla flava beema (sw Siberia and ne Kazakhstan to w Himalayas)
  • Motacilla flava iberiae (Iberian Pen., sw France and nw Africa)
  • Motacilla flava cinereocapilla (Italy, Sicily, Corsica, Sardinia and Slovenia)
  • Motacilla flava pygmaea (Egypt)
  • Motacilla flava leucocephala (nw Mongolia, nw China and sc Siberia)
  • Motacilla flava feldegg (the Balkans and Turkey to Iran and Afghanistan)
  • Motacilla flava thunbergi (n Europe to nw Siberia)

Noms étrangers

  • Western Yellow Wagtail,
  • Lavandera boyera,
  • alvéola-amarela,
  • Schafstelze,
  • sárga billegető,
  • Gele Kwikstaart,
  • Cutrettola,
  • gulärla,
  • Gulerle,
  • trasochvost žltý,
  • konipas luční,
  • Gul Vipstjert,
  • keltavästäräkki,
  • Geelkwikkie,
  • cuereta groga,
  • Gulerla,
  • pliszka żółta,
  • dzeltenā cielava,
  • rumena pastirica,
  • Жёлтая трясогузка,
  • Kicuit kerbau,
  • 西黄鹡鸰,
  • 西方黃鶺鴒,

Voix chant et cris

Bergeronnette printanière
♂ adulte

Le cri habituel est un " fsip " simple ou dédoublé en " fisip ". Il est émis aussi bien au sol qu'en vol. On entend aussi des " tsri " un peu roulés. Inquiet, l'oiseau pousse des " pisiip " plus appuyés.
Le chant est simpliste et consiste en la répétition monotone de notes qui rappellent un des cris, sans liant particulier, " tsritsritsri tsritsritsri tsritsritsritsri tsri tsritsritsri pilip tsritsri... ". Le chanteur chante, posté en évidence sur une grande plante herbacée ou sur un arbuste bas.
Il existe des variations d'intonation suivant les sous-espèces. La ssp feldegg par exemple est connue pour ses cris plus rudes, " tsrrié "

Habitat

Bergeronnette printanière
♂ adulte plum. nuptial

La Bergeronnette printanière est un oiseau des milieux ouverts à semi-ouverts, volontiers humides, avec un accès au sol facile.

C'est ainsi qu'on la trouve en bordure des cours d'eau, des plans d'eau et des marais, dans les prairies humides, au nord dans les espaces ouverts et herbacés de la taïga, à l'est dans les milieux steppiques. Elle s'est bien adaptée aux espaces anthropisés. Elle niche régulièrement en cultures, particulièrement de céréales. Elle va se nourrir dans les prairies pâturées au contact des animaux. Elle y a l'accès au sol assuré par le pâturage et sa chasse aux insectes y est plus efficace. C'est avant tout un oiseau de plaine ou de moyenne montagne, mais localement, elle peut se cantonner plus haut, par exemple jusqu'à 2500 m dans le Caucase.
En migration et en hivernage, les milieux fréquentés sont un peu les mêmes, espaces bien dégagés, avec quelques ligneux refuges, et un sol bien accessible.

Comportement traits de caractère

Bergeronnette printanière
♂ adulte

Comme chez tous les motacillidés, l'essentiel de l'activité de la printanière se passe au sol où ses grandes pattes lui permettent d'arpenter le terrain avec facilité.

Bergeronnette printanière
♂ adulte
Elle est grégaire la majeure partie de l'année. En migration, elle se déplace en troupes et elle aime la compagnie de ses congénères dans les zones d'hivernage. Bien que monogame et territoriale pour la reproduction, on peut observer des regroupements d'adultes nicheurs chassant ensemble dans les secteurs favorables.
Au printemps sur les lieux de reproduction, le mâle est fait pour se montrer. Son plumage jaune renoncule qu'il exhibe ostensiblement est un bon argument dans la défense du territoire, qui vient épauler le chant pas vraiment impressionnant. En revanche, le plumage de la femelle est beaucoup plus discret car c'est à elle qu'incombe la protection du nid.

Vol

Bergeronnette printanière
adulte

Vol onduleux de motacillidé, un peu moins cependant que celui des autres bergeronnettes, probablement du fait d'une queue plus courte.

Alimentationmode et régime

Bergeronnette printanière
♀ adulte

La Bergeronnette printanière est essentiellement insectivore. Elle recherche sa nourriture au sol en marchant activement dans les endroits dégagés ou même en eau peu profonde.

Bergeronnette printanière
juvénile
Ses proies peuvent ainsi être terrestres ou aquatiques, et sont en conséquence très variées. Les insectes prédominent, mais d'autres invertébrés comme les petits crustacés d'eau douce peuvent avoir leur importance à l'occasion. Elle apprécie les endroits où abondent les insectes, par exemple le bord des eaux quand émergent en nombre les imagos des insectes à larve aquatique. C'est aussi ce qui l'amène à fréquenter les pâtures où les bouses et autres déjections des herbivores domestiques attirent les insectes suceurs ou coprophages, diptères et coléoptères avant tout. De façon générale, les diptères sont particulièrement bien représentés dans le régime toute l'année. Très accessoirement, elle peut consommer de petites graines ou de petites baies suivant les saisons et les sites.
Les juvéniles sont exclusivement nourris d'invertébrés, insectes et leurs larves surtout, mais aussi petits crustacés.

Reproduction nidification

Bergeronnette printanière
♂ adulte plum. nuptial

La saison de reproduction s'étend d'avril à août, la chronologie de la ponte variant suivant la latitude.

Bergeronnette printanière
♂ adulte plum. nuptial
L'espèce est monogame et territoriale. Le nid est construit principalement par la femelle. C'est une coupe faite d'herbes et placée au sol ou très près du sol sous un abri végétal. Elle est tapissée intérieurement de poils et autres éléments fins. La ponte est de 4 à 6 œufs sombres, gris beige à nuance olive, faiblement tachetés de brun roussâtre. L'incubation est assurée par les deux sexes, mais majoritairement par la femelle, pendant 11 à 14 jours. Puis les poussins sont nourris au nid par leurs parents pendant une période de durée équivalente. Après l'envol, les jeunes resteront encore dépendants des adultes un certain temps, mais la femelle pourra être accaparée rapidement par une seconde nidification le cas échéant. Les familles se retrouvent ensuite dans les espaces favorables. La Bergeronnette printanière fait partie des espèces dont les couvées peuvent être parasitées par le Coucou gris.

Distribution

Bergeronnette printanière
♂ adulte plum. nuptial

La Bergeronnette printanière occupe le continent eurasiatique de l'Atlantique à la Vallée de la Léna en Sibérie, en passant par le Kazakhstan et le NW de la Mongolie. Au sud, elle occupe l'ouest du Maroc, la vallée du Nil en Egypte, l'Asie mineure, ponctuellement le Moyen-Orient, le nord de la région persane, l'Asie centrale et l'extrême NW de la Chine. Au-delà, on trouve l'espèce sœur, la Bergeronnette de Béringie qui n'a été séparée d'elle que récemment.
C'est une espèce migratrice, excepté pour la ssp pygmea d'Egypte et la fraction marocaine de la population de la ssp iberiae qui sont sédentaires. Les aires d'hivernage se trouvent en Afrique sub-saharienne et dans le sous-continent indien, accessoirement dans la péninsule arabique.
La ssp type " flava " occupe l'Europe continentale tempérée jusqu'à l'Oural. C'est elle qui niche très majoritairement en France. La ssp " flavissima " occupe les Îles Britanniques et la côte européenne en vis-à-vis. La ssp " thunbergi se trouve en Scandinavie et dans l'ouest de la Sibérie. La ssp " iberiae " comme " son nom l'indique niche dans la péninsule ibérique, mais aussi dans le SW de la France et au Maroc. La ssp " cinereocapilla " niche dans la botte italienne, mais aussi en Sardaigne et en Sicile et en Slovénie. La ssp " pygmaea " occupe la vallée du Nil égyptienne où elle est sédentaire. La ssp " feldegg " se trouve au sud de l'aire, des Balkans à l'Afghanistan en passant par la Turquie, l'Iran et l'Irak. Dans l'ouest de la Russie, on trouve les ssp " beema " et " lutea " autour de la Volga, la première au nord (Haute Volga et Sibérie occidentale), la seconde au sud (Basse Volga, régions de Kazan et Perm, et nord du Kazakhstan). Enfin, la ssp " leucocephala " occupe le NW de la Mongolie et de la Chine et les régions russes adjacentes.

Menaces - protection

Bergeronnette printanière
♂ adulte plum. nuptial
Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La Bergeronnette printanière fait partie des espèces communes, non classée menacée par BirdLife International. Son aire de répartition est grande et elle a su s'adapter à des milieux sous influence humaine, agricoles surtout, et en tirer profit.
Mais elle reste sensible à l'action humaine. Le déclin observé localement est lié à l'intensification ou au changement des pratiques agricoles, en particulier au drainage des zones humides et au retournement des prairies au profit des céréales. De plus, l'utilisation de pesticides en agriculture ne peut avoir qu'un impact négatif.
Comme l'espèce est migratrice, elle peut être confrontée aux conséquences des sécheresses chroniques qui sévissent dans les zones d'hivernage, particulièrement pour les oiseaux européens à la dégradation des conditions d'accueil des hivernants dans le Sahel.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Bergeronnette printanièreFiche créée le 13/03/2021 par
publiée le - modifiée le 14-03-2021
© 1996-2021 Oiseaux.net