Chevalier sylvain

Tringa glareola - Wood Sandpiper

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Scolopacidés

  • Genre
    :

    Tringa

  • Espèce
    :

    glareola

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 23 cm
  • Envergure
    : 34 à 37 cm.
  • Poids
    : 50 à 90 g
Longévité

9 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Scolopacidés constituent, avec les Charadriidés, un groupe d'oiseaux appelés limicoles, c'est à dire littéralement "oiseaux de rivages". Les Scolopacidés sont majoritairement des oiseaux migrateurs de l'hémisphère nord, mais seul le continent antarctique en est dépourvu. Ce sont des ois... lire la suite

Description identification

Chevalier sylvain
adulte plum. nuptial
Chevalier sylvain
juvénile

Le Chevalier sylvain est un peu plus petit que le culblanc, plus fluet, avec un cou et des pattes plus longs. Il a aussi un plumage moins contrasté, moins sombre et plus tacheté de pâle dessus. Avec sa tête au front bombé portée par un cou mince, il a un peu l'allure d'un pluvier. Vu dans de bonnes conditions, il est assez facilement identifiable à sa silhouette et à son sourcil pâle bien marqué.
Les sexes sont semblables. L'adulte nuptial a les parties supérieures brunes richement décorées de motifs clairs et sombres au lieu d'être simplement finement ponctuées. La calotte et la nuque brunes sont finement striées de blanc tandis que le cou et la poitrine sont blancs et finement striés de brun. L'effet plastron est moindre que chez le culblanc. Le ventre et les sous-caudales sont blancs. Les flancs blanc crème sont nettement barrés de brun. Le large sourcil blanc efface un peu le cercle oculaire blanc et fait ressortir les lores noirs. Le bec, de la longueur de la tête, a une base jaunâtre. Les pattes à longs tarses sont d'un jaune-vert assez vif. Au vol, par rapport au culblanc, il faut noter le cri très différent, les ailes moins larges et surtout claires dessous, et de dessus, le croupion et les sus-caudales blancs contrastent moins avec le reste, d'où un effet "culblanc" moindre. Les barres de la queue sont plus nombreuses, plus minces et plus brunes.
L'adulte inter-nuptial est plus brun et a le dessus moins tacheté. Les plumes du manteau sont bordées d'une mince ligne blanchâtre. La poitrine est moins striée. Les flancs ont toujours leurs dessins sombres.
Le juvénile a un aspect plus brun encore. Ses parties supérieures ont des taches majoritairement chamois. La poitrine a une teinte de fond roussâtre et est finement maculée de brun roux. Le bec est grisâtre et les pattes verdâtres.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Wood Sandpiper,
  • Andarríos bastardo,
  • maçarico-de-dorso-malhado,
  • Bruchwasserläufer,
  • réti cankó,
  • Bosruiter,
  • Piro piro boschereccio,
  • grönbena,
  • Grønnstilk,
  • kalužiak močiarny,
  • vodouš bahenní,
  • Tinksmed,
  • liro,
  • Bosruiter,
  • valona,
  • Flóastelkur,
  • łęczak,
  • purva tilbīte,
  • močvirski martinec,
  • Фифи,
  • Trinil semak,
  • タカブシギ,
  • 林鹬,
  • นกชายเลนน้ำจืด,
  • 鷹斑鷸〔林鷸〕,

Voix chant et cris

Chevalier sylvain
adulte plum. nuptial

Le cri principal, celui qui est émis en migration par exemple, consiste en la répétition précipitée de notes dures et sonores "kip kip kip kip...". Le cri d'alarme sur les lieux de reproduction est une répétition un peu moins rapide de "kif kif kif kif..." de tonalité un peu plus basse. Pendant la parade nuptiale, le chant est un trille modulé répété longuement, "triu triu triu triu triu...".

Habitat

Chevalier sylvain
adulte plum. nuptial

Le Chevalier sylvain niche dans les tourbières, les zones marécageuses ouvertes dans la forêt boréale, ainsi que dans l'écotone entre la toundra et la forêt de conifères, les landes humides avec ou sans conifères dispersés, et dans les marais avec buissons à feuilles caduques.


En dehors de la saison de reproduction, il fréquente des zones ouvertes à eaux peu profondes ou avec vasières où il peut se nourrir, plus ouvertes que celles privilégiées par le culblanc. Bords de plans d'eau à niveau d'eau estival bas et berges herbeuses, marais boueux, bassins de décantation, rizières, hauts-fonds des lacs de barrage et retenues, etc.. Il n'est que rarement vu dans les habitats côtiers tels que les canaux des marais salants et les mangroves.

Comportement traits de caractère

Chevalier sylvain
adulte plum. nuptial

Le Chevalier sylvain est plus grégaire que le culblanc en période inter-nuptiale. Il se déplace en petites troupes bruyantes, rarement seul.

Chevalier sylvain
juvénile
Comme la majorité des limicoles de passage, il préfère les espaces ouverts riches en faune et d'où on voit venir un danger éventuel. Tout le contraire de son cousin. Cependant, lorsqu'il se nourrit, c'est plutôt en individuel et non de façon coordonnée à plusieurs.
Il arrive d'observer des oiseaux à nos latitudes à la belle saison, le plus souvent isolés. On peut penser que ce sont soit des inemployés qui font l'impasse sur la reproduction, soit des oiseaux qui ont échoué dans leur reproduction et redescendent déjà.
Sur les lieux de reproduction, les adultes ont l'habitude de se poser au sommet d'arbustes ou de petits arbres pour surveiller le territoire.

Vol

Chevalier sylvain
adulte plum. nuptial

Vol direct et rapide, en groupe, lors des déplacements importants. Le mâle a un vol de parade avec des battements particuliers, le chant étant émis lors de la descente glissée finale.

Alimentationmode et régime

Chevalier sylvain
adulte plum. nuptial

Le Chevalier sylvain est surtout insectivore en saison de reproduction. Il capture des insectes de toutes sortes et leurs larves, aquatiques ou non, par exemple des larves de diptères culicidés (moustiques).

Chevalier sylvain
adulte
Autrement, chaque fois que possible, il varie son régime avec des vers (oligochètes), des crustacés (amphipodes p.e.), de petits mollusques aquatiques ou d'endroits humides, également de petits vertébrés (alevins et petits poissons, têtards et petits amphibiens).
Il chasse beaucoup à vue, moins par sondage du substrat comme le font les chevaliers à long bec.

Reproduction nidification

Chevalier sylvain
adulte

Le Chevalier sylvain peut se reproduire à l'âge d'un an. Il est monogame et territorial, et les couples arrivent généralement déjà formés sur site.

Chevalier sylvain
adulte plum. internuptial
La période de ponte s'étale suivant la latitude de mai à juillet. Il construit son nid sommaire au sol sous un couvert dense dans les marais et les tourbières. Il arrive rarement que le sylvain se comporte comme un culblanc et niche dans un vieux nid d'une autre espèce dans un arbre. La femelle pond en général quatre œufs. Les deux partenaires couvent alternativement pendant 21 à 24 jours. Les petits restent au maximum deux jours dans le nid et s'aventurent ensuite aux environs. Ils cherchent eux-mêmes leur nourriture. Les parents les protègent contre les intempéries et les prédateurs éventuels, mais la femelle ne tardera pas à quitter la famille et c'est le mâle qui se chargera de la nichée jusqu'à l'envol à l'âge d'un mois environ. Dès que les petits sont capables de voler, ils se déplacent en petites bandes et ne tarderont pas à se mettre en route pour leurs quartiers d'hiver lorsque l'heure sera venue en août ou septembre.

Distribution

Chevalier sylvain
adulte plum. internuptial

Le Chevalier sylvain se reproduit au nord du continent eur-asiatique, de l'Ecosse et de la Scandinavie aux Monts Kolyma dans l'extrême est russe, aux latitudes boréales et sub-arctiques. La limite méridionale passe par l'Ukraine, le nord du Kazakhstan et de la Mongolie et le NE de la Chine.
C'est un grand migrateur. Il n'hiverne pas en principe en Europe ou alors accidentellement, contrairement au culblanc. Les lieux d'hivernage principaux sont en Afrique sub-saharienne jusqu'au Cap, dans la péninsule arabe, sur le continent indien et en Océanie jusqu'au sud de l'Australie.

Menaces - protection

Chevalier sylvain
adulte plum. internuptial
Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Espèce en forte régression au cours des dernières décennies, principalement par suite de la régression et de la transformation des zones humides au profit de la foresterie et de l'agriculture au sud de son aire de répartition. Cependant, elle demeure commune et répandue, classée "non menacée" par BirdLife International.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Chevalier sylvainFiche créée le 27/12/2020 par
publiée le - modifiée le 27-12-2020
© 1996-2021 Oiseaux.net