Fauvette mélanocéphale

Sylvia melanocephala - Sardinian Warbler

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Sylviidés

  • Genre
    :

    Sylvia

  • Espèce
    :

    melanocephala

Descripteur

Gmelin, JF, 1789

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 10 à 16 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Sylvidés sont des passeraux de taille petite à moyenne, au plumage en général discret (teinte allant jusqu'au roux), au bec fin adapté à un régime insectivore (à l'exception des "becs de perroquet", rattachés récemment, qui l'ont court et épais) et aux pattes bien développées, adapt... lire la suite

Description identification

Fauvette mélanocéphale
♂ adulte plum. nuptial
Fauvette mélanocéphale
♀ adulte

La Fauvette mélanocéphale est une petite fauvette méditerranéenne qui mène une vie assez cachée et que l'on repère le plus souvent à son cri de crécelle rapide. Le mâle adulte a tendance à plus se montrer au printemps lorsqu'il chante. On voit alors un petit oiseau tout gris avec une assez longue queue, un capuchon noir sur la tête et une gorge blanche contrastante. Si on a la chance de bien l'observer, on verra que l'œil, dans le noir du capuchon, est bien coloré. L'iris couleur miel est entouré d'un cercle orbitaire rouge clair granuleux. Le bec est gris sombre avec la base de la mandibule inférieure gris bleuté. Les pattes sont d'un orange plus ou moins vif. Lorsqu'elle vole d'un buisson à l'autre, on peut apercevoir du blanc sur la queue noire un peu étagée. Le vexille externe de la paire externe de rectrices est tout blanc et l'interne est largement blanc à son extrémité. Les 2 ou 3 paires de rectrices voisines ont aussi du blanc à l'extrémité, ce qui donne l'impression que la queue est bordée de blanc.
La femelle adulte, plus discrète, est globalement brune, d'un brun moyen dessus et d'un brun-beige clair sur les flancs, avec la gorge blanche également contrastante. Le capuchon est grisâtre. La queue a du blanc aussi mais moins flagrant. Œil, bec et pattes comme le mâle.
Le juvénile est de type femelle, mais tout brun, sans capuchon gris. La gorge est blanchâtre, non contrastante. L'œil est peu voyant. L'iris est gris-brun. Le cercle orbitaire est rouge pâle et entouré d'un anneau de minuscules plumes blanchâtres. Le blanc de la queue est moins net. Les pattes sont grisâtres. Les oiseaux de premier hiver commencent à ressembler à l'adulte de leur sexe, mais avec les parties nues encore de type juvénile et les rémiges juvéniles non muées, donc usées. Chez le jeune mâle, le capuchon est brun noirâtre, le dessus pas encore tout gris et l'anneau orbital brun rosé.

Indications subspécifiques 5 sous-espèces

  • Sylvia melanocephala melanocephala (s Europe to w Turkey, nw Africa)
  • Sylvia melanocephala leucogastra (Canary Is.)
  • Sylvia melanocephala valverdei (s Morocco and Western Sahara)
  • Sylvia melanocephala momus (ne Egypt to extreme sc Turkey)
  • Sylvia melanocephala norrisae (Faiyum. nc Egypt.)

Noms étrangers

  • Sardinian Warbler,
  • Curruca cabecinegra,
  • Toutinegra-dos-valados,
  • Samtkopf-Grasmücke,
  • Kucsmás poszáta,
  • Kleine Zwartkop,
  • Occhiocotto,
  • Sammetshätta,
  • Svarthodesanger,
  • penica sivá,
  • pěnice bělohrdlá,
  • Sorthovedet Sanger,
  • samettipääkerttu,
  • tallarol capnegre,
  • Hjálmsöngvari,
  • pokrzewka aksamitna,
  • Vidusjūras ķauķis,
  • žametna penica,
  • Средиземноморская славка,
  • クロガシラハッコウチョウ,
  • 黑头林莺,
  • 黑頭林鶯,

Voix chant et cris

Fauvette mélanocéphale
♂ adulte plum. nuptial

Le chant de la mélanocéphale n'est pas très éloigné de celui de la grisette. Cette ressemblance se retrouve dans les strophes brèves et sonores, au rythme très rapide. Cependant le chant de la mélanocéphale est plus soutenu, plus complexe et plus grinçant. Il est composé de la répétition de motifs assez mélodieux entrecoupés de sons rêches ou de crécelles dures et roulées. On l'entend surtout de mars à juillet. Le cri de contact est un "tsèk" dur et sonore. Le cri d'alarme, brusque et véhément, est constitué par une suite rapide de notes sèches, comme une crécelle : "trr trr trr trr trr" ou "tuy-trru tuy-trru tuy-trru tuy-trru tuy-trru".

Habitat

Fauvette mélanocéphale
♂ adulte

La Fauvette mélanocéphale est une espèce héliophile occupant les habitats arbustifs du biome méditerranéen.

Elle occupe principalement le maquis bas, appelé garrigue dans le sud de la France, avec ou sans arbres épars. Elle s'installe également dans des habitats assez analogues, certains plus fermés tels que les sous-bois touffus des boisements clairs, mais aussi les haies, les gros buissons, les jardins pourvus en arbres et en fourrés sempervirents, même à proximité des agglomérations. Elle évite la forêt dense à grands arbres. La sédentarité d'une grande partie de la population exige un climat clément. Elle vit donc en priorité à basse altitude et la proximité du littoral lui est favorable.

Comportement traits de caractère

Fauvette mélanocéphale
♂ adulte plum. nuptial

La Fauvette mélanocéphale vit surtout solitairement ou en couples. C'est une espèce qui aime bien se cacher mais qui souvent fait preuve d'une certaine hardiesse et d'une bonne dose de curiosité.

Fauvette mélanocéphale
♂ adulte plum. nuptial
Fréquemment, elle émerge du couvert et se perche furtivement au sommet des buissons pour observer, remuant la queue et hérissant les plumes de son capuchon. Puis elle plonge rapidement pour retrouver l'abri de la végétation. Bruyante, querelleuse, adoptant un comportement agressif à l'encontre de ceux qui franchissent les limites de son territoire, la Fauvette mélanocéphale déploie une grande activité. Elle étale volontiers sa queue, dévoilant les galons blancs de ses rectrices. Ceci est particulièrement visible lorsqu'elle franchit l'espace qui sépare deux buissons. Malgré sa relative discrétion, la Fauvette mélanocéphale chante assez souvent à partir de perchoirs élevés, sommet des arbres ou des buissons ou même fil électrique.

Vol

Fauvette mélanocéphale
♂ adulte

Pour passer d'un buisson à l'autre, elle réalise un court vol bondissant au cours duquel on peut distinguer le blanc des rectrices.

Alimentationmode et régime

Fauvette mélanocéphale
♂ adulte

Les insectes et leurs larves, coléoptères particulièrement, ainsi que les araignées constituent ses proies principales. S'y ajoutent d'autres invertébrés comme des petits mollusques gastéropodes. Elle complète son régime en automne et en hiver avec des fruits, figues, mûres, olives, baies de bourdaine, de lentisque, etc. suivant le milieu.

Reproduction nidification

Fauvette mélanocéphale
♀ adulte plum. nuptial

À partir de la mi-mars, les deux adultes commencent à construire le nid, bien dissimulé dans un arbuste, une bruyère, un buisson entre des touffes d'herbes ou des orties, la plupart du temps à une hauteur très basse entre 25 et 90 cm. Parfois cependant, certains sont construits à des hauteurs supérieures, dans des plantes grimpantes et enchevêtrées, jusqu'à 2,5 m. Le nid est construit avec des brindilles et des herbes sèches consolidées avec des toiles d'araignées, ce qui donne à la structure davantage de solidité et de cohérence. L'intérieur est garni de duvet végétal, de petites racines, d'herbes fines et de crins.

Fauvette mélanocéphale
♂ adulte

La ponte comprend habituellement 3 ou 4 œufs dont la couleur varie du blanc teinté de verdâtre au brun clair. Tous sont tachés de roux avec des mouchetures et des motifs aux couleurs variées : brun rougeâtre, olive, gris, beige, jaunâtre ou violacé. En général ces marques sont également réparties sur toute la surface. L'incubation dure 13 ou 14 jours. À la naissance, les oisillons n'ont pas de duvet. L'intérieur de leur bouche est jaune avec des petites taches sombres rectangulaires de chaque côté de la langue. Les parents les nourrissent avec des chenilles et des insectes. Au bout de 11 jours, ils quittent le nid mais les mâles continuent à s'en occuper s'il s'agit d'une première couvée, tandis que la femelle s'affaire aux préparatifs de la seconde nichée. Dans des conditions normales, deux nichées sont courantes par saison. Il arrive toutefois que, jusqu'à fin juillet, les Fauvettes mélanocéphales mènent à terme des pontes de substitution pour remédier à la perte ou à la destruction de la ponte initiale.

Distribution

Fauvette mélanocéphale
juvénile

La forme type melanocephala est répandue autour de la Méditerranée et dans ses îles. On la trouve en Afrique du Nord, de la Cyrénaïque jusqu'au Maroc, dans la péninsule ibérique, le sud de la France, en Italie, le long des côtes adriatiques de l'ex-Yougoslavie, en Grèce et en Asie Mineure. D'autres sous-espèces vivent aux Canaries (leucogastra) et dans les îles grecques : Crête, Cyclades, Rhodes (pasiphae). La sous-espèce momus vit au Levant.
Les oiseaux du littoral et des îles sont sédentaires. Ceux des reliefs nord-africains ont une migration partielle qui peut les amener jusqu'au Sahel. Les oiseau du nord-est de l'aire (Turquie, nord de la Grèce, Bulgarie) sont migrateurs et descendent jusqu'au Soudan par la vallée du Nil.

Menaces - protection

Fauvette mélanocéphale
♂ 2ème
Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

L'espèce n'est pas menacée. La population européenne est au moins stable, sinon un peu en augmentation du fait du réchauffement climatique. Les hivers sévères étaient la principale cause de mortalité des oiseaux sédentaire, mais l'influence ce facteur est bien sûr en baisse.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Fauvette mélanocéphaleFiche créée le 26/11/2003 par avec la participation de
partiellement réécrite le 26/01/2021 par
publiée le - modifiée le 29-01-2021
© 1996-2021 Oiseaux.net