Gravelot du puna Pluvier de la puna

Anarhynchus alticola - Puna Plover

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Charadriidés

  • Genre
    :

    Anarhynchus

  • Espèce
    :

    alticola

Descripteur

Berlepsch Stolzmann, 1902

Biométrie
  • Taille
    : 18 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 41 à 49 g
Distribution

Distribution

Identification

Gravelot du puna
immature
Gravelot du puna
adulte

Le Gravelot du puna apparaît comme un petit charadriidé compact, avec un cou très réduit, et une tête un peu cubique. La face est blanche tout autour du bec, du haut du front jusqu'au bas de la poitrine, et se poursuit sur le dessous de l'oiseau. Un bandeau noir traverse le haut de la tête, d'un œil à l'autre, et se prolonge en bas sur les couvertures parotiques et le trait sourcilier. Une couronne rousse, juste à l'arrière de cette bande noire, entoure un petit patch de plumes brun terne sur la nuque. L'importance de cette couronne peut varier, et ainsi colorer quasiment toute la calotte, ou se limiter à un trait dans la nuque et un autre surlignant le bandeau noir. Sur les côtés du cou, deux taches plus sombres, presque noires, réapparaissent et semblent former un collier interrompu sur la poitrine. Les plumes du dos et du dessus des ailes sont brun terne, et se démarquent nettement des plumes blanches ventrales. Une bande châtaine, plus ou moins marquée, peut marquer la poitrine de certains individus, alors qu'elle est absente chez d'autres, notamment dans les populations du nord de l'Argentine et de l'altiplano péruvien. Les pattes courtes, le bec fin, court et pointu, et l'iris sont noirs. Il existe un dimorphisme sexuel. Les femelles peuvent apparaître plus ternes, notamment au niveau du roux de la couronne, avec une bande pectorale grisâtre, des plumes noires tirant d'avantage sur le brun, et parfois un sourcil blanchâtre plus marqué. Néanmoins, la variabilité individuelle est suffisante pour rendre ces caractères peu fiables sur le terrain. Hors de la période de reproduction, les adultes perdent parfois leurs teintes noires et châtaines, et développent des taches sombres sur la poitrine. Les juvéniles n'ont pas non plus ces teintes, mais ne présentent pas les taches noires sur le côté du cou, une bande pectorale presque effacée, et un visage moins blanc.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Puna Plover,
  • Chorlitejo andino,
  • batuíra-andino,
  • Punaregenpfeifer,
  • Punaplevier,
  • Corriere della puna,
  • punastrandpipare,
  • Punalo,
  • kulík andský,
  • kulík andský,
  • Punapræstekrave,
  • punantylli,
  • corriol de la Puna,
  • sieweczka andyjska,
  • Южноамериканский степной зуёк,
  • プナフタオビチドリ,
  • 山鸻,
  • 山鴴,

Voix chant et cris

Gravelot du puna
adulte

Le Gravelot du puna est plutôt silencieux, et son répertoire vocal réduit. Le plus souvent, on peut l'entendre émettre un bref cri de contact aux sonorités fluides " pip ". Lorsque l'oiseau est excité, ces cris sont répétés rapidement. Les vocalisations de parade sont décrites comme une répétition de deux notes, suivie d'un trille roulé et agréable " pip-pip-prrrrrrrrrp ".

Habitat

Gravelot du puna
adulte

Le Gravelot du puna est un spécialiste des sites palustres de l'altiplano andin. On le retrouve ainsi surtout entre 2 400 et 5 000 m d'altitude.

Il fréquente des zones humides assez larges et peu profondes, avec un sol argileux ou boueux peu perméable, permettant le maintien de flaques inondées toute l'année. Il s'agit alors parfois de lagunes salées, et l'espèce se retrouve souvent à proximité de sites d'exploitation minière. Même s'il reste majoritairement sur des zones sans végétation, pour la reproduction et la recherche alimentaire, il s'aventure parfois sur les abords des lagunes. On le retrouve alors dans des zones fortement pâturées, avec une végétation typique en coussin, appelées localement " bofedales ", et découvrant des points d'eau à la manière d'une tourbière. En période d'hivernage, certains individus sont retrouvés sur des sites côtiers.

Comportement traits de caractère

L'espèce est considérée majoritairement sédentaire. Ceci n'exclut pas des mouvements saisonniers vers des altitudes plus basses.

On le recense alors sur des sites côtiers du sud du Pérou et nord du Chili, notamment au cours de la saison sèche, en groupe d'une trentaine d'individus. Sur les sites de nidification, on peut également rencontrer le Gravelot du puna en forte densité, autour des points d'eau favorable à la recherche de nourriture.
À haute altitude, les températures descendent en dessous de zéro pendant la nuit, et tôt le matin. Pour garder un de leur pied au chaud, certains individus ont été observés se déplaçant à " cloche-patte " pendant plusieurs dizaines de minutes avant de changer de patte.

Alimentationmode et régime

Le régime du Gravelot du puna est encore mal connu. Il se nourrit de petits crustacés trouvés dans des flaques peu profondes.

Reproduction nidification

Gravelot du puna
juvénile

La saison de reproduction a lieu majoritairement entre septembre et octobre, à la fin de la saison sèche, parfois jusqu'en janvier en Argentine.

Des individus observés régulièrement en parade et accouplement ont subitement cessé toute activité de reproduction dès les premières pluies. À la même période, les autres familles avaient des poussins déjà capables de vols sur courte distance. L'espèce semble ainsi éviter la saison humide pour la nidification.
Les couples de Gravelot du puna construisent leur nid éloigné de leurs congénères. Le nid est une simple dépression, soit sur végétation rase, soit à même le substrat argileux, et sans décoration notable. Les œufs sont couleur sable ou chamois, avec une ponctuation sombre et abondante, et sont pondus au nombre de majoritairement 2, exceptionnellement 3, voire 4. La période d'incubation est probable semblable à celles des autres gravelots. Les poussins sont duveteux, blancs en dessous, et bruns tachetés de noir au-dessus. La nuance de brun peut varier du chamois au grisé, et ce, au sein d'une même couvée. Ils sont surveillés par les parents, et gardé au chaud dans leur plumage pendant les périodes froides. Même si des mâles et des femelles ont été observés s'occuper de jeunes, l'implication des parents au sein d'un couple est encore inconnue. Lorsqu'ils sont menacés, les jeunes poussins s'aplatissent au sol et bénéficient du camouflage de leur duvet, et se mettent à fuir lorsqu'ils sont un peu plus âgés.

Distribution

Gravelot du puna
adulte plum. nuptial

Le Gravelot du puna est endémique de la zone de l'altiplano andin. On le retrouve ainsi du centre du Pérou, depuis la province de Junín, jusqu'au nord du Chili (province d'Atacama) et de l'Argentine (province de Catamarca), et le sud-ouest de la Bolivie. Il fréquente des zones habituellement supérieures à 2 400 m.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le Gravelot de la puna est considéré comme à " Préoccupation mineure ". Il n'existe pas d'estimation des effectifs mondiaux, mais il apparaît commun sur les sites qu'il fréquente. Au niveau des lagunes, on peut néanmoins citer l'exploitation minière qui modifie substantiellement leur habitat, et crée des perturbations une partie de l'année, ainsi que le tourisme qui entraîne du dérangement sur les sites de nidification.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Gravelot du punaFiche créée le 15/08/2023 par
publiée le - modifiée le 24-08-2023
© 1996-2024 Oiseaux.net