Manchot papou

Pygoscelis papua - Gentoo Penguin

Systématique
  • Ordre
    :

    Sphénisciformes

  • Famille
    :

    Sphéniscidés

  • Genre
    :

    Pygoscelis

  • Espèce
    :

    papua

Descripteur

Forster, JR, 1781

Biométrie
  • Taille
    : 81 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 5500 à 8500 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Sphéniscidés sont des oiseaux marins, de taille moyenne à grande, de l'hémisphère austral, essentiellement des régions antarctique et australasienne. Ce sont des prédateurs qui se nourrissent en mer lors de plongées profondes. Leur corps fusiforme est adapté aux déplacements subaquat... lire la suite

Description identification

Manchot papou
adulte
Manchot papou
adulte

Le Manchot papou est un manchot de taille moyenne. De loin, il paraît bicolore, noir dessus et blanc dessous. Sa tête noire présente un dessin caractéristique et unique, deux taches blanches triangulaires dont un des angles touche les yeux et qui se rejoignent en une fine bande blanche sur la calotte. Des points blancs, plus ou moins nombreux suivant les individus, semblent se détacher du blanc et envahir l'arrière de la tête comme une pluie d'étoiles filantes. Les yeux sont bruns et entourés d'un cercle oculaire blanc. Le bec et les pattes sont orange. Le dessus du corps est noir mais peut paraître gris sombre lorsque le plumage est usé. Les nageoires sont noires dessus, avec une bande blanche sur le bord d'attaque et une autre moins large sur le bord de fuite. Le dessous est blanc avec le bout noir. Parfois, le dessous de l'aile peut paraître légèrement saumoné. Le mâle et la femelle ont le même plumage. Le mâle est légèrement plus grand, notamment son bec. Il est intéressant de noter que la taille et la couleur du bec et des pattes varient suivant les colonies.
Le juvénile est similaire à l'adulte mais il a un bec plus terne. Le blanc de la tête est moins étendu et le cercle oculaire moins visible. Le poussin est revêtu d'un duvet, gris sombre sur le dessus (la tête peut paraître plus sombre lorsqu'ils sont très jeunes) et blanc dessous. Le bec et les pattes sont déjà orange mais plus clairs.
Le Manchot papou ne peut être confondu avec aucune une autre espèce de manchots.

Indications subspécifiques 2 sous-espèces

  • Pygoscelis papua papua (subantarctic regions)
  • Pygoscelis papua ellsworthi (Antarctic Peninsula to South Sandwich Is.)

Noms étrangers

  • Gentoo Penguin,
  • Pingüino Juanito,
  • Pinguim-gentoo,
  • Eselspinguin,
  • szamárpingvin,
  • Ezelspinguin,
  • Pinguino papua,
  • Åsnepingvin,
  • Bøylepingvin,
  • tučniak bieloškvrnový,
  • tučňák oslí,
  • Brillepingvin,
  • valkokulmapingviini,
  • Witoorpikkewyn,
  • pingüí de corona blanca,
  • pingwin białobrewy,
  • Папуанский пингвин,
  • ジェンツーペンギン,
  • 白眉企鹅,
  • 巴布亞企鵝,

Voix chant et cris

Manchot papou
adulte

Dans les colonies, le Manchot papou produit, le bec orienté vers le ciel, un bruyant "ah, aha, aha, aha, eh" (le nombre de syllabes peut varier). Ce cri peut être émis plusieurs fois de suite mais toujours avec un temps de repos entre deux. Lorsqu'une menace se précise, il pousse un grognement du type "arrrr" tandis qu'entre eux, les individus produisent des "aaaaa" étirés. En mer, ils gardent le contact par la voix.

Habitat

Manchot papou
adulte

L'habitat du Manchot papou est à la fois marin et terrestre. Comme tous les membres de la famille des Sphéniscidés, il se nourrit en mer et se reproduit à terre.

Sur terre, il se reproduit dans les zones sans glace, sur la côte ou à l'intérieur des terres, de quelques dizaines de mètres à parfois plus de 2 km de la mer. Il s'installe dans des sites très variés, hauts des plages, pentes, vallées, petits promontoires, buttes, crêtes ou encore sommets de falaises. Ces sites sont en général peu couverts d'une végétation rase d'Azorella, de Poa sp., d'Acaena..., mais parfois, la végétation est rare ou absente, notamment sur la péninsule antarctique.
En mer, c'est un manchot côtier et néritique qui ne s'éloigne jamais très loin de ses sites de reproduction. Il peut quand même s'éloigner jusqu'à près de 75 km des côtes. Il évite la banquise et les côtes continentales, préférant les îles, sauf sur la péninsule antarctique où il niche sur le continent.

Comportement traits de caractère

Manchot papou
adulte

Les adultes sont sédentaires, ils fréquentent toute l'année les côtes près des sites de reproduction : souvent à moins de 30 km des colonies mais parfois à plus de 75 km.

Manchot papou
adulte
Souvent, ils partent en pêche le matin pour revenir en fin de journée. Le Manchot papou se nourrit proche de la surface mais il peut aussi plonger à plus de 200 m de profondeur. Il attrape ses proies en les poursuivant. Il part en pêche en petits groupes d'individus mais des rassemblements de plusieurs centaines d'oiseaux ont déjà été observés en mer. Le comportement du Manchot papou varie suivant la localisation géographique des colonies entre les îles mais aussi au sein d'une même île. Par exemple, sur l'archipel de Kerguelen, les individus des colonies du Golfe du Morbihan sont plus côtiers que ceux des colonies donnant sur l'océan. La taille de ces derniers est souvent plus grande et leur bec est globalement moins coloré.
La durée de vie du Manchot papou est inconnue mais elle pourrait atteindre 20 ans.

Vol

Manchot papou
Poussin

Comme tous les manchots, c'est une espèce inapte au vol : les ailes servent de nageoires. Il se déplace dans l'eau en marsouinant, notamment dans ses trajets alimentaires.

Manchot papou
adulte
Il nage alors à la vitesse de 3 à 10 km/h, de même que pour échapper à un prédateur comme une Otarie à fourrure (Arctocephalus spp.) ou un Léopard de mer (Hydrurga leptonyx). Lorsqu'il se nourrit, il plonge, parfois à plus de 200 mètres de profondeur. Sur terre, il marche en se balançant d'un côté à l'autre, les ailes à demi-écartées. Lorsqu'il court face à une menace, il étire sa tête et donne l'impression d'avoir un corps disproportionné.

Alimentationmode et régime

Le Manchot papou chasse en mer, non loin des côtes. Il se nourrit de poissons, de céphalopodes et de crustacés. Les proies varient suivant les lieux d'alimentation. En Antarctique, il se nourrit principalement d'euphausiacés, crustacés de type Krill. Dans les eaux subantarctiques, au large, il se nourrit de poissons, par exemple de notothénioïdes telle la Légine australe et, près des côtes, de crustacés comme les précédents.

Reproduction nidification

Manchot papou
adulte

L'âge de la première reproduction du Manchot papou est de 3 ans. Les dates de reproduction varient suivant les colonies et les îles. Les adultes reviennent à la colonie durant l'hiver austral, fin juin-début juillet pour l'archipel de Crozet, fin août-début septembre pour l'archipel de Kerguelen et la péninsule antarctique. Les colonies rassemblent 2 à 12 000 individus. Elles comptent généralement quelques dizaines à plusieurs centaines de nids. Les colonies sont situées dans les mêmes secteurs d'une année sur l'autre mais elles peuvent se déplacer de quelques centaines de mètres entre deux saisons de reproduction. Les nids sont plus espacés que chez d'autres espèces de manchots comme le Manchot royal ou le Gorfou sauteur. Les nids dans les colonies peuvent être regroupés (notamment sur les terrains uniformes) ou allongés sur une ou plusieurs "rangées" (le long des crêtes, des cours d'eau...) et les nids périphériques ne sont pas rares. Les parades consistent en cris et mouvements de tête : seul ou avec son partenaire, le Manchot papou se dresse et pointe son bec vers le ciel. Le mâle commencent à construire un nid avant même l'appariement. Lorsque le couple est formé, la femelle prend part à la construction du nid.

Manchot papou
adulte
Le nid est creusé et composé ou entouré d'un amas de végétation, de pierres, de grandes plumes. Il mesure de 10 à 20 cm de haut environ, et 45 centimètres de circonférence. La composition du nid dépend des matériaux trouvés dans les environs : sur la péninsule antarctique, les nids sont composés de pierres tandis que sur l'archipel de Kerguelen, ils sont principalement composés de végétation (brindilles d'Acaena magellanica).
La ponte a lieu entre juin et novembre, la date variant en fonction de la position géographique des colonies (début juin pour l'archipel de Crozet, en novembre pour la péninsule antarctique). Deux œufs de teinte crayeuse et arrondis sont pondus à 1-2 jours d'intervalle. L'œuf mesure 65-70mm de long et pèse environ 140 grammes. L'incubation est réalisée par les deux adultes à tour de rôle. Le changement de couveur se fait généralement toutes les 24 h mais l'intervalle entre deux relais peut atteindre 4 jours. Lorsqu'un individu couve, l'autre se nourrit en mer. Ces changements fréquents de couveurs permettent aux adultes de rester en forme. La durée de l'incubation est d'environ 35 jours. Les deux œufs éclosent avec un ou deux jours d'intervalle, parfois en même temps. Les poussins à l'éclosion pèsent environ 94 grammes. Le mésoptile des poussins apparaît au bout de 10 jours. Les relais de nourrissage sont identiques à ceux de l'incubation, de 1 et 4 jours. À 20 jours environ, les poussins commencent à réaliser des excursions hors du nid. Ils se regroupent en crèche autour de 29 jours d'existence. Les parents partent alors tous les deux en mer mais des adultes restent toujours à proximité des crèches. Les crèches se disloquent en fin de journée, lorsque les adultes reviennent pour nourrir les poussins. Ils sont nourris par régurgitation. Le poussin prend la nourriture partiellement digérée directement dans le gosier des adultes. Plus la date du départ en mer approche, plus les crèches s'en rapprochent. Le jeune part en mer après la mue, 62 à 82 jours après l'éclosion au sud de l'aire de répartition, 85 à 117 jours au nord de l'aire. Il pèse alors environ 4 kg. Au début, les poussins passent davantage de temps sur la plage qu'en mer car ils sont toujours nourris par leurs parents. Après le dernier nourrissage, les adultes partent quelques jours en mer avant de revenir muer.
Il semble que les petites colonies aient un succès reproducteur plus faible que les plus grandes car les prédateurs tel que le Labbe brun s'attaquent plus facilement aux nids. Le labbe essaie de prendre les œufs aux couveurs ou les poussins laissés seuls tandis que le Pétrel géant (Macronectes giganteus) ou le Pétrel de Hall (Macronectes halli) peut prélever des poussins directement dans les crèches.
Des manchots sont présents dans la plupart des colonies toute l'année. En revanche, d'autres se dispersent, par exemple de la péninsule antarctique vers le nord.

Distribution

Manchot papou
juvénile

C'est un manchot circumpolaire des régions antarctiques et subantarctiques. Il niche sur la péninsule antarctique et les îles subantarctiques des Océans Atlantique, Indien et Pacifique. Les colonies sont situées entre les longitudes 45 et 65°S, à proximité de la zone de convergence antarctique. C'est un manchot qui peut être considéré comme sédentaire, les mouvements en mer sont méconnus. En hiver, des données accidentelles concernent les côtes du sud de l'Amérique du Sud (Argentine), de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande.
Deux sous-espèces étaient auparavant reconnues, Pygoscelis papua papua au nord et P. papua ellsworthi au sud. Aujourd'hui trois clades distincts sont étudiés : un dans la zone antarctique, un dans la zone subantarctique de l'Océan Atlantique et un dernier dans la zone subantarctique de l'Océan Indien.

Menaces - protection

Manchot papou
adulte
Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La population mondiale du Manchot papou est estimée stable à 774 000 adultes ou environ 300 000 couples. Au sud de son aire de répartition, la population semble augmenter alors que dans les populations subantarctiques, d'importantes baisses ont été observées, par exemple -52% entre 1994 et 2012 à Marion Island -30% entre 1987 et 2002 sur la péninsule Courbet à Kerguelen. Les causes de cette diminution restent méconnues. Le succès reproducteur est généralement faible. La baisse de la disponibilité en nourriture liée au réchauffement des eaux est une cause probable.
Le Manchot papou fait face à plusieurs menaces. Cette espèce est sensible au dérangement humain car les adultes quittent facilement leur nid mais cela dépend des colonies. Les œufs et les poussins sont consommés par des prédateurs naturels (Labbe brun, Pétrels géant et de Hall) ou introduits tel que le rat et peut-être le chat haret. La pêcherie aurait aussi un impact en créant une compétition sur la ressource alimentaire mais cet impact serait faible ou difficilement mesurable. Le Manchot papou est une espèce qui reste proche des colonies où il niche, un agent pathogène ou une pollution localisée peut ainsi facilement fragiliser une colonie ou une population sur une petite île.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Manchot papouFiche créée le 03/04/2020 par
publiée le - modifiée le 11-04-2020
© 1996-2020 Oiseaux.net