Moucherolle de Gould

Pyrocephalus obscurus - Vermilion Flycatcher

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Tyrannidés

  • Genre
    :

    Pyrocephalus

  • Espèce
    :

    obscurus

Descripteur

Gould, 1839

Biométrie
  • Taille
    : 14 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 12 à 15 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

La famille des Tyrannidés est une famille exclusivement américaine, la plus vaste et riche en espèces du continent. Elle groupe des espèces de taille très petite (le plus petit passereau est un Tyrannidé) à moyenne. Ecologiquement, les Tyrannidés sont très divers et occupent des places ten... lire la suite

Description identification

Moucherolle de Gould
adulte plum. nuptial
Moucherolle de Gould
adulte plum. nuptial

Le Moucherolle de Gould mâle est probablement l'oiseau qui, dans la famille, a la couleur la plus éclatante. Il a la tête d'un rouge vif avec un trait loral sombre et un bandeau brun qui part de l'œil et gagne la nuque en passant par les parotiques. Les plumes de la calotte peuvent se hérisser en huppe. Les parties inférieures, du bec à la queue, sont du même rouge vermillon éclatant. Les parties supérieures sont sombres, les plumes de couverture d'un brun assez chaud et les pennes des ailes et de la queue plutôt d'un brun noirâtre. L'uniformité du dessus est rompue par des liserés clairs aux couvertures et aux rémiges. L'extrémité claire des premières dessine deux fines barres alaires. La partie cachée par les ailes au repos, soit le dos, le croupion et les sus-caudales, est d'un brun plus clair et contraste avec le manteau et la queue très sombres.
L'iris est sombre, le bec et les pattes noirs.
Dans la sous-espèce obscurus du Pérou, il existe un morphe entièrement brun sombre.
La femelle diffère totalement du mâle. Ses parties supérieures sont d'un brun plus gris et plus clair, avec le même contraste entre le corps et le reste. La plupart des plumes possèdent des liserées clairs, ce qui participe à la clarté de l'ensemble. La queue est bordée de clair. Le menton, la gorge et le haut de la poitrine sont blancs. Cette dernière possède des stries sombres d'intensité variable mais toujours bien visibles qui évoquent notre Gobemouche gris et se propagent aux flancs. Le bas de la poitrine se colore un peu de beige et cette teinte passe occasionnellement et progressivement, chez certains individus, à une teinte roussâtre, voire rosâtre, plus ou moins vive, au niveau du ventre et des sous-caudales.
Le juvénile ressemble à la femelle, mais avec des stries et des liserés plus marqués. Le mâle immature rappelle la femelle, mais le rouge qui envahit ses parties inférieures révèle son identité.
Les différentes sous-espèces diffèrent entre elles par l'intensité du brun des parties supérieures et l'intensité du rouge des parties inférieures des mâles.

Indications subspécifiques 9 sous-espèces

  • Pyrocephalus obscurus obscurus (Lima. w Peru.)
  • Pyrocephalus obscurus flammeus (sw USA and nw Mexico)
  • Pyrocephalus obscurus mexicanus (sc USA and c and s Mexico)
  • Pyrocephalus obscurus blatteus (se Mexico to Honduras)
  • Pyrocephalus obscurus pinicola (Nicaragua)
  • Pyrocephalus obscurus saturatus (ne Colombia, Venezuela, Guyana and n Brazil)
  • Pyrocephalus obscurus piurae (w Colombia, w Ecuador and nw Peru)
  • Pyrocephalus obscurus ardens (nc Peru)
  • Pyrocephalus obscurus cocachacrae (sw Peru and n Chile)

Noms étrangers

  • Vermilion Flycatcher,
  • Rode Tiran,
  • cinnobertyrann,
  • pamuchár rumelkový,
  • żarek zmienny,
  • 朱红霸鹟,
  • 朱紅霸鶲,

Voix chant et cris

Moucherolle de Gould
adulte

Quand ils recherchent leur nourriture ou quand ils font des rencontres agressives, les 2 sexes émettent des "peent", des "pisk" ou des "peep" d'une grande rudesse. Le mâle chante habituellement à l'aube. Durant les vols de parades, il communique toute la journée mais aussi le soir et peut-être la nuit. Il produit alors des "ching-tink-a-le-tink", des "p-p-pik-zee" ou des "pit-a-zee" qu'il répète à de nombreuses reprises. Le chant en vol est assez variable, cela donne des "titi'tr'e'e'é", des "t-t-ti-ti-tee-teeur" et parfois même des "pt-pt-pre-ee-see". Quand elle invite son partenaire à l'accouplement ou qu'elle fait des rencontres agressives avec des mâles non désirés, la femelle émet des "tjee-tjee-tjee". Les bavardages sont assez semblables au chant mais ils sont produits souvent avec moins de force. Des vibrements d'ailes et des claquements de bec peuvent aussi être entendus au cours des vols de parade ou des déplacements entre les perchoirs. Les populations qui migrent au sud de l'Équateur sont assez silencieuses.

Habitat

Moucherolle de Gould
adulte plum. nuptial

Les Moucherolles de Gould fréquentent une grande variété d'habitats ouverts plus ou moins humides ou arides.

Ces derniers comprennent notamment des boisements clairsemés, des clairières, des broussailles arides et désertiques, des savanes indigènes connues sous le nom de cerrados et des terres agricoles. Les populations de l'est du Honduras et du nord-est du Nicaragua (voir la liste des sous-espèces ci-dessous) visitent aussi les savanes de plaine qui sont pourvues de pins. Ces oiseaux vivent du niveau de la mer jusqu'à environ 3 000 mètres.

Comportement traits de caractère

Moucherolle de Gould
adulte

Les Moucherolles de Gould se perchent en adoptant une posture plutôt rigide. Ils remuent souvent la queue de haut en bas.

Moucherolle de Gould
adulte plum. transition
Une fois qu'ils ont localisé leur victime, ils la poursuivent dans les airs. Une autre tactique consiste à se laisser tomber à terre à partir d'un perchoir bas et à regagner habituellement ce même perchoir une fois que la proie est saisie.
La plupart des races sont sédentaires. Cependant les populations du sud-ouest des États-Unis et du nord-ouest du Mexique procèdent à une migration qui les entraîne jusqu'au centre de l'Amérique centrale. Ils quittent alors les terres de nidification aux mois d'août-septembre-octobre et n'y reviennent qu'en mars. Les populations les plus méridionales se dirigent vers le nord aussi haut que la Colombie et y passent l'hiver austral. Il y a aussi des migrations altitudinales, certaines sous-espèces montagnardes descendant dans les vallées en dehors de la saison de reproduction. Ces oiseaux vagabondent occasionnellement au nord et à l'est de leur aire nord-américaine.

Alimentationmode et régime

Moucherolle de Gould
adulte

Les Moucherolles de Gould sont principalement insectivores : ils consomment des arthropodes y compris des papillons, des sauterelles, des criquets (orthoptères), des scarabées (coléoptères), des termites, des abeilles et des araignées. Ils capturent leurs proies à partir d'un perchoir peu élevé situé d'un niveau proche du sol jusqu'à environ 10 mètres de hauteur.

Reproduction nidification

Moucherolle de Gould
adulte

Les Moucherolles de Gould se reproduisent de la mi-mars à la mi-juillet dans le sud-ouest des États-Unis et au Mexique, de mars à novembre au Venezuela et en novembre dans l'ouest du Pérou. Il y a une ou deux nichées par saison. Les mâles se reproduisent avant l'âge d'un an. Pendant la période nuptiale, le mâle, huppe dressée et plumes de la poitrine hérissées, volette jusqu'à 20 ou 30 mètres au-dessus du sol puis redescend sur son perchoir. Le nid est une coupe ouverte qui paraît fragile ou de facture négligée, il est construit avec des brindilles, des herbes, des radicelles, des fibres végétales, du lichen et des cocons.

Moucherolle de Gould
adulte
Il est bordé avec des toiles d'araignée et garni avec du duvet, du crin et des plumes. Le diamètre extérieur peut atteindre 8 centimètres et la hauteur 5 cm. L'édifice est généralement placé entre 2 mètres et demi et 6 mètres au-dessus du sol, mais parfois à une hauteur supérieure jusqu'à 18 mètres sur la fourche nue et horizontale d'un arbre ou d'un buisson.
La ponte contient 2 ou 3 œufs qui sont couvés par la femelle seule pendant 15 à 16 jours. La durée du séjour des jeunes au nid est d'une durée équivalente. Les 2 parents s'occupent des jeunes, bien que les femelles passent plus de temps au nid. Le mâle ravitaille sa compagne.
Le taux de réussite des couvées n'est pas très élevé. Sur près de 200 nids inspectés dans l'ouest de l'Équateur, environ la moitié d'entre eux ne contenaient qu'un jeune à l'envol. Il faut dire que les nids de Moucherolles de Gould sont régulièrement parasités par les Vachers luisants.

Distribution

Moucherolle de Gould
adulte

Le Moucherolle de Gould occupe une aire qui va de l'extrême sud des États-Unis au nord du Chili en passant par le Mexique et l'Amérique centrale. La sous-espèce saturatus occupe le nord de l'Amérique du Sud, du nord-est de la Colombie au Guyana, effleurant l'extrême nord du Brésil. L'espèce compte 9 sous-espèces (sur les 12 que comptait l'ancien "Moucherolle vermillon") qui se partagent ce vaste territoire.

Menaces - protection

Moucherolle de Gould
immature
Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Peu commune à localement commune d'après le Handbook, cette espèce n'est globalement pas en danger. La population du sud des États-Unis semble en déclin, sans doute en raison d'une dégradation importante de l'habitat, due au surpâturage par exemple ou encore à une nouvelle gestion des cours d'eau qui menace les habitats qui les bordent. À l'inverse, le Moucherolle de Gould s'adapte aux nouveaux habitats et on le trouve couramment dans des milieux anthropisés comme les parcs ou les parcours de golf. Les effectifs sont estimés en progression en Arizona et au Mexique.

Références utilisées

QRcode Moucherolle de GouldFiche créée le 30/12/2013 par
publiée le - modifiée le 2019-03-15 14:44:30 © 1996-2019 Oiseaux.net