Paradisier de Stéphanie

Astrapia stephaniae - Princess Stephanie's Astrapia

Paradisier de Stéphanie
♀ adulte
Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Paradisaéidés

  • Genre
    :

    Astrapia

  • Espèce
    :

    stephaniae

Descripteur

Finsch Meyer, AB, 1885

Biométrie
  • Taille
    : 37 à 53 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 144 à 169 g
Distribution

Distribution

Description identification

Paradisier de Stéphanie
♀ adulte

Cette astrapie a un plumage majoritairement noir et une longue queue extravagante qui mesure plus de 50 centimètres. Chez le mâle, les parties supérieures noires ont des reflets irisés verdâtres. La tête et le haut de la poitrine sont vert jaunâtre brillant avec une teinte bleue. En dessous de cette zone, il y a une large bande pectorale noire avec des reflets irisés de couleur bronze. Le reste des parties inférieures, au niveau du ventre, est recouvert par une bande rouge cuivre luisant. Les longues rectrices noires ont des reflets rose-violet et une hampe blanche. Les iris sont brun sombre, le bec noir brillant. Les pattes ont une couleur gris-plomb nuancé de violet.
Les femelles sont plus ternes que leurs partenaires. Leurs parties supérieures sonr brunes et noires, leur dessous est chamois avec des barres sombres. Leur tête et le haut de la poitrine sont entièrement noirs. Les juvéniles ont un dessus noir, avec un apport variable de roux sur la nuque qui peut aller jusqu'à l'arrière du capuchon. Les parties inférieures chamoisées sont barrées de noirâtre. Les iris ont une teinte gris-brun. Les immatures sont semblables aux adultes femelles.
La race feminina est plus petite que la nominale, le contraste entre la couleur de la nuque et celle du dos est moins visible.

Indications subspécifiques 2 sous-espèces

  • Astrapia stephaniae stephaniae (c to se New Guinea)
  • Astrapia stephaniae feminina (nc New Guinea)

Noms étrangers

  • Princess Stephanie's Astrapia,
  • Ave-del-paraíso de Estefanía,
  • Ave-do-paraíso-de-stephanie,
  • Stephanieparadieselster,
  • Stefánia-hercegnő paradicsomszarka,
  • Stephanie-astrapia,
  • Astrapia di Stephanie,
  • Stefanies astrapia,
  • Prinsesseparadisfugl,
  • rajka lyžičiarka,
  • rajka princeznina,
  • Spatelhalet Paradisskade,
  • viuhkaparatiisiharakka,
  • ocell del paradís d'Estefania,
  • astrapia lśniąca,
  • Астрапия принцессы Стефании,
  • シロジクオナガフウチョウ,
  • 公主长尾风鸟,
  • 公主長尾天堂鳥,

Voix chant et cris

Le répertoire de cet oiseau est fort peu connu. Contrairement à la plupart des autres paradisiers du genre Astrapia, le mâle n'est pas réputé pour son cri de reconnaissance puissant. Les mâles émettent des "nge, nge, nge" et également des "ss, ss, ssw, ssw" plus doux. La femelle produit une note grinçante. On peut également entendre des notes rapides, très allongées et rudes qui sont quelquefois suivies de "hoo-hee-hoo-hee..." semblables à ceux des méliphages du genre Melidectes. Ces derniers sont souvent émis en concert par plusieurs individus.

Habitat

Les astrapies ou paradisiers de Stéphanie fréquentent les forêts de moyenne et de haute montagne ainsi que les boisements subalpins. Leur habitat inclut également les lisières des forêts, les parcelles qui subissent un abattage sélectif et les autres zones boisées perturbées. On les trouve aussi dans diverses sortes de peuplements en cours de régénération. Les astrapies de Stéphanie vivent entre 1 280 et 3 250 mètres d'altitude, mais leur habitat de prédilection se situe principalement entre 1 500 et 2 800 mètres.

Comportement traits de caractère

Les paradisiers de Stéphanie recherchent leur nourriture aux étages moyen et supérieur des arbres. Les proies animales sont capturées dans les mousses et sur les petites branches en fouillant avec leur bec ouvert. Ces oiseaux prospectent habituellement en solitaire ou en petits groupes qui peuvent contenir de 2 à 6 individus. Ils rejoignent parfois des bandes mixtes dans lesquelles ont trouve surtout des paradisiers de Meyer.
Les astrapies de Stephanie sont présumés sédentaires.

Alimentationmode et régime

Les paradisiers de Stéphanie consomment surtout des fruits, en particulier ceux des Schleffera qui constituent un groupe d'arbres tropicaux vivaces au luxuriant feuillage persistant. Ils ingurgitent aussi des insectes, des araignées, des grenouilles et des scinques.

Reproduction nidification

La saison de nidification s'étend au mois de mai à décembre. La ponte a lieu en juin et en octobre-décembre, les osillons peuvent être observés en juillet sur le mont Giluwe et en novembre dans les monts Ambua. Les mâles sont dans de bonnes dispositions sexuelles pendant tous les mois mais leurs parties génitales sont particulièrement dilatées de mars à octobre. Les femelles sont sexuellement disponibles en juin-août et en octobre-décembre. Les parades nuptiales se déroulent de juillet à septembre près de la rivière Jimi et de novembre à décembre sur le mont Giluwe. Le pic dans l'activité a lieu principalement pendant la saison sèche mais les mâles sont capables de parader pendant tous les mois de l'année.
Les paradisiers de Stéphanie sont polygames. Les mâles chantent et paradent sur leurs perchoirs traditionnels, les femelles construisent le nid et s'occupent seules de la nichée. Les leks établis par les mâles comportent entre 4 et 7 arbres qui ont environ 25 mètres de haut. Les concurrents arrivent peu de temps après l'aube et restent sur les lieux de parade pendant 2 heures. Les rituels consistent en des poursuites entre les feuillages et à des sautillements en avant et en arrière sur l'extrémité des branches, ils sont parfois accompagnés de cris. Quand il parade, un mâle par son attitude stimule les autres à faire de même.
Les nids sont de forme très variable, soit il s'agit une structure volumineuse construite majoritairement avec des épiphytes, soit il s'agit d'une étroite coupe fabriquée avec de larges feuilles et des plantes grimpantes. Ils ressemblent parfois à des nids de paradisiers de Lawes ou de paradisiers superbes, ils sont placés à dix mètres au-dessus du sol sur une fourche de branche.
La ponte comprend un seul œuf de couleur brun pâle avec des stries brunes et des taches brun rougeâtre sur la partie la plus large de la coquille. L'incubation dure 22 jours, le séjour des oisillons au nid dure 28 ou 27 jours.

Distribution

Ces paradisiers à la longue queue impressionnante sont endémiques de le partie est de la Nouvelle-Guinée. Leur aire de distribution couvre une partie de la chaîne montagneuse centrale, de la chaîne Owen Stanley en direction de l'ouest jusqu'au mont Hagen. Il y a officiellement 2 sous-espèces qui sont peu différentes l'une de l'autre : A. s. feminina (monts Schrader, chaîne Bismark, monts Sepik-Wahgi). - A. s. stephaniae, la race nominale (des monts Doma et Hagen jusqu'à la chaîne Owen Stanley, en passant par le mont Michael et la chaîne Herzog). Une race supplémentaire, A. s. ducalis, vivant dans les monts Herzog, est parfois rajoutée. Mais elle a des caractères peu significatifs et elle est presque toujours englobée dans la race nominale.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement en danger. Son aire de distribution est asssez réduite dans le centre de la Papouasie, elle est commune dans certains lieux et clairsemée dans d'autres. Elle semble avoir marqué le déclin dans les années 60 et 70 à cause de l'utilisation de son plumage ornementale dans la confection des costumes traditionnels. Compte-tenu de son territoire asez développé et de son habitat relativement inviolé en altitude, son avenir semble assuré.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Paradisier de StéphanieFiche créée le 13/04/2014 par
publiée le - modifiée le 10-05-2014
© 1996-2021 Oiseaux.net