Saltator gros-bec

Saltator albicollis - Lesser Antillean Saltator

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Thraupidés

  • Genre
    :

    Saltator

  • Espèce
    :

    albicollis

Descripteur

Vieillot, 1817

Biométrie
  • Taille
    : 23 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 37 à 51 g
Distribution

Distribution

Description identification

Saltator gros-bec
adulte
Saltator gros-bec
adulte

Le Saltator gros-bec est un passereau plutôt grand (de la taille d'un étourneau), au corps trapu et à la queue assez longue, muni d'un bec épais de granivore. L'espèce est maintenant classée dans la famille des Thraupidés, alors qu'avant elle faisait partie des Cardinalidés. L'ADN a permis de trancher. Il n'y a pas de dimorphisme sexuel : mâle et femelle sont identiques. Le dessus (manteau et couvertures alaires) est vert-olive, les rémiges sont gris-noir à large lisérés vert-olive (ce qui fait qu'ailes fermées, la couleur vert-olive du manteau semble se prolonger sur les ailes avec une nuance plus foncée). Le bas du dos et la queue sont gris foncé. Le dessous est gris clair, la poitrine étant plus ou moins fortement rayée d'olive. La tête est d'une couleur semblable au corps : la calotte est vert-olive, les lores, la face et les joues sont gris-vert. Un sourcil blanchâtre bien marqué surmonte l'œil brun. Le bec est conique, très gros, de couleur noire avec la pointe et les commissures jaunes. Le menton et la gorge sont blanc sale, et encadrés de moustaches sombres descendant vers la poitrine. Les pattes sont gris-brun. Les juvénile sont plus ternes avec un motif facial moins marqué. Le Saltator gros-bec est impossible à confondre car aucune espèce semblable ne vit dans son aire de répartition. Deux sous-espèces sont répertoriées, les individus de la sous-espèce guadelupensis auraient le dessous plus sombre que la sous-espèce nominale.

Indications subspécifiques 2 sous-espèces

  • Saltator albicollis albicollis (Martinique and St. Lucia)
  • Saltator albicollis guadelupensis (Guadeloupe and Dominica)

Noms étrangers

  • Lesser Antillean Saltator,
  • Pepitero antillano,
  • bicudo-das-antillhas,
  • Antillensaltator,
  • fehérfejű szaltator,
  • Antillensaltator,
  • Saltatore delle Piccole Antille,
  • antillersaltator,
  • Antillsaltator,
  • tanečník antilský,
  • saltator bělohrdlý,
  • Antilsaltator,
  • viirukardinaali,
  • dansaire de les Petites Antilles,
  • ziarnołusk białobrewy,
  • Полосатый сальтатор,
  • アンチルムナフイカル,
  • 小安第斯舞雀,
  • 小安地列斯舞雀,

Voix chant et cris

Saltator gros-bec
adulte

Le Saltator gros-bec chante surtout au petit matin : il commence peu avant le lever du soleil et continue jusqu'à une à deux heures après. Le chant est une série de notes sifflées, puissantes et peu musicales, montantes puis descendantes. Le cri est un "tsi" faible ou un "tchink" aigu.

Habitat

Le Saltator gros-bec apprécie surtout les boisements et les maquis secs et arides : forêts, taillis, lisières buissonnantes, repousses, savanes arborées, broussailles et autres habitats bas et denses. Cependant il s'adapte assez facilement à d'autres milieux, à conditions qu'il y ait des arbres ou des buissons : il fréquente aussi les forêts humides d'altitude, les mangroves et les jardins. On le trouve à basse et moyenne altitude (jusqu'à 500 m).

Comportement traits de caractère

En général, le Saltator gros-bec est observé seul ou en couple. Il est sédentaire. C'est un oiseau assez familier, qui vient couramment dans les jardins et les vergers pour se nourrir (mais son plumage mimétique le rend discret et difficile à distinguer dans la végétation). On le voit souvent en compagnie du Moqueur grivotte (appelé " grive fine " en Martinique et en Guadeloupe), car les deux espèces ont le même régime alimentaire et se nourrissent dans les arbres.

Alimentationmode et régime

Saltator gros-bec
adulte

Le Saltator gros-bec se nourrit généralement directement dans les arbres et les arbustes. Il consomme des graines, des baies, des fruits (goyaves, mangues, bananes...), des pétales et des boutons de fleur, des étamines de plantes telles que Calliandra purpurea (l'arbre aux houppettes), mais aussi des insectes et des chenilles. Son goût pour les fleurs fait qu'il n'est pas toujours le bienvenu au jardin.

Reproduction nidification

Saltator gros-bec
adulte

En Martinique, la nidification a lieu de février à août (surtout en mai-juin) et peut-être aussi en octobre-novembre.

Saltator gros-bec
juvénile
Les chants sont à leur maximum de février à juin. La période de nidification est similaire sur les autres îles. Le nid est construit entre 2 et 5 m de haut dans un arbre ou un buisson. C'est une coupe de brindilles et de branchettes, tapissée d'herbes et de radicelles. Le nid mesure 18,5 cm de diamètre extérieur, l'intérieur fait 9 cm de diamètre pour une profondeur de 5 cm. La femelle pond 2 à 4 œufs bleu-vert tachetés de noir. Les oisillons sont nourris par les 2 parents, au nid et après l'envol.

Distribution

L'espèce est endémique des Petites Antilles. Le Saltator gros-bec est seulement présent sur quatre îles : la Guadeloupe, la Dominique, la Martinique et Sainte-Lucie.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

L'espèce est commune dans son aire de répartition. De ce fait elle n'est pas menacée même si elle n'est présente que sur quatre îles. Le Saltator gros-bec est protégé en Martinique et en Guadeloupe. Il est particulièrement commun dans les forêts sèches de la Dominique. Il pourrait cependant souffrir de l'urbanisation dans certains secteurs.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Saltator gros-becFiche créée le 20/02/2022 par
publiée le - modifiée le 28-02-2022
© 1996-2022 Oiseaux.net