Albatros royal du Nord

Diomedea sanfordi - Northern Royal Albatross

Systématique
  • Ordre
    :

    Procellariiformes

  • Famille
    :

    Diomédéidés

  • Genre
    :

    Diomedea

  • Espèce
    :

    sanfordi

Descripteur

Murphy, 1917

Biométrie
  • Taille
    : cm
  • Envergure
    : 4 cm.
  • Poids
    : 6 à 9 g
Longévité

61 ans

Distribution

Distribution

Description identification

C'est un formidable voilier, "Ses ailes de géant l'empêchent de marcher". Espèce endémique de Nouvelle-Zélande, c'est un énorme albatros. L'adulte a le corps et la tête blanche, quelques femelles peuvent présenter des taches noires sur la calotte. Les ailes sont longues et étroites, noires dessus, blanches dessous, noires dessous au niveau des rémiges primaires. Le bout des rectrices est parfois taché noir. Le bec rose pâle est très crochu, les pattes sont de couleur chair. Lors de l'élevage des poussins, le bec et les tarses sont rose plus sombre. Il existe un léger dimorphisme sexuel, les mâles étant légèrement plus grands que les femelles.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Northern Royal Albatross,
  • Albatros real septentrional,
  • Albatroz-real-do-norte,
  • Nördlicher Königsalbatros,
  • Noordelijke Koningsalbatros,
  • Albatros reale del nord,
  • Nordlig Kungsalbatross,
  • albatros sépiar,
  • albatros Sanfordův,
  • Swartvlerkkoningalbatros (-malmok),
  • albatros reial septentrional,
  • albatros ciemnoskrzydły,
  • Северный королевский альбатрос,
  • キタシロアホウドリ,
  • 北方皇信天翁,
  • 北方皇家信天翁,

Voix chant et cris

Habituellement silencieux en mer, ils peuvent produire un certain bruit rauque et un gargouillis lorsqu'ils s'alimentent autour des navires.

Habitat

Prairies : subantarctique ; Milieu marin, zone côtières : pélagique, rivages marins rocheux ; y compris îles rocheuses, falaises marines., rivages de sable fin/galets, subtidale sabl., subtidale sabl.-boue, algues macroscopiques, herbiers marins ; zone océanique : épipélagique (0-200m), mésopélagique (200-1000m). (cf. Uicn)

Comportement traits de caractère

La recherche de nourriture s'effectue généralement en solitaire. Il leur arrive de se rassembler pour cette recherche. Contrairement à d'autres albatros, ils ne suivent pas les navires. Ils se nourrissent en surface comme des charognards. La nourriture de base est récupérée en prélevant des proies mortes ou mourantes et en récupérant aussi les déchets rejetés par les bateaux de pêche. Ils peuvent plonger la tête et le cou à un mètre de profondeur. Lors de la reproduction, les oiseaux se nourrissent sur les plateaux continentaux dans les eaux néo-zélandaises.
Le vol : Planeur extraordinaire il utilise les vents et courants aériens pratiquement sans battre des ailes.

Alimentation mode et régime

La nourriture est principalement composée de céphalopodes de calmars, de poissons, de crustacés et de salpes. Près d'un tiers des céphalopodes consommés par les albatros de Taiaroa sont des poulpes benthiques vraisemblablement rejetés après leur capture dans des casiers par les pêcheurs.

Reproduction nidification

La population reproductrice totale dans les colonies des îles Chatham (99% du total) est estimée à environ 6 500 à 7 000 couples, dont 5 200 à 5 800 couples reproducteurs chaque année. Ce nombre équivaut à peu près à une population totale de 17 000 individus matures. Près de 30 couples se reproduisent chaque année à Taiaroa, ce qui représente 1% de la population. Bien que cette colonie soit en augmentation, la tendance pour l'ensemble de la population reste inconnue en raison de l'absence de données récentes en provenance des îles Chatham. L'aire de reproduction est limitée aux îles Chatham et Taiaroa Head sur la péninsule d'Otago. C'est un oiseau monogame. Le nid est un faible monticule circulaire avec un peu de végétation, de terre, ou de petites pierres. La ponte d'un œuf unique a lieu d'octobre à novembre. L'œuf est blanc avec des taches rougeâtres sur la plus grande extrémité. La saison de reproduction s'étale sur pratiquement toute l'année, de juillet à juin. Le couple se forme généralement pour la vie. Il se reproduit uniquement en Nouvelle-Zélande. Les sites de reproduction se situent principalement dans les îles Chatham. Il existe aussi une petite colonie sur la péninsule d'Otago, près de Dunedin. L'incubation est partagée ainsi que l'élevage des jeunes. Il niche en colonie et se reproduit tous les deux ans. L'éclosion a lieu entre fin janvier et début février, après environ 79 jours d'incubation. Le poussin nidicole sera encore couvé durant 34 jours, puis protégé durant six jours environ. Il quittera le nid à l'âge d'environ 240 jours, il sera alors volant. Les oiseaux juvéniles reviennent dans la colonie à l'âge de 3-4 ans. L'âge moyen de la première reproduction est de 8 ans.

Distribution

Les oiseaux non reproducteurs et immatures, ainsi que les oiseaux ayant récemment mués peuvent être observés toute l'année, ils suivent les courants aériens dans le sud de l'océan Austral, par contre, rarement dans les eaux de l'Antarctique. Les principales aires d'hivernage se situent au large des côtes du sud de l'Amérique du Sud. Durant la période de reproduction, ils se nourrissent généralement en remontant vers les îles Chatham situées à 800 km à l'est de l'île du Sud et ne remontent pas au-delà East Cape sur l'île du Nord. La majorité de la population passe la période de non-reproduction au large des deux côtes du sud de l'Amérique du Sud, en particulier sur le plateau continental au large du Chili, et le plateau de Patagonie au large de l'Argentine.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les changements climatiques pourraient modifier les sites de nidification et devenir la principale menace actuelle pour l'espèce. Le succès de reproduction dans les colonies de l'île Chatham s'est réduit de manière significative à la suite d'un gros orage en 1985 qui a causé la disparition du sol et de la végétation. Depuis le milieu des années 1970, les deux colonies Chatham Islands et Taiaroa Head ont connu un réchauffement et le dessèchement de l'habitat. Plus récemment un stress dû au réchauffement climatique a entraîné l'échec de la nidification. Un système d'arrosage y a été installé pour rafraîchir les oiseaux nicheurs, les jours particulièrement chauds. En outre, un incubateur et un répulsif à mouches ont été utilisés pour réduire le risque d'infestation. Il n'y a pas de mammifères introduits sur les petites îles où nichent les Albatros royaux du Nord (dans les îles Chatham). A Taiaroa Head, le vandalisme des nids et des œufs a disparu depuis 1937, et la prédation des poussins par les mammifères introduits a été enrayée par la destruction des prédateurs et la protection du site. La mortalité liée à la pêche n'est pas considérée comme un problème important, bien que des oiseaux soient tués.

Autres références utiles

Fiche créée le 03/03/2016 par Yann Cambon © 1996-2017 Oiseaux.net