Autour à longue queue

Urotriorchis macrourus - Long-tailed Hawk

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Urotriorchis

  • Espèce
    :

    macrourus

Descripteur

Hartlaub, 1855

Biométrie
  • Taille
    : 70 cm
  • Envergure
    : 81 à 94 cm.
  • Poids
    : 491.5 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cet accipitridé de taille moyenne peut présenter un plumage gris-ardoise, roux et blanc ou presque entièrement noirâtre. Il a une tête assez petite, des pattes fortes, des ailes brèves et une queue exceptionnellement longue et graduée. Tous ces attributs lui procure une silhouette assez semblable à celle du coucou à longue queue de Mechow (Cercococcyx mechowi) bien qu'il soit approximativement 2 fois plus grand que celui-ci. Les sexes sont identiques, la femelle étant à peine 6% plus grande. Les juvéniles sont distincts des adultes.
Chez les adultes en phase claire, le dessus est ardoise foncé, la tête est plus pâle, la gorge gris pâle et les parties inférieures châtain-roux de la poitrine jusqu'au ventre et jusqu'aux culottes. Les couvertures sus et sous-caudales blanches mettent en valeur la longue queue noire qui est pourvue de 4 bandes et d'une pointe blanche. Chez les individus en phase sombre, le dessus est plus foncé, presque noir. Ils sont différents des précédents par le fait que la couleur sombre s'étend à toutes les parties inférieures où elle remplace de façon éclatante la couleur châtain. Les juvéniles ont une queue légèrement plus brève. Leurs parties supérieures sont brun noirâtre avec des liserés roux-fauve. Le blanc est absent sur le croupion. Le dessous est blanc avec des taches rousses sur le côté de la poitrine. Autrement, le centre de la poitrine est taché et les flancs sont barrés de noir.
Chez les adultes, les iris sont jaune rougeâtre. Chez les jeunes ils sont bruns, devenant jaunes. La cire et les pattes sont jaunâtres.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Long-tailed Hawk,
  • Azor Rabilargo,
  • Acor rabilongo,
  • Langschwanzhabicht,
  • hosszúfarkú héja,
  • Langstaarthavik,
  • Astore codalunga,
  • Långstjärtad hök,
  • Langhalehauk,
  • jastrabec chvostnatý,
  • jestřáb dlouhoocasý,
  • Langhalet Høg,
  • viuhkahaukka,
  • astor de cua llarga,
  • jastrzębiak długosterny,
  • Африканский длиннохвостый ястреб,
  • オナガオオタカ,
  • 非洲长尾鹰,
  • 非洲長尾鷹,

Voix chant et cris

Les autours à longue queue sont habituellement assez silencieux. Cependant, parfois, on peut entendre des cris perçants "weeeeee-uh" qui sont délivrés de perchoirs situés assez haut dans les arbres. En captivité, les juvéniles sont apparemment très bruyants.

Habitat

Les autours à longue queue fréquentent les épaisses forêts pluviales et tropicales de plaine. Dans cet habitat particulier, on peut principalement les observer dans la canopée et à l'étage supérieur des arbres. Toutefois, ils s'aventurent parfois dans les forêts secondaires et dans les galeries d'arbres voisines. Excepté lorsqu'ils traversent une route ou une clairière, ils ne sont presque jamais aperçus dans des paysages ouverts. Les autours à longue queue vivent du niveau de la mer jusqu'à 900 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Les autours à longue queue sont des oiseaux solitaires ou vivant en couples. On ignore à peu près tout sur leurs parades et leurs rituels. On n'est guère plus renseigné sur leurs méthodes de chasse. On pense toutefois que ce chasseur de mammifères pratique dans les sous-bois obscurs et qu'il vole souvent à faible hauteur au-dessus du sol, le long des sentiers ouverts par les bucherons. Son extraordinaire longue queue et ses brèves ailes aux bouts arrondis facilitent sa navigation entre les arbres et les branches. Les adultes sont probablement sédentaires mais les immatures peuvent être erratiques et se mettre à vagabonder peu de temps après avoir quitté le nid.

Alimentation mode et régime

Les autours à longue queue chassent des écureuils, des chauve-souris et des rongeurs. Occasionnellement, ils capturent également des oiseaux qui vivent dans la forêt. On ne connaît pas très bien le détail de leur menu, mais on pense que leurs principales victimes sont constituées par les écureuils volants à queue écailleuse de la famille des anomaluridés. Ils visitent aussi les basses-cours des villages où ils font main basse sur les jeunes volailles et sur les poussins. Les autours à longue queue ont des serres et des tarses puissants, un degré d'acuité visuelle assez limité, ce qui en fait de typiques chasseurs de mammifères.

Reproduction nidification

On ne possède pratiquement aucune information. Toutefois, l'état des ovaires d'une femelle ainsi que l'observation d'un jeune récemment envolé ont permis de déterminer la date approximative de la ponte des œufs : en Afrique Occidentale, elle se déroule entre le mois de juillet et le mois d'août, soit à l'apogée de la saison des pluies.

Distribution

Cette espèce est endémique des contrées tropicales de l'ouest et du centre de l'Afrique. Son aire de distribution s'étend de la Sierra Leone, du Liberia et de la partie méridionale de la Côte d'Ivoire jusqu'en Ouganda en passant par le Ghana, le Nigeria, le Cameroun et la République Centrafricaine. La limite sud de son territoire se situe au niveau du Gabon, du Congo, du nord du Zaïre et peut-être du nord-ouest de l'Angola. L'autour à longue queue est considéré comme monotypique. Malgré la grande étendue de son aire de répartition, on considère en effet qu'il n'y a pas de variations géographiques.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les autours à longue queue sont souvent considérés comme assez rares, hormis dans l'ouest de l'Ouganda où ils peuvent être observer en assez grand nombre entre 700 et 900 mètres d'altitude. Sur près de 2 millions de kilomètres carrés, la densité atteint à peine un couple tous les 100 kilomètres carrés, ce qui fait des effectifs totaux de plusieurs milliers d'oiseaux. La population est vraisemblablement en déclin à cause de la déforestation. Dans un avenir proche, la sauvegarde de cette espèce dépend clairement du maintien des forêts pluviales primaires.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 27/12/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net