Barbican à taches jaunes

Buccanodon duchaillui - Yellow-spotted Barbet

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Lybiidés

  • Genre
    :

    Buccanodon

  • Espèce
    :

    duchaillui

Descripteur

Cassin, 1855

Biométrie
  • Taille
    : 17 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 35 à 50 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez l'adulte mâle, une tache rouge ou rouge-orange orne le front de la base du bec jusqu'au milieu du capuchon. Le reste de la calotte jusqu'au haut du dos est noir brillant. Un sourcil jaune pâle parcourt l'arrière de l'œil et se poursuit jusqu'au côté du cou, mettant en valeur le capuchon par rapport au reste de la face qui est entièrement noire. La gorge et le haut de la poitrine sont également totalement noirs bien qu'on y décèle parfois quelques petites et rares stries pâles.
Le dos est bleu-noir avec des taches jaunes qui se transforment en barres sur le croupion et les sus-caudales. La queue varie du noir au brun-noir. Le dessous de la queue est brun terne avec une légère nuance jaunâtre. Les parties inférieures, du milieu de la poitrine jusqu'aux sous-caudales, sont bleu-noir mais elles sont tapissées d'abondantes taches jaunes qui sont surtout visibles sur le centre du ventre. Dans cette dernière région, le noir est parfois si restreint qu'il a l'aspect de fines vermiculures sombres.
Les ailes sont bleu-noir sur la grande majorité des couvertures, mais elles prennent une teinte brunâtre au niveau des grandes couvertures et des rémiges. Toutes les plumes des ailes ont des liserés blancs sur les filets intérieurs. Les secondaires et les tertiaires ont des bordures externes jaunes ou jaune doré. Les extrémités des grandes couvertures sont jaunes, formant une barre alaire. Le reste des couvertures et les scapulaires sont maculés de jaune. Les plumes du dessous des ailes sont blanches au niveau de la base et brun terne au niveau des extrémités.
Le bec noir et pointu possède un culmen plus ou moins incurvé. La peau orbitale est noire, les yeux brun sombre. Les pattes varient du gris au gris-brun. La femelle est identique au mâle. Les immatures ressemblent aux adultes mais le plumage est plus terne, moins doré. Le rouge est absent sur le dessus de la tête. Le bec est jaune ou orange avec une pointe noire, la peau orbitale rose clair. Les iris sont gris, les pattes gris rosâtre.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Yellow-spotted Barbet,
  • Barbudo Pintado,
  • Barbacas de malhas amarelas,
  • Gelbfleck-Bartvogel,
  • Geelvlekbaardvogel,
  • Barbetto macchiegialle,
  • Gulfläckig barbett,
  • Skjellskjeggfugl,
  • fuzáň škvrnitý,
  • vousák žlutoskvrnný,
  • Gulspættet Skægfugl,
  • ampiaisseppä,
  • barbut pintat,
  • wąsalik,
  • Пятнистый букканодон,
  • キミミヒメゴシキドリ,
  • 黄斑拟鴷,
  • 黃點擬啄木,

Voix chant et cris

Le chant le plus caractéristique est une très longue série de "brrrr----t" pouvant durer de 15 à 20 minutes. Les séries sont souvent espacées par des pauses qui durent de 90 à 120 secondes. Ces chants, agressifs et parfois accompagnés de parades visuelles (voir plus bas, dans "comportements") servent à marquer le territoire et, pour les adultes, à garder le contact avec les jeunes.
Les cris les plus courants sont constitués de hululements et ils sont presque identiques à ceux des Barbions hérissés (Tricholaema hirsuta). Ils sont utilisés à proximité des arbres fruitiers. D'autres vocalisations peuvent être entendues, des "ddddt" en séries de 20 notes assez semblables à celles des barbions. Des "chchchchch" bavards, bruyants et agressifs sont délivrés en cas de rencontre avec d'autres espèces, ainsi que des "bdaa-aa-aa" plus doux.

Habitat

Compte-tenu de leur régime assez spécifique, les Barbicans à taches jaunes fréquentent principalement les forêts primaires pluviales pourvues d'arbres fruitiers, mais on les trouve également dans les vieilles forêts secondaires parvenues à maturité, dans les clairières et dans les plantations ombragées. Dans l'ouest du Kenya, ils disparaissent peu à peu des parcelles résiduelles de forêt séparées par des arbres épars. A la place, ils colonisent des forêts-galeries qui sont proches de grandes zones boisées.
Ces oiseaux fréquentent les zones côtières ou les régions de plaine mais, au Nigeria et au Cameroun, ils peuvent grimper jusqu'à 2 050 mètres alors que dans l'ouest du Kenya, ils parviennent jusqu'à 2 230 m d'altitude.

Comportement traits de caractère

La plupart du temps, les Barbicans à taches jaunes recherchent leur nourriture en solitaire. Néanmoins, les arbres lourdement chargés en fruits sont capables d'attirer des rassemblements pouvant atteindre de 8 à 12 individus. Dans ce cas-là, les oiseaux arrivent et repartent en même temps, se restaurent à proximité les uns des autres. Ils glanent dans les touffes de feuilles et le long des branches des grands arbres. Ils prospectent à l'étage moyen et supérieur de la végétation mais ils descendent occasionnellement non loin du sol. Parfois, ils poursuivent les insectes dans les airs. Les Barbicans à taches jaunes mangent rapidement, picorant et avalant environ 3 fruits par minute. Ils marquent une petite pause et balayent l'air de leur bec après chaque aliment ingurgité.
Ces lybiidés se reposent en commun dans une cavité aménagée à cet effet, mais de nombreuses habitudes sont inconnues.
Au Gabon, les Barbicans à taches jaunes entretiennent des territoires dont la superficie approche généralement les 10 hectares, ne les quittant uniquement que pour chercher de la nourriture dans leurs arbres fruitiers favoris. Pendant la période de reproduction, ces oiseaux sont très réactifs aux cris qu'ils entendent et deviennent très agressifs, ce qui est un comportement assez similaire à celui des barbions du genre Pogoniulus et à celui des barbicans du genre Tricholaema. Dans ce cas, ils agitent alors rapidement les ailes, font trembler nerveusement leur queue d'un côté à un autre et pointent le bec dans la direction d'où proviennent les cris.
Quand ils sont sur le point de chanter, ces barbicans prennent l'aspect d'une boule hérissée. Quand ils commencent leurs vocalises, ils se penchent en avant, le bec pointant vers le bas. A la fin du chant, ils adoptent une posture rectiligne et scrutent les alentours. Les Barbicans à taches jaunes chantent à partir d'une grande hauteur dans les arbres, parfois près de 50 mètres au-dessus du sol.

Alimentation mode et régime

Les Barbicans à taches jaunes ont un régime mixte. Les matières organiques sont constituées par des insectes tels que les termites mais les escargots sont également consommés. En ce qui concerne les végétaux, ces oiseaux ingurgitent une grande variété de petits fruits comme les figues ou les baies qu'ils trouvent dans les arbres du genre Heistera ou Musanga (les parasoliers). Les graines et les noix de palmiers à huile sont également très appréciées. Quand ils se restaurent, les Barbicans à taches jaunes doivent subir la concurrence pugnace des Barbicans à gorge grise (Gymnobucco bonapartei). La cohabitation pacifique avec les Barbicans hérissés semble par contre assez courante.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule d'août à janvier au Liberia, en décembre en Côte d'Ivoire, en février au Ghana. Les oisillons sont visibles en mai-juin et novembre-mars au Nigeria. D'autres dates sont disponibles : pratiquement toute l'année mais plus particulièrement mars-avril au Cameroun, janvier-février, avril, juin-août au Gabon, février-avril et août-septembre au Zaïre, probablement toute l'année en Ouganda et décembre-mars au Kenya.
Bien que des juvéniles de cette espèce aient pu être collectés, le nid et les œufs n'ont jamais été décrits. D'après Brosset et Erard, les Barbicans à taches jaunes sont cavernicoles et se reproduisent dans des cavités creusées dans des troncs d'arbres à quelques 15 mètres au-dessus du sol. Aucune autre information n'est disponible.

Distribution

Les Barbicans à taches jaunes sont originaires de l'Afrique de l'Ouest et de l'Afrique Équatoriale jusqu'au lac Victoria. Leur aire de distribution s'étend de la Sierra Leone, du sud de la Guinée et du Liberia en direction de l'est jusqu'au Kenya où elle atteint la région de la forêt de Mau et la vallée de Kerio. Elle passe par le Togo, le sud du Nigeria, la République Centrafricaine, le sud du Soudan et l'Ouganda. Vers le sud, elle se développe jusqu'au Cameroun, au Gabon, au Zaïre, au Cabinda, au Rwanda et au nord-ouest de la Tanzanie.
Malgré la grande superficie de son territoire, l'espèce est considérée comme monotypique (pas de sous-espèces).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Barbicans à taches jaunes vivent sur un territoire dont la superficie dépasse les 3 millions de kilomètres carrés. La taille de la population globale n'est pas définie mais d'après Birdlife, les effectifs sont relativement nombreux sur l'ensemble de l'aire de distribution et stables en l'absence de véritables menaces. L'espèce est donc classée comme de préoccupation mineure.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 14/04/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net