Bécasseau de Temminck

Calidris temminckii - Temminck's Stint

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Scolopacidés

  • Genre
    :

    Calidris

  • Espèce
    :

    temminckii

Descripteur

(Leisler, 1812)

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : 34 à 37 cm.
  • Poids
    : 17 à 32 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le bécasseau de Temminck fait penser à un Chevalier guignette miniature. Cette espèce très proche du Bécasseau minute a toutefois un corps plus allongé, la queue dépassant légèrement en arrière des ailes. Les côtés de sa queue sont blancs, les pattes pâles, jaunâtres, jamais noires.

En plumage nuptial, Le bécasseau de Temminck affiche un dessus brunâtre avec quelques plumes sombres à bord couleur rouille, irrégulièrement disposées, surtout aux épaules et sur le manteau. En hiver, par contre, son plumage proche du Chevalier guignette présente un dessus gris-chamois uniforme, le dessous se caractérise par un net contraste poitrine brune / ventre blanc. En tous plumages, la tête est uniformément brun-chamois et ne porte pas de sourcil net comme chez le Bécasseau minute.

Les juvéniles ont une tête sans marque, des pattes claires, des scapulaires et des couvertures alaires à liseré jaune, ce qui donne à leur plumage un aspect écaillé.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Temminck's Stint,
  • Correlimos de Temminck,
  • Pilrito de Temminck,
  • Temminckstrandläufer,
  • Temminck-partfutó,
  • Белохвостый песочник,
  • 青脚滨鹬,
  • Temmincks Strandloper,
  • Gambecchio nano,
  • Mosnäppa,
  • Temmincksnipe,
  • biegus mały,
  • pobrežník sivý,
  • jespák šedý,
  • Temmincksryle,
  • lapinsirri,
  • Temminckse Strandloper,
  • オジロトウネン,

Voix chant et cris

En vol, son cri habituel est constitué par un "trrririr" trillé, aigu et distinctif qui peut être répété à plusieurs reprises. En parade et pendant sa cour, il émet un trille continu montant et descendant en rythme rappelant celui de la Locustelle tachetée.

Habitat

Cet oiseau est assez peu commun en France, la plupart des espèces choisissant d'hiverner au sud du Sahara. Tout au long de l'année, il est très dépendant des milieux aquatiques. En période de reproduction, on trouve le bécasseau de Temminck dans des zones dégagées, sableuses, pierreuses ou herbeuses pénétrées par un bras de mer ou à proximité d'un cours d'eau. Le reste du temps, il recherche les marais et les rives des lacs, les mares ainsi que l'amont des estuaires. Il évite en général les milieux salins et est très rare dans les vasières littorales.

Comportement traits de caractère

Le bécasseau de Temminck est un oiseau migrateur sur un large front qui embrasse l'Afrique du Nord et l'Asie du Sud. Les premiers hivernants parviennent en Afrique du Nord vers la fin du mois de juillet, alors que les oiseaux de Scandinavie n'entament leur mouvement qu'au début de l'automne, circulant en petites bandes. Le retour vers les lieux de nidification intervient seulement au mois de mars et avril.

Les bécasseaux de Temminck sont plus lents, plus calmes et plus discrets que les bécasseaux minute. Bien que ces deux oiseaux aient le même petit cri aigre et le même vol direct et rapide, le bécasseau de Temminck se distingue par sa moins grande activité: ce petit oiseau reste souvent immobile, le cou rentré dans les épaules, les plumes ébouriffées.
Le vol : Vol soutenu, rapide et direct.
Au dessus des sites de nidification, il parade avec un vol circulaire bas, ailes vibrantes et tenues en 'V', queue étalée.

Alimentation mode et régime

Moins actifs que ses cousins, le bécasseau de Temminck capture des insectes, des vers et des mollusques en furetant et en grattant l'herbe humide ou la boue. La quête de la nourriture s'effectue en solitaire ou en petits groupes ne dépassant pas la trentaine d'individus.

Reproduction nidification

Entre mai et juillet, le bécasseau de Temminck nidifie en zone arctique, à proximité de petits bras de mer, deltas ou rivières, souvent dans les jeunes saules, également à terre en terrain découvert, près de l'eau dans la végétation basse. Le nid est garni de végétaux, principalement des tiges et des feuilles. Chaque saison, il y a parfois deux, ou même trois couvées, chacune étant prise en charge par l'un des parents (un mâle et une femelle ou deux mâles et une femelle) à cause de leur proximité dans le temps. La seconde ponte intervient en effet une semaine seulement après la première. La femelle pond généralement quatre œufs dont la période d'incubation dure 21 ou 22 jours.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 12/01/2001 par Didier Collin avec la participation de Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net