Bihoreau goisagi

Gorsachius goisagi - Japanese Night Heron

Systématique
  • Ordre
    :

    Pélécaniformes

  • Famille
    :

    Ardéidés

  • Genre
    :

    Gorsachius

  • Espèce
    :

    goisagi

Descripteur

Temminck, 1836

Biométrie
  • Taille
    : 49 cm
  • Envergure
    : 87 cm.
  • Poids
    : 500 à 550 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce héron présente un plumage essentiellement châtain et fauve. Il a un capuchon et une courte huppe châtain. Ses parties supérieures sont généralement châtain clair. Les côtés du cou sont chamois-brun. Les ailes sombres ont des primaires noirâtres et de larges bordures fauves, le contraste entre les deux formant une barre alaire noire. Le devant de l'aile porte une tache pâle dont la netteté peut être assez saisissante dans des bonnes conditions de lumière. Le dessous est brun avec des stries plus foncées. Les flancs sont légèrement mouchetés. Le bec est bref, de couleur brun foncé sur la mandibule supérieure et jaune sur la mandibule inférieure. Les lores sont jaunâtres et les iris sont également jaunes. Les pattes sont vert noirâtre plus ou moins uni. Le mâle et la femelle sont identiques.

Les immatures ressemblent aux adultes mais leur capuchon est brun noirâtre. Le reste de la tête est plus roux, le cou est plus taché et strié. Les couvertures alaires sont nettement plus pâles. Le bihoreau goisagi ne peut être véritablement confondu qu'avec le bihoreau malais (Gorsachius melanolophus). Ce dernier possède cependant un capuchon plus noir et des plumes de crête plus longues. Il a une apparence générale plus sombre avec des extrémités blanchâtres et ses flancs sont plus mouchetés. Son bec est plus long et plus fin et la couleur de ses parties nues diffère. Parfois, le bihoreau goisagi présente quelques ressemblances superficielles avec le blongios cannelle (Ixobrychus cinnamomeus)

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Japanese Night Heron,
  • Martinete Japonés,
  • Savacu-japonês,
  • Rotscheitelreiher,
  • japán bakcsó,
  • Japanse Kwak,
  • Nitticora del Giappone,
  • Japansk natthäger,
  • Japandverghegre,
  • chavkoš japonský,
  • kvakoš japonský,
  • Japansk Nathejre,
  • japaninhämyhaikara,
  • martinet de nit del Japó,
  • ślepowron japoński,
  • Japānas gārnis,
  • Японская кваква,
  • Kowak jepang,
  • ミゾゴイ,
  • 栗头鳽,
  • 日本麻鷺〔栗頭虎斑鳽〕,

Voix chant et cris

Sa voix n'a pu être enregistrée , mais il semble bien que cet oiseau émette d'incessants croassements quand il se restaure.

Habitat

Le bihoreau goisagi fréquente principalement les marécages et les cours d'eau dont les rives sont recouvertes d'une épaisse végétation forestière. On les trouve plutôt dans les zones montagneuses, dans les collines et sur les versants les plus modérés (jusqu'à environ 1500 m). De nos jours, ce type d'habitat est devenu assez rare.

Comportement traits de caractère

Le bihoreau goisagi recherche sa nourriture pendant la nuit. Pendant les jours nuageux, quand la luminosité est faible, certains petits groupes lâches chassent cependant dans les plaines humides pendant la journée. Au cours des journées où le soleil brille, cette espèce n'émerge des sous-bois épais que si elle est dérangée. On ne possède aucun renseignement sur ses différentes méthodes de chasse. Le bihoreau goisagi est un oiseau migrateur. A la fin du mois d'octobre, il quitte ses territoires du sud du Japon et se dirige vers le sud dont il ne revient qu'entre le mois de mars et de mai. Certains individus parcourent ainsi plus de 3000 kilomètres. Sur ses terres hivernales, cet oiseau reste en petits groupes.

Alimentation mode et régime

Les bihoreaux goisagi sont des oiseaux carnivores. Leur menu comprend principalement des crabes et sans doute d'autres crustacés. Ils complètent leur alimentation avec des vers de terre, des insectes et des petits poissons.

Reproduction nidification

On connnaît vraiment peu de choses sur les parades nuptiales et les mœurs reproductives. Toutefois, on sait que les femelles qui couvent adoptent une attitude figée comme les butors lorsqu'elles sont dérangées. Le bihoreau goisagi se reproduit principalement pendant la deuxième et la troisième semaine du mois de mai. Cependant, on a trouvé des nids aux îles Izu pendant le mois de juillet, ce qui suggère que cette espèce mène sans doute à terme deux couvées par saison. Cet oiseau niche en solitaire mais dans les sites favorables les nids peuvent être très rapprochés. On a ainsi découvert une colonie lâche contenant six nids dans un petit marais proche de la rivière Fuji à environ 210 mètres d'altitude (Kushlan).

Le bihoreau goisagi construit avec des branches une plate-forme fragile et assez grossière. Elle est située sur une branche plus ou moins horizontale ou sur le rameau feuillu d'un cèdre du Japon, d'un cyprès ou d'un autre conifère. Occasionnellement, elle est placée dans un chêne ou un autre arbre à feuilles caduques, à une distance d'1 à 4 mètres du tronc et entre 7 et 20 mètres au-dessus du sol. La femelle dépose 3 ou 4 œufs , de couleur blanche, de forme allongée et mesurant environ 48 millimètres sur 37. A Shizuoka, la période d'incubation est estimée entre 17 et 20 jours. Les petits acquièrent la totalité de leur plumage et sont prêts à s'envoler au bout de 35 à 37 jours.

Distribution

A notre connaissance, le bihoreau goisagi ne se reproduit qu'au Japon. La limite la plus nordique de son aire de nidification se situe légèrement au nord de Yokohama, dans l'île principale d'Honshu. On ne le trouve pas que le long du littoral, il pénètre également à l'intérieur des terres jusqu'à proximité du mont Fuji. Ailleurs, pendant la période de reproduction, sa présence est avérée dans l'île de Shikoku, à Kyu Shu et vraisemblablement dans l'archipel des Ryu Kyu. Pendant la période hivernale, cet oiseau migre vers le sud. Il s'installe en Chine, dans les provinces du Fukien et Kiangsi, au nord de l'embouchure du fleuve Yangtzé. Il hiverne également à Formose, aux Philippines et poursuit sa route jusqu'au nord de Sulawesi. Quelques vagabonds errent parfois au nord jusqu'à Hokkaïdo et Sakhaline.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le bihoreau goisagi est rare et en danger d'extinction. D'après Birdlife, la population est estimée entre 1000 et 2500 individus. La déforestation est la principale cause de son déclin. Dans les îles Izu où elle était autrefois abondante, cette espèce est victime de l'introduction du putois de Sibérie (Mustela sibirica). Dans les zones suburbaines, elle est devenu une des proies favorites des corbeaux qui se multiplient à une grande vitesse.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 07/02/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net