Buse à épaulettes

Buteo lineatus - Red-shouldered Hawk

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Buteo

  • Espèce
    :

    lineatus

Descripteur

Gmelin, JF, 1788

Biométrie
  • Taille
    : 47 cm
  • Envergure
    : 90 à 114 cm.
  • Poids
    : 500 à 700 g
Longévité

20 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, la tête est brunâtre, la poitrine roussâtre. Le ventre est pâle avec des rayures rouges. La queue, qui possède une longueur assez analogue à celle des autres membres du genre Buteo, est ornée de fines barres blanches. Les épaules rouges qui donnent leur nom à l'espèce sont surtout visibles lorsque l'oiseau est perché. La buse à épaulettes présente des parties supérieures sombres qui sont agrémentées de petites taches blanches. Les lores et les joues sont grisâtres, légèrement teintées de cannelle. Le menton et le haut de la gorge varient du blanc au gris terne. Les iris sont bruns. L'anneau orbital, la cire et l'intérieur de la bouche affichent différentes teintes de jaune, ce qui contraste avec le bleu-corne du bec dont la base est noire. Les pattes et les pieds sont jaunâtres.
La femelle possède un plumage identique à celui du mâle, mais sa taille est bien plus imposante. Les juvéniles ressemblent aux adultes, toutefois les liserés blancs et rougeâtres des plumes des parties supérieures sont plus réduits, ce qui donne à cette partie une apparence plus uniformément sombre. La bordure des ailes est moins châtain. Le dessous est chamois avec de nombreuses taches noisette ou noires. La queue porte des barres grises plus nombreuses. Les tarses sont variables, du jaune verdâtre pâle au blanc.
Les sous-espèces de Californie paraissent plus rouges, celles de Floride plus pâles.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Buteo lineatus lineatus (e North America)
  • Buteo lineatus alleni (sc Texas to North Carolina and n Florida. USA.)
  • Buteo lineatus extimus (s Florida and the Florida Keys. USA.)
  • Buteo lineatus texanus (s Texas. USA. to se Mexico)
  • Buteo lineatus elegans (s Oregon. USA. to Baja California (Mexico))

Noms étrangers

  • Red-shouldered Hawk,
  • Busardo Hombrorrojo,
  • Bútio-ruivo,
  • Rotschulterbussard,
  • vörösvállú ölyv,
  • Roodschouderbuizerd,
  • Poiana spallerosse,
  • Bandvingad vråk,
  • Rødvingevåk,
  • myšiak hrdzavokrídly,
  • káně páskovaná,
  • Rødskuldret Musvåge,
  • ruostehiirihaukka,
  • aligot d'espatlles vermelles,
  • Leirvákur,
  • myszołów rdzawoskrzydły,
  • rudais klijāns,
  • progasta kanja,
  • Красноплечий канюк,
  • カタアカノスリ,
  • 赤肩鵟,
  • 赤肩鵟,

Voix chant et cris

Chez cette espèce, on a répertorié pas moins de 7 cris. Le cri le plus courant est délivré pour marquer le territoire ou lorsque les adultes veulent donner l'alarme. Il s'agit d'une série de notes claires et régulièrement espacées : "kee-ah" ou "kah".

Habitat

La Buse à épaulettes fréquente les forêts mixtes de conifères et de feuillus et les parcelles assez humides de bois dur. Elle aime vivre près de l'eau, aussi la trouve-t-on fréquemment dans les marécages, les plaines alluviales et aux lisières boisées des marais. Elle a tendance à délaisser les forêts composées uniquement de conifères. Dans une étude réalisée sur un échantillon de 155 nids, 69% d'entre eux étaient situés dans des forêts de feuillus, 24% étaient situés dans des forêts mixtes et seulement 5% dans des pures forêts de conifères. Comme elle occupe un territoire de nidification plutôt vaste, la Buse à épaulettes a besoin de larges espaces ininterrompus de forêt. Ceux-ci alternent souvent, comme en Iowa, avec des petites zones de marais. La race elegans, qui vit en Californie, marque une nette préférence pour les forêts situées dans les plaines alluviales à basse altitude.

Comportement traits de caractère

Les Buses à épaulettes chassent aussi bien dans les zones ouvertes que dans les régions boisées. Dans ce but, elles utilisent essentiellement deux méthodes. La méthode la plus couramment utilisée consiste à planer au dessus de son territoire pour repérer des proies. Pour cela, elles possèdent deux atouts essentiels, une excellente vue et une paire d'ailes dont la structure et la forme leur permettent de planer sans effort pendant une assez longue période. Pour chasser efficacement, les Buses à épaulettes ne se fient pas à leur odorat. Il leur arrive également de chasser à l'affût à partir d'un perchoir. Elles utilisent alors de vieux arbres morts à partir desquels leur vision sur le sol est très dégagée.

Bien que cette buse soit relativement commune et répandue, son comportement social et sa façon de former les couples ne sont pas très bien connus. Accomplir des vols circulaires au dessus de son territoire, suivis d'une série de plongeons vertigineux accompagnés de cris semble être la catégorie de parades la plus couramment utilisée. En fin de matinée et en début d'après-midi, le mâle entreprend une parade particulière appelée "sky-dance". Il plane très haut dans le ciel, effectue une série de piqués impressionnants, chaque plongeon étant suivi par une large spirale et par une rapide remontée.
La plupart des Buses à épaulettes sont sédentaires. Seules celles qui vivent au Canada, en Nouvelle-Angleterre et dans la région des Grands Lacs migrent vers le sud en hiver pour trouver des terres plus accueillantes.

Alimentation mode et régime

Le menu de cette espèce est très varié : il comprend un large échantillon de petits mammifères, de serpents, de lézards, d'oiseaux de petite taille y compris des oisillons, de grenouilles, de crapauds ainsi que d'insectes. D'après une étude réalisée à partir de l'analyse des restes trouvés dans leur estomac, les Buses à épaulettes consommeraient plus de 40% de rongeurs, 29% de reptiles et d'amphibiens, 21% d'arthropodes et moins de 7% d'oiseaux. Dans le Michigan, les jeunes oisillons sont nourris presque exclusivement de vertébrés : une grande variété de rongeurs, des musaraignes, des serpents, des petits oiseaux, des lapins, des grenouilles, des crapauds ainsi que d'autres petites proies représentant une quantité peu importante.

Reproduction nidification

La Buse à épaulette est monogame et territoriale, elle ne niche qu'une fois par an, entre avril et juillet. La plupart des pontes se déroulent entre le début avril et la mi-juin. Le couple réutilise souvent le même nid pendant plusieurs années consécutives. Les travaux de restauration du nid ont lieu au début du printemps. Pour le remettre à neuf, les deux partenaires utilisent des morceaux de bois, des brindilles, des lambeaux d'écorce, des feuilles et des brins d'herbe. Sur l'ensemble de l'Amérique du Nord, ils choisissent en priorité des feuillus comme les chênes ou les bouleaux pour installer leur construction. Les sites de nidification sont généralement très différents de ceux des Buses à queue rousse, ce qui évite toute forme de compétition.

La femelle pond habituellement 3 à 4 œufs qu'elle dépose à 2 ou 3 jours d'écart. L'incubation commence après que le premier ou le deuxième œuf a été pondu et elle dure environ 33 jours. La plupart du temps, la femelle couve seule, mais dans certains couples, elle reçoit le concours épisodique du mâle. Compte-tenu du mode de ponte, les naissances sont échelonnées. Il peut parfois y avoir 7 jours d'intervalle entre la première et la dernière éclosion. Les petits sont nidicoles et ne prennent pas leur envol avant 45 jours. Leur mère les couve pendant la première semaine et le mâle leur apporte le ravitaillement au nid. Après qu'ils ont quitté le nid, les petits restent dépendants de leurs parents pendant encore 8 à 10 semaines, ils ne deviennent totalement autonomes que lorsqu'ils ont atteint l'âge de 17 à 19 semaines. Les jeunes buses atteignent la maturité sexuelle quand elles ont un an ou plus.

Distribution

Les Buses à épaulettes sont endémiques d'Amérique du Nord. Leur aire de distribution couvre principalement l'est et le nord-est des États-Unis, débordant légèrement sur le Canada et le nord du Mexique. Du nord au sud, elle s'étend du sud du Québec et de l'Ontario au delà du Texas jusqu'aux états de Vera Cruz, Hidalgo et Puebla. D'ouest en est, elle va du Minnesota, de l'Iowa et du Missouri jusqu'à la côte atlantique. Une population isolée vit dans l'ouest, le long du littoral du Pacifique, de l'Oregon jusqu'à la Baja Californienne. Sur ce vaste territoire, 5 sous-espèces sont officiellement reconnues : B. l. lineatus, la race nominale (sud du Canada, est des États-Unis jusqu'au nord du Mexique) - B. l. alleni (sédentaire du Texas et de l'Oklahoma jusqu'à la Floride et la Caroline du Sud) - B. l. extimus (extrême sud de la Floride) - B. l. texanus (sédentaire du Texas jusqu'à Vera Cruz et le district fédéral de Mexico) - B. l. elegans (Oregon, Californie et nord de la Baja).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

À la fin du XIXème siècle, la Buse à épaulette était un des rapaces les plus répandus dans l'est des États-Unis. À partir de la période d'après-guerre, tous les observateurs s'accordent pour reconnaître que l'espèce a subi un sérieux déclin, excepté en Californie et en Virginie où elle s'est maintenue à un très bon niveau. L'empoisonnement par les pesticides et les polluants industriels, la détérioration de l'habitat constituent principalement les 2 raisons qui expliquent ce déclin. Globalement, de nos jours, la Buse a épaulettes est considérée comme ne posant pas de problèmes majeurs. Toutefois, dans certains états comme le Michigan, l'espèce est perçue comme menacée ou même en danger. La Buse à épaulettes est actuellement protégée par l'US migratory Act.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Buse à épaulettesFiche créée le 27/10/2009 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net