Buse plombée

Cryptoleucopteryx plumbea - Plumbeous Hawk

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Cryptoleucopteryx

  • Espèce
    :

    plumbea

Descripteur

Salvin, 1872

Biométrie
  • Taille
    : 37 cm
  • Envergure
    : 71 à 79 cm.
  • Poids
    : 77 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cette buse typique a une petite taille. Son plumage est sombre, sa silhouette est trapue et sa tête est de forme arrondie. Ses ailes et sa queue sont moyennes. Les pattes sont courtes, ce qui lui permet de bien se percher à l'étage moyen des arbres au petit matin. La femelle est à peine plus petite (3%) que son partenaire.
Chez les mâles adultes, le plumage est entièrement bleu-noir. Les ailes et la queue sont légèrement plus sombres. La queue est traversée par une modeste barre blanche. L'extrémité blanche des rectrices est à peine perceptible. Les cuisses très foncées sont ornées de petites barres blanc grisâtre. Les lores et les tarses sont très nettement orange brillant.

Les juvéniles sont semblables aux parents. Toutefois, leurs cuisses sont abondamment barrées, l'abdomen et le bas de la poitrine sont vaguement mouchetés de gris. Parfois, il y a une deuxième bande caudale blanche.
Les juvéniles sont identiques aux adultes, excepté qu'ils n'ont pas les parties nues rouge-orange de leurs parents.
En Amérique du Sud, les Buses plombées peuvent être confondues avec les Milans plombés ou avec les Buses schistacées (Leucopternis schitacea).

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Plumbeous Hawk,
  • Busardo Plomizo,
  • Gavião-plúmbeo,
  • Bleibussard,
  • csokó erdeiölyv,
  • Donkergrijze Buizerd,
  • Poiana piombata,
  • Blygrå vråk,
  • Blyvåk,
  • myšiak tmavosivý,
  • káně olověnobarvá,
  • Blygrå Våge,
  • tummaviidakkohaukka,
  • aligot plumbi,
  • szarostrząb,
  • Свинцово-серый пегий канюк,
  • クロアオノスリ,
  • 铅色南美鵟,
  • 鉛灰南美鵟,

Voix chant et cris

Les Buses plombées émettent des sifflements descendants, criards et puissants, des "wheeeeeeer" qui ressemblent à des cris de dissuasion mais dont on ne connaît pas exactement l'usage.

Habitat

Les Buses plombées sont quasiment les seules buses qui fréquentent à la fois les forêts tropicales humides et les forêts néotropicales situées majoritairement dans les zones de collines.
Depuis une période assez récente, elles ont régulièrement modifié leur habitat et manifestent désormais un nouvel intérêt pour les terrains accidentés au pied des montagnes et dans les plaines pluviales.
Les Buses plombées sont aperçus principalement dans les collines, elles sont repérées plus couramment dans les endroits ouverts, en particulier les sentiers et les clairières présentant une meilleure grande visibilité. À longueur d'année, elles résident à proximité des petits cours d'eau et des lacs.
Leurs lieux de résidence principaux peuvent grimper au maximum jusqu'à 1 400 mètres d'altitude. Toutefois, on les trouve généralement du niveau de la mer jusqu'à 800 mètres.
Les Buses plombées résident dans le nord-est de l'Amérique du Sud : côtes pacifiques du Panama, du Costa Rica, de l'Équateur, 2 rives de l'Amazone, du Nord-ouest du Pérou (Tumes) jusqu'à l'embouchure du grand fleuve dans la province du Para.

Comportement traits de caractère

Après la ponte, les Buses plombées continuent à séjourner dans le même endroit le reste de l'année sans que l'on assiste à des déplacements. Ces oiseaux de proie sont présumés sédentaires et territoriaux par convenance car ils trouvent tout ce dont ils ont besoin au même endroit sans changer de lieux de ressources ou de partenaire. En dépit de l'absence de parades sociales ou de vol plané, elles n'ont aucune peine à conserver leurs habitudes dites conservatrices. Comme leurs proches voisines du nord, les Buses schistacées, elles parcourent les branches plus ou moins feuillues et poursuivent les troupes de mammifères tels que les Saïmiris-écureuils (Saimiri sericueus).

Alimentation mode et régime

On possède peu de renseignements sur le détail du régime alimentaire. Néanmoins, les Buses plombées sont connues pour consommer en priorité des crabes, des grenouilles, des poissons et des serpents aquatiques. Elles ne dédaignent pas les petits oiseaux qu'elles capturent dans les leks ou champs de danse essentiellement pendant les parades qui précèdent l'accouplement, notamment chez les Coqs-de-prairie.
Le comportement, la structure de ses pattes, le faible dimorphisme sexuelle, suggèrent qu'elles se nourrissent très largement d'amphibiens et de batraciens. Elles plongent sur leurs proies après avoir surveillé celles-ci du haut d'un perchoir. Pendant la période de traque, elles peuvent demeurer de longs moments assises sur une longue perche.

Reproduction nidification

Concernant les mœurs reproductives et les activités qui se développent pendant le cycle de reproduction, le Handbook des oiseaux du Monde est particulièrement laconique : taille de la ponte, coloration des œufs, durée d'incubation, date d'éclosion et soins parentaux nécessitent des informations supplémentaires.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le territoire de la Buse plombée est réduit à un longue bande de 2 000 mètres sur 50 kilomètres au grand maximum. Elle remplace la Buse schistacée dans l'est des Andes. Aucune partie de son territoire réciproque ne se superpose. Pas d'information quant à la densité de cette espèce, mais elle est probablement basse et les effectifs sont sans doute proche des mille individus. L'accroissement du déclin de la forêt de son aire est la menace la plus sérieuse. Parmi les travaux humains, l'expansion de l'agriculture intensive et l'abattage des arbres ont le plus grand impact. La protection des sites dans lesquels elle est installée est présentée désormais comme une priorité assez urgente. Classée comme Vulnérable.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Buse plombéeFiche créée le 24/02/2018 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net