Buse urubu

Buteogallus urubitinga - Great Black Hawk

Buse urubu

Buse urubu

Buteogallus urubitinga

((Gmelin, JF, 1788))


Ordre : Accipitriformes

Famille : Accipitridés  ;

Genre : Buteogallus

Espèce : urubitinga

Sous-espèces : 2 [+] [-]
Buteogallus urubitinga urubitinga(Mexico to n Argentina)
Buteogallus urubitinga ridgwayi(Mexico to w Panama)

Chant :

Biométrie :

Taille : 64 cm
Envergure : 120 à 137 cm.
Poids : 900 à 1300 g

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Distribution :
Distribution

Synonymes : káně velká (cs), Stor Sortvåge (da), Schwarzbussard (de), Great Black Hawk (en), Busardo-negro Urubitinga (es), isomustahaukka (fi), fekete rákászölyv (hu), Poiana nera maggiore (it), オオクロノスリ (ja), Svartvåk (nb), Zwarte Arendbuizerd (nl), urubitinga czarna (pl), Gavião-preto (pt), Мексиканский крабовый канюк (ru), myšiak vodný (sk), Större svartvråk (sv), 大黑鸡鵟 (zh)

Identification :
Buse urubu La buse urubu a de très larges ailes et une queue relativement brève, ce qui lui procure une silhouette bien reconnaissable. Son bec est noir, sa cire, ses lores et ses pattes affichent une teinte jaune fade. Chez le mâle comme chez la femelle, le plumage est presque entièrement noir mais la base de la queue et les couvertures sus-caudales sont blanches. La pointe de la queue porte une très étroite bande blanche. Les cuisses sont également barrées de blanc. Vu du dessous en vol, on peut apercevoir une petite tache blanche au niveau des primaires externes, mais ce signe distinctif n'est pas aussi visible que chez la buse noire (Buteogallus anthracinus).
Les immatures sont assez semblables aux immatures de la buse noire, mais il sont plus Buse urubu grands et ils ont plus de bandes sombres sur la queue (jusqu'à 14, alors que les jeunes buses noires n'en ont que 8 au maximum). Le bec est noirâtre, la cire grisâtre. Au repos, la queue va légèrement au-delà de l'extrémité des ailes, ce qui n'est pas le cas chez la buse noire.
En dehors de la buse noire, la buse urubu peut être également confondue avec la buse solitaire (Harpyhaliaetus solitarius) mais celle-ci est plus grande, possède un corps plus massif, des ailes plus larges et une queue plus courte. Surtout, elle présente un plumage bleu-gris (et non pas noir). La bande médiane qui recouvre la queue est moins large.

Chant : Quand elles sont perchées ou lorsqu'elles sont en vol, les buses urubus émettent des sifflements aigus et stridents : "ooo-wheeeeeeeeeuur".

Habitat : La buse urubu est assez courante le long des rivières ou a proximité des gués dans les forêts humides de plaine. On la trouve également à l'intérieur des terres cultivées et dans les zones ouvertes avec des arbres clairsemés. Elle fréquente aussi les galeries d'arbres, les zones boisées qui longent les cours d'eau Buse urubu et elle pénètre dans les mangroves. Bien qu'elle préfère les zones humides, elle ne vit pas forcément au bord de l'eau. Ce rapace atypique occupe volontiers l'intérieur des terres, il n'est pas aussi assidu dans les régions côtières et le long du littoral que sa proche cousine la buse noire. Selon les régions, la buse urubu peut grimper jusqu'à 1600 mètres d'altitude.

Distribution : La buse urubu est originaire du continent américain. Le long de la côte du Pacifiique, on la trouve de la province Sonora, dans le nord du Mexique jusqu'en Equateur. En bordure du littoral des Caraïbes, son aire de distribution s'étend depuis le centre du Mexique jusqu'en Amérique du Sud. A l'est des Andes, elle est présente dans tous les pays jusqu'en Uruguay et en Argentine. La buse urubu vit aussi sur l'île de Trinidad. En dépit du vaste territoire, il n'existe que 2 sous-espèces : B.u. ridgwayi vit du nord du Mexique (centre de Sonora et sud de Tamaulipas) jusqu'à l'ouest du Panama. Les populations d'Amérique du Sud, de l'est du Panama jusqu'en Argentine appartiennent toutes à la race nominale B.u. urubitinga.

Comportements : La buse urubu vit habituellement en solitaire. C'est un oiseau qui donne l'impression d'être lent et assez paresseux. On peut souvent l'observer Buse urubu à terre dans les pâtures, sur les bancs de sables ou dans les zones ouvertes, ce qui ne l'empêche pas de se percher parfois dans les arbustes ou dans les arbres de petite taille. C'est un excellent planeur mais il semble rarement adopter ce genre de vol quand il est dans les savanes et dans les llanos. Par contre, dans les zones forestières, il plane plus souvent au-dessus de la canopée, sans doute pour rechercher ses proies. Ce prédateur chasse la plupart du temps en marchant, aidé en cela par ses longues pattes robustes. Aussi passe-t-il de longs moments à terre, et plus particulièrement à proximité des rivières. Toutefois, la buse urubu peut aussi chasser à l'affût à partir d'un perchoir. Dès qu'il a repéré une victime, il plonge ou se laisse tomber sur le sol pour la capturer avec ses serres.
Les buses urubu sont majoritairement sédentaires. Néanmoins certaines populations sont nomadiques et effectuent de courtes migrations pour rechercher leur nourriture. En Argentine, l'espèce réalise même un déplacement Buse urubu altitudinal, allant de l'ouest vers l'est en dehors de la saison de reproduction.

Nidification : Les buses urubu nichent dans les arbres, à une assez grande hauteur au-dessus du sol. Le nid est une plate-forme assez volumineuse construite avec des branches et garnie avec des brindilles feuillues. Parfois, il est également placé sur un poteau téléphonique. La femelle pond 1 seul œuf qui est de couleur blanche avec des marques rougeâtres ou brun violacé. En Argentine, la période d'incubation dure entre 35 et 37 jours alors qu'en Amérique Centrale, elle est plus vraisemblablement de 40 jours. Les oisillons sont nidicoles : ils restent au nid entre 55 et 60 jours selon les régions. Au Guatemala, le mâle apporte la ravitaillement dans un arbre de la forêt proche du nid. La femelle vient le chercher et le distribue aux jeunes. Leur période de Buse urubu dépendance est généralement très longue : plusieurs mois après l'envol, certains oisillons vivent toujours au sein du groupe familial et continuent à réclamer leur pitance.

Régime : Pour un rapace, la buse urubu possède un régime assez varié : elle consomme principalement des poissons, des grenouilles, des lézards, des serpents, des tortues et des petits rongeurs. Elle ne néglige pas pour autant les oiseaux ainsi que les oeufs et les oisillons. Parfois, elle ingurgite même de la charogne. La buse urubu s'approche occasionnellement des feux de broussailles ou de végétation, profitant de la panique provoquée par ce genre d'évènement pour capturer plus facilement des proies. Il lui arrive aussi d'ingurgiter des fruits.

Protection / Menaces : En Amérique du Sud, l'espèce est localement commune à commune dans de nombreuses régions. Elle est généralement plus courante que la buse noire (Buteogallus anthracinus) et les effectifs semblent stables. En Amérique Centrale, par contre, les populations sont en léger déclin en raison de la déforestation et de la chasse.

Sources :

 

Autres liens :
D'après Buffon : La Buse.
Iucn
Birdlife
Xeno_Canto
Avibase
Hbw Alive


Buse urubu

Buse urubu

Buse urubu

Buse urubu

Buse urubu


Fiche créée le 21/05/2010 par Daniel Le-Dantec


Partager cette page sur facebook Flus rss Twitter oiseaux.net
A propos | Nous aider | Mentions légales | Sources | Contacts | Version imprimable
Mis à jour le 20/03/2014 04:33:17 - © 1996-2014 Oiseaux.net

Le guide Ornitho : Le guide le plus complet des oiseaux d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient : 900 espèces

Buse urubu

Buse urubu

Buse urubu

Buse urubu

Buse urubu

Buse urubu

Buse urubu

Buse urubu

Buse urubu