Caille australe

Coturnix ypsilophora australis - Brown Quail (australis)

Systématique
  • Ordre
    :

    Galliformes

  • Famille
    :

    Phasianidés

  • Genre
    :

    Coturnix

  • Espèce
    :

    ypsilophora

Descripteur

Latham, 1801

Biométrie
  • Taille
    : 22 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 85 à 140 g

Description identification

Caille australe
♀ adulte

La caille australe possède un bec gris avec une mandibule supérieure noirâtre. L'iris, brun foncé à brun-rouge, devient rouge écarlate pendant la période de reproduction. Les pattes sont jaune verdâtre pâle à jaune-orange. Les sexes sont plus ou moins différents selon que le mâle soit en phase brune ou en phase gris-bleu (cette dernière très rare sur le continent australien).
Chez le mâle adulte, la calotte et la nuque sont brun à brun-roux, mouchetés de noir, avec une étroite raie crème au centre du capuchon. Le front, les côtés du capuchon et les couvertures auriculaires sont plus pâles, de couleur brun terne à brun rougeâtre ou gris. La région des oreilles porte une salissure sombre de forme circulaire. La zone malaire porte également un soupçon de tache. Le menton et la gorge sont chamois pâle. A partir de la poitrine, le dessous est chamois, lavé de roux et de brun terne, légèrement marqué de fines et de discrètes stries blanchâtres mais intensément recouvert de barres noires ondulées en forme de chevrons. Les parties supérieures, incluant les ailes, sont identiques au dessous. Les plumes de vol sont plus uniformément gris-brun, avec des marbrures rousses ou brun clair sur les couvertures extérieures. La queue affiche une teinte brun sombre irrégulièrement barrée de chamois. Les cailles australes peuvent proposer une phase grise, extrêmement rare en Australie, dans laquelle les extrêmes sont en grande partie gris-bleu avec les pointes des plumes brunes ou rousses. Dans cette phase, le plumage est plus contrasté en raison des marques plus sombres.
Le plumage de la femelle adulte est assez identique mais moins variable. La plupart des femelles présente un ensemble chamois-brun avec des petites taches noires sur les scapulaires, le dos et le croupion. Les parties supérieures et le dessous portent tous deux des chevrons plus importants et plus noirs ainsi que des stries blanches plus évidentes. Les côtés de la tête sont plus fortement marqués et la face ne présente pas la pâle apparence de celle des mâles. Les juvéniles ressemblent aux femelles. Leur marquage corporel surtout constitué de mouchetures se transforme en barres sur les flancs (moins importantes que chez les adultes). Tous les marquages sont brun sombre plutôt que noirs.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

Habitat

La caille australe occupe une grande variété d'habitat au premier rang desquels on peut compter les prairies recouvertes de petits arbustes, surtout lorsqu'elles sont situées près de zones humides ou de régions inondables qui bordent des rivières. On la trouve aussi dans des dépressions marécageuses de landes côtières, des prairies alpines "touffeuses", des pâturages recouverts de fougères, des clairières, des cultures de céréales. Elle est présente également sur les bas-côtés des larges routes, dans les steppes à spinnifex et dans les marais salants (en Nouvelle-Zélande). Cet oiseau vit surtout dans les plaines et les basses-terres mais il peut grimper jusqu'à 1000 mètres en Nouvelle-Zélande, et bien plus haut, jusqu'à 3700 mètres en Nouvelle-Guinée (voir sous-espèces lamonti et monticola).
La caille australe est endémique de l'Australie, des petites îles de la Sonde en Indonésie (voir détail plus bas) et de la Nouvelle-Guinée. La plupart des populations australiennes résident dans l'est du continent, dans l'état de Victoria, les Nouvelles-Galles du Sud, l'est du Queensland jusqu'à la pointe du cap York. Cependant , la caille australe vit aussi dans l'extrême sud-ouest de l'Australie Occidentale, dans la région d'Augusta. Un vaste territoire couvrant les Kimberleys et la terre d'Arnhem est également occupé dans le nord du pays. La partie centrale aride du continent est complètement délaissée.
Sous-espèces (10) : Coturnix ypsilophora ypsilophora (Tasmanie) - Coturnix y. australis (continent australien) - Coturnix y. raaltenii (petites îles de la Sonde, notamment Flores, Alor, Wetar, Dao, Roti, Timor, Kisar, Leti, Moa et Luang, en Indonésie) - Coturnix y. pallidior (petites îles de la Sonde à Sumba et Sawu (Indonésie)) - Coturnix y. sutaratior (plaines du nord de la Nouvelle-Guinée) - Coturnix y. dogwa (plaines du sud de la Nouvelle-Guinée) - Coturnix y. plumbeus (plaines de l'est de la Nouvelle-Guinée) - Coturnix y. mafulu (versants sud des montagnes du sud-est de la Nouvelle-Guinée) - Coturnix y. lamonti (hautes montagnes du centre de la Nouvelle-Guinée) - Coturnix y. monticola (régions alpines du sud-est de la Nouvelle-Guinée).

Comportement traits de caractère

C'est un oiseau timide et très réservé que l'on n'aperçoit généralement que lorsqu'il prend des bains de poussière sur les pistes ou lorsqu'il jaillit du couvert. La caille australe vit habituellement en solitaire ou en petits groupes familiaux de 6 à 8 individus, cependant on la trouve occasionnellement en bandes de 12 à 18 oiseaux ou plus. Elle ne prend son envol qu'avec réticence, préférant se tapir ou courir rapidement en cas de danger. Si elle est surprise, elle s'élève verticalement jusqu'à environ 2 mètres, avant d'entamer un vol horizontal , plus véloce que celui de la Caille des chaumes et entrecoupé de glissades. Puis, elle se laisse chuter brutalement et réintègre le couvert où elle poursuit sa fuite en courant. Les groupes qui ont initialement explosé dans toutes les directions se reconstituent alors dans les sous-bois. Les membres dispersés émettent des petits gazouillements aigus pour se localiser et convergent en courant les uns en direction des autres.

Alimentation mode et régime

La caille australe glisse furtivement dans la végétation en position accroupie, se nourrissant discrètement de mauvaises herbes et de graines. Elle consomme également des petits invertébrés et exceptionnellement des petits reptiles.

Reproduction nidification

C'est un oiseau monogame. Le nid est une cavité grattée peu profondément dans le sol, puis garnie et recouverte partiellement d'un dôme avec des herbes. Il est dissimulé sous une grosse touffe, sous une fougère ou un petit arbuste. La ponte comprend entre 7 et 12 œufs en Australie, seulement 4 à 6 en Nouvelle-Guinée. Ces derniers possèdent une couleur bleu pâle, jaunâtre ou jaune verdâtre, avec de fines marques brunes. Ils sont parfois immaculés. La femelle couve seule pendant 21 ou 22 jours. Au cours des saisons pendant lesquelles les précipitations sont optimales, 2, 3, voire 4 couvées peuvent être menées à terme. En Nouvelle-Zélande, la saison de nidification intervient de décembre à juin ,en Tasmanie, de novembre à février. En Australie Occidentale et dans les Nouvelles-Galles du Sud, la ponte commence en août. Dans ce dernier état, elle se poursuit jusqu'en février, et dans les années exceptionnelles où les couvées sont nombreuses, jusqu'en mai. Dans le nord du Queensland, la reproduction se déroule d'octobre à juillet alors que dans le sud du même état, elle s'étale durant toute l'année. Dans les régions tropicales du Territoire du Nord, les femelles pondent de janvier à mai ; dans les petites îles de la Sonde, de février à avril. Les mâles participent à l'éducation et à la défense des jeunes. Ils prennent en charge les couvées lorsque les cailleteaux atteignent l'âge de deux semaines de façon à ce que les femelles puissent s'occuper des nichées suivantes.

Références utilisées

Fiche créée le 14/04/2006 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net