Calao à casque noir

Ceratogymna atrata - Black-casqued Hornbill

Systématique
  • Ordre
    :

    Bucérotiformes

  • Famille
    :

    Bucérotidés

  • Genre
    :

    Ceratogymna

  • Espèce
    :

    atrata

Descripteur

Temminck, 1835

Biométrie
  • Taille
    : 70 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 907 à 1600 g
Longévité

19 ans

Distribution

Distribution

Description identification

L'ensemble de la livrée est noire, avec des reflets métalliques sur la partie supérieure du corps. L'extrémité des rectrices externes est blanche. Le sommet du crâne est recouvert d'une huppe hirsute particulièrement désordonnée, le bec noir est surmonté d'une protubérance cylindrique de la même couleur. La peau est noire sur les deux côtés de la tête , la gorge nue, bleu cobalt. La femelle, de taille plus petite , possède une tête et un cou brun-roux. Le bec, brun-noir est surmonté d'un casque bien plus étroit. Les jeunes ressemblent surtout à la femelle, contrairement à ce qui se passe chez les espèces asiatiques.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Black-casqued Hornbill,
  • Cálao Casquinegro,
  • Calau-grande,
  • Schwarzhelm-Hornvogel,
  • feketesisakos szarvascsőrű,
  • Blauwkeelneushoornvogel,
  • Bucero casconero,
  • Svart hornkorp,
  • Svarthornfugl,
  • zobákorožec hrubozobý,
  • zoborožec hrubozobý,
  • Hjelmet Hornfugl,
  • pussisarvinokka,
  • calau de casquet negre,
  • dzioborożec modrokoralowy,
  • Черношлемный калао,
  • クロコブサイチョウ,
  • 黑盔噪犀鸟,
  • 黑盔犀鳥,

Voix chant et cris

Habitat

Cette espèce fait partie des grands calaos africains, son aire de distribution, particulièrement vaste s'étend sur près de 2 100 000 kms carrés en Afrique Occidentale, du Libéria au Zaïre et à l'Angola. Ses représentants se tiennent éloignés des côtes, dans les forêts pluviales et les galeries forestières situées jusqu'à 1250 mètres d'altitude

Comportement traits de caractère

Les calaos à casque noir, évoluent dès l'aube en petites troupes bruyantes à la recherche de leur nourriture. Ils préfèrent se tenir au sommet des arbres à 50 ou 60 mètres du sol. Une grande quantité de nourriture leur est nécéssaire et ils recherchent donc les arbres chargés de fruits. Pour parvenir à leur but, ils sont capables de parcourir de longues distances et de prospecter de vastes étendues. Leurs ailes arrondies rendent leur vol difficile et particulièrement bruyant pour un oiseau. Beaucoup d'entre eux ne cessent de crier dans les airs, émettant des signaux sonores particulièrement puissants. Les couples restent unis tout au long de l'année, et même après la saison de nidification, les mâles continuent souvent de nourrir leur compagne.

Alimentation mode et régime

Leur menu est composé principalement de fruits ou des noix des palmiers calamus ou raphia vinifera. Mais ils consomment également une grande variété d'insectes, de petits crustacés et pillent parfois les colonies de tisserins cap-moor (ploceus cuculatus) dont ils capturent les oisillons. On estime que cette espèce de calao est à 85% végétarienne, les 15% restant constituant la partie animale. Généralement les insectes semblent relativement peu importants, mais ils deviennent une source significative de nourriture durant la saison des pluies, lors des éclosions de fourmis ailées et de termites.

Reproduction nidification

Comme l'ensemble des calaos (hormis les calaos terrestres), ces oiseaux nichent dans des cavités d'arbres et certains nids sont situés parfois à plus de 20 mètres au-dessus du sol. La période de reproduction commence au moment où les ressources alimentaires sont les plus importantes. La nidification ne peut être couronnée de succès que s'il y a abondance de nourriture. Lors des années de pénurie, les calaos réduisent la taille de la ponte ou renoncent tout simplement à se reproduire. C'est à la femelle qu'il appartient de couver les oeufs dans un nid dont l'entrée est, comme toujours chez ces espèces, obturée à l'aide de matériaux divers tels que de la boue, des aliments humidifiés ou des excréments consolidés avec de la salive. Le mâle se charge du ravitaillement par une petite ouverture laissée dans la façade. Les jeunes grandissent lentement et la croissance de la protubérance cylindrique, à peine visible chez le petit, est excessivement longue, n'atteignant son complet développement qu'après plusieurs années.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 07/09/2005 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net