Calao leucomèle

Tockus leucomelas - Southern Yellow-billed Hornbill

Systématique
  • Ordre
    :

    Bucérotiformes

  • Famille
    :

    Bucérotidés

  • Genre
    :

    Tockus

  • Espèce
    :

    leucomelas

Descripteur

Lichtenstein, MHK, 1842

Biométrie
  • Taille
    : 40 cm
  • Envergure
    : 182 à 215 cm.
  • Poids
    : 138 à 242 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce petit calao noir dessus et blanc dessous a des couvertures alaires écaillées de blanc. Les rectrices externes sont ornées de blanc, ce qui forme une longue bordure claire sur le bord de la queue. Les rémiges sont gris-brun avec des terminaisons blanches. Le cou est taché de gris, le haut de la poitrine est légèrement strié de noir. Le bec jaune est surmonté par un casque de dimension modeste. Le mâle affiche un casque qui se développe jusqu'à l'extrémité du bec. La peau nue qui entoure l'œil et qui recouvre la gorge est couleur chair foncé. Les yeux sont jaunâtres ou parfois bruns.
Le calao leucomèle se distingue du calao à bec jaune (Tockus flavirostris) par la couleur de l'anneau orbital et celle de la gorge. La femelle est de taille plus petite, son casque est plus bref et ne va pas jusqu'à la pointe du bec. Les juvéniles ont des mouchetures brun foncé sur leur bec qui est d'un jaune plus terne. Leurs iris sont gris.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Tockus leucomelas elegans (sw Angola)
  • Tockus leucomelas leucomelas (Namibia to w Mozambique and n South Africa)

Noms étrangers

  • Southern Yellow-billed Hornbill,
  • Toco Piquigualdo Sureño,
  • Calau-de-bico-amarelo,
  • Südlicher Gelbschnabeltoko,
  • déli sárgacsőrű tokó,
  • Geelsnaveltok,
  • Bucero beccogiallo meridionale,
  • Sydlig gulnäbbstoko,
  • Banantoko,
  • toko červenolíci,
  • zoborožec jihoafrický,
  • Kaffertoko,
  • etelänkeltatoko,
  • Geelbekneushoringvoël,
  • calau becgroc meridional,
  • toko czerwonolicy,
  • Южный желтоклювый ток,
  • ミナミキバシコサイチョウ,
  • 南黄弯嘴犀鸟,
  • 南方黃嘴犀鳥,

Voix chant et cris

Calao leucomèle
adulte

Le calao leucomèle a un cri perçant. Son répertoire varié comprend des sifflements, des grognements, des caquetages et des grincements. On peut également entendre un "tok-tok" sourd et enroué.

Habitat

Les calaos leucomèles fréquentent les galeries d'arbres clairsemés le long des cours d'eau dans les semi-deserts de l'ouest de leur aire. Dans l'est de leur territoire, on les trouve plutôt dans les savanes et les zones boisées.

Comportement traits de caractère

Le calao leucomèle est actif pendant la journée, à l'aube et au crépuscule. La nuit, il dort à une grande hauteur dans les arbres. Cet oiseau vit en solitaire, en couples ou en petits groupes. Contrairement à certains autres calaos, il ne semble pas très grégaire, sauf peut-être en dehors de la saison de nidification et pendant les périodes de sècheresse quand il effectue des mouvements locaux des savanes arides vers les escarpements rocheux.
Le calao leucomèle cherche surtout sa nourriture à terre, picorant les petits animaux et les fruits dans la végétation environnante et dans la litière de feuilles. Il creuse rarement le sol mais il retourne les débris et pratique la poursuite en sautillant lourdement quand cela est nécessaire.
Le vol : Le calao leucomèle est dôté d'un vol puissant. Il alterne les brefs planés et les séries de lourds battements d'ailes.

Alimentation mode et régime

Le menu est composé principalement d'arthropodes, en particulier les termites, les fourmis, les coléoptères, les chenilles et les sauterelles. Cependant, les calaos leucomèles consomment aussi des mille-pattes, des scorpions, des solifuges. Quelques rongeurs sont aussi capturés notamment lorsqu'ils prolifèrent. Les œufs des autres espèces, les fruits et les graines viennent compléter le régime.

Reproduction nidification

La ponte a lieu après les premières pluies du printemps austral. La saison de nidification s'étend du mois de septembre au mois de mars. Il y a rarement des secondes couvées. Les calaos leucomèles établissent un territoire que le couple défend conjointement. Le nid est placé dans une cavité naturelle d'arbre, approximativement entre 1 et 12 mètres au-dessus du sol. Le mâle rapporte des herbes, des feuilles et des morceaux d'écorce qui vont servir à tapisser le fond du nid. La femelle bouche le trou d'entrée avec ses propres fientes et des restes grossiers de nourriture. Elle est parfois assistée par le mâle qui rapporte des boulettes de boue.
La ponte comprend 2 à 6 œufs qui sont couvés en moyenne pendant 24 jours. Les poussins naissent nus avec une peau rose. Eux et la femelle sont nourris par le mâle qui les ravitaille grâce à une étroite fente que la mère a aménagée dans la cloison. Pendant son enfermement dans la cavité, la femelle profite de son inactivité forcée pour effectuer la mue de ses rémiges et de ses rectrices. Elle brise la paroi et effectue une sortie avec le plus âgé des oisillons qui est âgé de 19 à 27 jours. Les poussins restants re-scellent l'entrée et continuent à être nourris par les 2 parents. Ceux-là ne prennent leur envol que lorsqu'ils ont atteint l'âge de 42 à 47 jours. Entretemps, ils peuvent être victimes d'une grande variété de prédateurs, que ce soient des rapaces ou de petits mammifères qui grimpent aux arbres.

Distribution

Ces oiseaux sont originaires de l'Afrique Australe. Leur aire de distribution traverse tout le continent, d'une côte à l'autre, de l'Angola et de la Namibie jusqu'au Mozambique et au Natal en passant le Botswana, le Zimbabwe et le nord de l'Afrque du Sud. Les populations de l'Angola sont parfois classées sous l'apellation Tockus leucomelas elegans sur la base de leur différence de taille, de leur plus grande pâleur de plumage et de leur différence de couleur dans les parties non emplumées. Celles de l'est sont parfois rangées sous la dénomination Tockus leucomelas parvior sur la base de leur plus petite taille. Ces différences ne sont pas très marquées et le degré de variation est souvent incertain. Aussi, la plupart des auteurs préfèrent considérer ces sous-espèces comme non-valides et traiter le calao leucomèle comme une espèce monotypique.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est abondante ou commune dans de nombreuses régions de son aire de distribution. Sa densité est d'environ un couple par 20 hectares. Elle demeure courante dans les zones cultivées qui pratiquent l'agriculture de subsistance mais elle est progressivement éliminée dans les endroits où les arbres ont disparu. Le calao leucomèle est présent en grand nombre dans les zones protégées qui ont une grande superficie.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 14/09/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net