Campyloptère à queue large

Campylopterus pampa - Wedge-tailed Sabrewing

Systématique
  • Ordre
    :

    Apodiformes

  • Famille
    :

    Trochilidés

  • Genre
    :

    Campylopterus

  • Espèce
    :

    pampa

Descripteur

Lesson, R, 1832

Biométrie
  • Taille
    : 7 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 5 à 7.5 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle adulte, le capuchon est violet métallique brillant ou pourpre. Le reste des parties supérieures varie du vert métallique au vert bronzé. Les sus-caudales et la queue sont plus vert bleuâtre. Les rectrices sont échelonnées, la paire du milieu étant nettement plus longue. Les rémiges sont violet foncé et les parties inférieures sont variablement grises. Le gris des côtés de la tête s'étend jusqu'aux couvertures auriculaires. On peut apercevoir une tache blanche en arrière des oreillons.
Les trois primaires les plus externes sont nettement recourbées et ont un rachis élargi et aplati à la base.
Les iris sont brun sombre, les pieds sont bruns. Le bec a un dessus noir et un dessous légèrement plus pâle. Les femelles sont en principe identiques à leur partenaire. Cependant, les rectrices centrales sont plus brèves et leur envergure est moins développée. Les rectrices latérales ont des pointes brun grisâtre et le capuchon est d'un violet un peu plus terne. La calotte est moins lustrée.
Les juvéniles des 2 sexes ont des terminaisons chamoisées sur l'ensemble des plumes. Le capuchon est moins bleu et le dos affiche un vert plus délavé que chez les adultes.
Les individus de la race pampa on un dessous plus sombre. Leur bec est uniformément noir.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Wedge-tailed Sabrewing,
  • Ala de sable coliancha,
  • Blaukron-Degenflügel,
  • Wigsaartsabelvleugel,
  • Campilottero codacuneata,
  • Kroksabelvinge,
  • kolibrík yucatánsky,
  • Yucatánsabelvinge,
  • zapylak zielonosterny,
  • Solovinyi sablekryl,
  • 楔尾刀翅蜂鸟,
  • 楔尾刀翅蜂鳥,

Voix chant et cris

Le répertoire de ce campyloptère comprend un cri éclatant et persistant qui ressemble à celui d'un insecte et qui peut durer de longues minutes avant d'être interrompu par une série de gazouillements ou par des notes gargouillantes. On peut également entendre des grincements, des cris aigus ainsi qu'un "peek" nasal et élevé. Ces oiseaux chantent particulièrement quand ils sont dans des zones de végétation dense.
Les mâles s'expriment toute l'année, parfois en petit groupes mais ils sont plus vocaux au début de la saison de nidification quand ils sont en compétition pour attirer l'attention des femelles.

Habitat

Les campyloptères à queue large sont souvent observés dans les boisements ouverts et dans les forêts humides qui bénéficient de zones ombragées très importantes. On les trouve également à la lisière des peuplements et dans les parcelles en cours de régénération. Parfois, ils utilisent des habitats plus clairsemés comme les endroits situés en bordure des jardins.
Ces oiseaux vivent généralement à des altitudes inférieures à 300 mètres et ils s'aventurent rarement jusqu'à 1 200 mètres. Ils sont la plupart du temps solitaires et passent souvent inaperçus sauf lorque les mâles chantent.

Comportement traits de caractère

Les campyloptères à queue large recherchent leur nourriture à des niveaux divers de la forêt, de l'étage inférieur jusqu'à la canopée des arbres. Ces oiseaux utilisent leur longue langue en forme de paille pour extraire le nectar contenu dans les fleurs. Ils pratiquent généralement le vol stationnaire, avec la queue déployée au-dessus d'eux. Ils peuvent donner jusqu'à 13 coups de langue par seconde quand ils lèchent une fleur. Parfois, ils se laissent pendre à une fleur quand ils se nourrissent.
Les mâles sont très territoriaux, ils établissent des espaces dans lesquels ils se nourrissent et ils en chassent tous les intrus (autres colibris, bourdons et papillons) qui essaient de s'y introduire.

Alimentation mode et régime

Les campyloptères à queue large se nourrissent principalement de nectar qu'ils trouvent dans les petites fleurs extrêmement colorées des arbres, des herbes , des broussailles et des épiphytes. Ils marquent une nette préférence pour celles qui contiennent une grande teneur en sucre, habituellement des fleurs qui ont une couleur écarlate ou une structure en forme de cloche. Les campyloptères défendent agressivement les zones dont les produits possèdent une grande valeur énergétique.
Ces oiseaux sont d'une très grande utilité car ils pollinisent les fleurs de forme tubulaire qui sont généralement dédaignées par les abeilles et les papillons. Les campyloptères à queue large visitent également les mangeoires artificielles où ils prélèvent essentiellement des éléments sucrés. Ils capturent aussi des petites araignées et des insectes qui sont des sources de protéines importantes et nécessaires à l'époque des nids et des couvées. Les insectes sont attrapés en vol ou arrachés sur les feuilles des arbres. Ils sont parfois chapardés à l'intérieur des toiles d'araignée. Pendant la saison des nids, une femelle peut capturer jusqu'à 2 000 insectes par jour (Avianweb).

Reproduction nidification

Selon Howell et Webb, la période de reproduction bat son plein de mars à juillet, mais dans la région de Vera Cruz, les mâles chantent d'octobre à mars. D'après Winkler, les mâles sont en condition de se reproduire pendant une plus longue période, c'est à dire de septembre à mai.
Les campyloptères à queue large n'établissent pas de liens conjugaux. Au début de la saison de nidification, les mâles se réunissent dans un lek ou piste de danse pour essayer de séduire une ou plusieurs femelles. Un lek peut contenir jusqu'à 10 individus mais il n'en regroupe habituellement que 4 à 6. Les parades sont composées de battements d'ailes, de déploiements de queue et d'agitations de tête. Le tout est accompagné de chants qui sont un mélange assez étonnant de sifflements et de gargouillements. Une fois qu'il a séduit une partenaire et qu'il s'est accouplé avec elle, le mâle ne semble plus concerné par la reproduction. Il retourne à ses parades et tente de jeter son dévolu sur une nouvelle compagne.
La femelle construit son nid en forme de coupe dans un endroit dissimulé (un arbre, un buisson ou un arbuste). Elle utilise des fibres végétales qu'elle entremêle et elle garnit l'extérieur avec un peu de mousse. Elle renforce la structure avec quelques toiles d'araignée et des matériaux très adhérents. Le nid est généralement placé sur une branche basse horizontale.
La ponte comprend 1 ou 2 œufs blancs que la femelle couve en solitaire. Les petits naissent nus, aveugles et dépendent totalement de leur mère pendant les premiers jours. La mère protège ses petits et les nourrit avec des matières régurgitées. Le menu est composé partiellement d'insectes pré-digérés dans la mesure où le nectar ne contient pas suffisamment de protéines pour pourvoir à la croissance des jeunes. Elle introduit directement les ingrédients dans l'estomac des jeunes grâce à son long bec.
Comme chez les autres espèces de colibris, les poussins ne sont couvés que pendant les 2 premières semaines. A partir du douzième jour, ils ne bénéficient plus de la couverture de la mère, même en cas de températures plus fraîches. Les oisillons quittent le nid quand ils ont atteint l'âge de 20 jours.

Distribution

Les campyloptères à queue large sont considérés comme endémiques du Mexique, même si leur aire de distribution déborde légèrement sur le Guatemala et sur le Belize. Leur territoire morcelé s'étend de San Luis Potosi et du Tamaulipas jusqu'à la presqu'île du Yucatan. 3 races ou sous-espèces sont officiellement reconnues : C. c. curvipennis (Tamaulipas, Oaxaca, nord de l'Isthme de Tehuantepec) - C. c. pampa (sud de de l'isthme, de Campeche et de Yucatan jusqu'au Belize) - C. c. excellens (Sud-Vera Cruz et ouest du Chiapas). La dernière race est parfois considérée comme une espèce à part entière sous le nom de campyloptère de Wetmore.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après Birdlife, les campyloptères à queue large ont une aire de distriiibution de 216 000 kilomètres carrés. Selon Partners in Flight, la population globale est estimée entre 50 000 et 500 000 individus. Elle est sans doute en léger déclin en raison de la fragmentation de son habitat. Néanmoins, la plupart des organismes classe cette espèce comme de préoccupation mineure.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 29/09/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net