Canard à bosse

Sarkidiornis melanotos - Knob-billed Duck

Systématique
  • Ordre
    :

    Ansériformes

  • Famille
    :

    Anatidés

  • Genre
    :

    Sarkidiornis

  • Espèce
    :

    melanotos

Descripteur

Pennant, 1769

Biométrie
  • Taille
    : 79 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 1750 à 2610 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les canards à bosse doivent leur nom à la caroncule protubérante en forme de feuille qui couvre les 2/3 de leur bec noir. Cette structure graisseuse est si évidente qu'elle est visible même en vol. Le plumage du mâle et de la femelle est à peu près semblable. Chez l'adulte, la tête et le haut du cou blanc sont pointillés de noir, ces marques étant particulièrement denses sur le milieu de la calotte et de la nuque. Les côtés de la tête et du cou sont plus ou moins teintés de jaunâtre. Le bas du cou, la poitrine et le mileu du ventre présente une belle coloration d'un blanc pur. Chaque côté de la poitrine est marqué par une ligne verticale noire ainsi que le bas du ventre à proximité de la région anale. Les flancs blanchâtres sont nuancés de gris pâle, alors que les sous-caudales blanchâtres sont souvent teintées de jaune.Le croupion est gris. Le reste du dessus, incluant la queue, le dessus et le dessous des ailes sont noirs avec de forts reflets, bleus, verts et bronze.
Chez la femelle, la caroncule est absente. Moins irisée, la ligne pectorale est moins distincte. Le dessous blanc est souvent tacheté de brunâtre. Pas de teinte jaunâtre sur la tête et les sous-caudales. Les juvéniles sont très différents des adultes. Le dessus et la calotte sont brun foncé, contrastant avec la tête, le cou et le dessous brun jaunâtre. Le dessous est écailleux et une ligne sombre traverse la région de l'oeil. En tous plumages et à tout âge, cet oiseau présente des pattes et des pieds gris foncé.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Knob-billed Duck,
  • Pato Crestudo,
  • Pato-de-carúncula,
  • Glanzente,
  • bütykös fényréce,
  • Knobbeleend,
  • Oca dal pettine,
  • Knöland,
  • Kamand,
  • hrebenatka škvrnitá,
  • pižmovka hřebenatá,
  • Afrikansk Knopgås,
  • kyhmysorsa,
  • Knobbeleend,
  • ànec bec-crestat africà,
  • dziwonos szaroboczny,
  • paugurknābja pīle,
  • Гребенчатая утка,
  • コブガモ,
  • 瘤鸭,
  • เป็ดหงส์,
  • 瘤鴨,

Voix chant et cris

Les canards à bosse sont assez silencieux, mais ils émettent parfois un croassement grave lorsqu'on les fait fuir. Au cours de la période nuptiale, ils produisent de brefs sifflements, des chuintements , des grognements au cours des parades ou des disputes.

Habitat

Les canards à bosse fréquentent les plaines des régions tropicales. Ils apprécient particulièrement les savanes avec arbres clairsemés, les zones humides, lacs et marais d'eau douce, rivières dans les lieux faiblement boisés. Bien qu'il s'agisse d'un oiseau confiné aux terres basses, on peut le trouver exceptionnellement en Afrique à des altitudes aussi élevées que 3500 mètres. Les canards à bosse sont répartis sur trois continents : Afrique, Asie, Amérique. En Afrique, sédentaire et migrateur, il évite les zones arides et très boisées. Il est présent au sud du Sahara uniquement. Sur ce continent, ses déplacements sont liés à l'assèchement des plans d'eau pendant la saison sèche. Grâce au baguage, on sait que ces déplacements sont de grande ampleur et dépassent les 3000 kilomètres. En Asie, il est répandu dans tout le sous-continent indien, localisé dans les plaines du Pakistan et du Népal, assez rare au Sri Lanka. A l'est, il est présent en Birmanie, dans le nord de la Thaïlande et dans l'extrême sud de la Chine, au Yunnan. Dans ces régions, il est migrateur partiel en raison de l'influence de la saison des pluies. En Amérique du Sud, il est représenté par la sous-espèce sylvicola, de taille inférieure, et dont les mâles affichent des flancs noirs et brillants. L'espèce est très répandue mais localisée depuis l'est du Panama jusqu'aux plaines de la Bolivie situées au pied de la cordillière des Andes.

Comportement traits de caractère

C'est une espèce sociale qui se regroupe généralement en petits groupes comptant jusqu'à 30 à 40 individus. Cependant, pendant la saison sèche, les rassemblements sont plus importants sur les eaux permanentes. La plupart des troupes semblent être formées d'oiseaux du même sexe et se disloquent au début de la saison des pluies pour la reproduction. A la saison sèche, les oiseaux se déplacent en troupes à la recherche de plans d'eau favorables. Lorsqu'ils se nourrissent, les canards à bosse s'enfoncent peu en nageant , l'arrière-train dépassant largement du niveau de la surface. Ils perchent dans les arbres.

Alimentation mode et régime

Broutant sur les berges herbeuses, pataugeant ou nageant dans les eaux peu profondes, les canards caronculés (leur autre nom) se nourrissent principalement de végétation aquatique, de graines, de petits invertébrés (surtout des locustes et des larves d'insectes aquatiques). Occasionnellement, ils consomment des petits poissons. Dans certaines régions, les canards à bosse sont considérés comme des oiseaux nuisibles qui s'attaquent aux récoltes de riz.

Reproduction nidification

La période de reproduction est variable selon la saison de pluies. En Afrique, juillet-septembre dans le nord et et l'ouest de l'aire, février-mars dans l'est, décembre-avril au Zimbabwe. En Inde, surtout pendant la mousson qui intervient de juillet à septembre. On a peu de renseignements en ce qui concerne l'Amérique du Sud, mais un sujet reproducteur à eté capturé au Vénézuéla en juillet. En cas de précipitations insuffisantes, la saison de nidification peut être totalement occultée. Les canards à bosse sont monogames dans les terres pauvres en ressources, alors que la polygamie semble être la norme dans les zones les plus favorables. Les mâles, appelés maîtres de harems, frayent alors avec plusieurs femelles dont le nombre varie de 2 à 4. On peut assister à deux formes de polygamie : le mâle peut s'occuper simultanément de plusieurs femelles, cette pratique est appelée polygamie de harem. Mais il peut également entreprendre une polygamie de succession, c'est à dire qu'il s'accouple successivement avec plusieurs partenaires.
A ce moment de l'année, les mâles font preuve d'un comportement assez agressif vis à vis des femelles non reproductrices qui sont admises à se joindre temporairement au harem grâce au consentement tacite des femelles dominantes qui les relèguent toutefois au rang le plus bas dans la hiérachie du groupe. Les femelles nichent habituellement dans des cavités naturelles de grands arbres à une hauteur de 6 à 9 mètres. Toutefois elles peuvent aussi rechercher des branches aux fourches favorables ou utiliser d'anciens nids de vautours, de jabirus, d'ombrettes, de pygargues ou de faucons. Ces sites sont situés dans des zones de végétation dense à proximité de cours d'eau intérieurs. Le nid est construit de brindilles et de mauvaises herbes et garni de plumes et de feuilles. Ils ne sont jamais garnis de duvet. Déterminer la taille des pontes n'est pas une tâche facile, dans la mesure ou de nombreuses femelles interviennent dans le processus. La ponte par femelle est généralement de 6 à 11 oeufs. Au delà de 10 oeufs, on peut considérer que la ponte est le résultat des efforts conjugués de plusieurs femelles. Certains nids peuvent ainsi contenir jusqu'à 50 oeufs. Ces derniers éclosent simultanément après une période d'incubation qui varie entre 28 et 30 jours. La femelle dominante couve probablement seule. La cohorte de femelles s'occupe de l'éducation des jeunes jusqu'à l'exode qui préfigure leur première mue.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 27/09/2005 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net