Cassican flûteur

Gymnorhina tibicen - Australian Magpie

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Artamidés

  • Genre
    :

    Gymnorhina

  • Espèce
    :

    tibicen

Descripteur

Latham, 1801

Biométrie
  • Taille
    : 43 cm
  • Envergure
    : 80 cm.
  • Poids
    : 360 g
Longévité

30 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Ce grand cracticidé noir et blanc possède un long bec puissant avec une extrémité crochue. La queue relativement brève a une terminaison carrée, les cuisses emplumées sont poursuivies par des longues pattes et des larges pieds puissants qui lui procurent un support solide. Les ailes sont assez allongées, larges à la base et pointues à la fin.
Chez le mâle de la race nominale, le plumage est majoritairement noir brillant, mais il y a une teinte blanche éclatant sur la nuque, l'arrière de la tête, le croupion et la plus grande partie de la queue excepté une bande terminale noire de 5 centimètres de largeur. La zone anale et les sous-caudales forment un ensemble blanc. Les couvertures secondaires sont blanches formant une large tache sur l'épaule. Les couvertures primaires forment une tache plus discrète sur le bord de traîne de l'aile. Les iris sont brun-rouge, le bec bleuâtre avec une pointe noire. Les pattes sont noires. La femelle est identique au mâle, mais le blanc et le noir de la tête se fondent dans le gris pâle du collier et du croupion. Les juvéniles ressemblent aux femelles dans les motifs mais le plumage est plus lâche et plus ébouriffé, avec des mouchetures sombres ou des barres brun-gris. Les différentes races se distinguent par leur taille, la plus ou moins grande finesse du bec et l'agencement plus ou moins différent du blanc et du noir, créant des écailles plus ou moins visibles.

Indications subspécifiques 8 Sous-espèces

  • Gymnorhina tibicen papuana (sc New Guinea)
  • Gymnorhina tibicen eylandtensis (interior n Australia)
  • Gymnorhina tibicen tibicen (ne, ec to se Australia)
  • Gymnorhina tibicen tyrannica (coastal sc to se Australia)
  • Gymnorhina tibicen hypoleuca (Tasmania and islands in the Bass Strait)
  • Gymnorhina tibicen telonocua (sc Australia)
  • Gymnorhina tibicen dorsalis (sw Australia)
  • Gymnorhina tibicen longirostris (w Australia)

Noms étrangers

  • Australian Magpie,
  • Verdugo flautista,
  • Flötenvogel,
  • feketehátú fuvolázómadár,
  • Zwartrugfluitvogel,
  • Gazza australiana,
  • Australskata,
  • Plystreskjære,
  • vrieskavec strakatý,
  • flétňák australský,
  • Australsk Fløjtefugl,
  • isohuiluvaris,
  • carnisser flautista,
  • dzierzbowron,
  • Ворона-свистун,
  • Jagal punggung-hitam,
  • カササギフエガラス,
  • *黑背钟鹊,
  • 黑背鐘鵲,

Voix chant et cris

Le cassican flûteur est appelé ainsi en raison de son chant mélodieux, de son répertoire musical, qui varie considérablement selon les régions. Cet oiseau émet une série de notes joyeuses qui rappellent les tyroliennes ou les chants de Noël. Les notes sonores sont produites en duo ou en groupes, les mâles les plus âgés ou les femelles entamant le chant, suivis ensuite par l'ensemble des jeunes. Les cassicans flûteurs chantent à terre, leur vocalisation sert principalement à défendre le territoire ou à prévenir les disputes, mais également à annoncer la découverte d'une source importante de nourriture. Ils émettent aussi des gazouillis doux et des imitations d'autres espèces qui durent longtemps. Les chants qui sont émis à l'aube et au crépuscule pendant la période de nidification sont répétés un grand nombre de fois et ils tournent à la rengaine. Par contre, les cris d'alarme, produits surtout par les mâles, sont très diversifiés. Les cris qui accompagnent les rassemblements sont des sifflements descendants qui ont 2 ou 3 syllabes "hoo hoo hhoooooooo" et ils sont audibles à longue distance. Les oisillons ont des cris de sollicitation très insistants.

Habitat

Les cassicans flûteurs fréquentent les habitats qui ont une couverture peu élevée ou un sous-bois peu fourni comme les herbes. Ils vivent habituellement dans les parcelles ouvertes d'eucalyptus et dans les zones boisées. Depuis une période assez récente, on les trouve désormais dans les terres cultivées et dans les zones urbaines qui produisent des prairies ouvertes avec des grands arbres matures à proximité. On peut aussi les observer dans des îlots résiduels de végétation, dans des arbres de propriété qui forment des abris contre le vent. Ils visitent les bords des routes, les rives des cours d'eau, les lisières des forêts et les bouquets d'arbres proches des fermes. Dans les zones suburbaines, on les trouve dans les grands parcs, les réserves de végétation. Dans les vieilles banlieues, on les trouve dans les jardins désordonnés et sur les pelouses qui ont des arbres anciens.
Les cassicans flûteurs délaissent les forêt denses de pins, les plantations. Les populations introduites en Nouvelle-Zélande marquent une préférence pour les exploitations agricoles où il y a des arbres épars.

Comportement traits de caractère

Bien que certaines races sont plus mobiles et plus dispersives que d'autres, les cassicans flûteurs sont primordialement sédentaires et territoriaux. Certaines sous-espèces ont des aires de repos qui sont distantes de plusieurs kilomètres de leurs aire de nourrissage. Certains oiseaux bagués effectuent des déplacements plus longs mais on n'est pas sûr de la fréquence de ces migrations.
Le cassican flûteur a un comportement diurne, mais il peut chanter le nuit comme les autres membres de la famille de cracticidae. Sur le sol, il se déplace en marchant, mais c'est le seulement la femelle qui opère d'une telle façon, les réveilleurs du genre Strepera ayant plutôt tendance à sautiller avec les pattes parallèles.
Les cassicans flûteurs consacrent une grande partie de leur temps et de leur énergie à la défense de leur territoire. Leur stratégie est très différente selon l'espèce qui est concernée. La vue d'un rapace déclenche un signal d'alarme de la part des sentinelles et marque le début d'une poursuite organisée contre l'intrus. Certains comportements qui sont décrits sont parfois agressifs et caractéristiques des dominants. Par contre, les congénères sont repoussés par un simple chant-chorale qui leur indique les limites à ne pas franchir.

Alimentation mode et régime

Les cassicans flûteurs se nourrissent d'invertébrés, en particulier des insectes terrestres. Cependant, ils consomment aussi des animaux à squelettes tels que les grenouilles, les lézards, les petits oiseaux et les petits mammifères. Ils mangent également des charognes quand celles-ci sont disponibles ou alors des insectes qui traînent sur les carcasses.

Reproduction nidification

En Australie, les pontes peuvent être aperçues de juin à mars, principalement d'octobre à décembre. En Nouvelle-Zélande où ces casssicans ont été introduits, elles varient selon les lieux et selon les saisons, notamment dans le nord et à l'intérieur des terres, car les précipitations y sont irrégulières. La femelle tente parfois une deuxième couvée quand elle estime que le groupe familial est capable de prendre en charge la première nichée.
Le cassican flûteur niche en couple isolé ou en groupe familial, il maintient son territoire pendant toute l'année. Dans le milieu urbain, un simple territoire peut couvrir la surface de plusieurs jardins alors que, dans un milieu naturel composé de terres agricoles, il est très variable, occupant une superficie de 4 à 10 hectares.
Cet oiseau niche souvent de façon coopérative mais le nombre d'assistants est très variable selon les races. Les catégories qui aident le couple nicheur sont également très différentes : jeunes mâles, jeunes femelles, immatures et parfois des femelles expérimentées qui apportent leur savoir-faire dans l'éducation des poussins.
Le nid est construit par la femelle seule. C'est une boule aplatie de bâtonnets et de brindilles avec un diamètre extérieur de 40 cm qui est placée sur la fourche extérieure d'un arbre, à une hauteur de 2 à 20 mètres au-dessus du sol. Il est achevé au bout de 2 ou 3 semaines. Les eucalyptus sont généralement préférés, ce qui n'exclut pas les petits arbres exotiques des rues des zones urbaines. Des pontes de substitution sont mises en place en cas d'échec des premières couvées. Le ponte comprend 3 ou 4 œufs verts avec des taches brunes qui sont incubés pendant 21 jours. Les poussins sont nourris par le mâle, la femelle et , dans certains cas, par certains assistants. Le séjour au nid dure 30 jours. Les oiseaux situés hors du nid sont initialement incapables de s'envoler, ils passent alors leur temps à terre, dans le sous-bois épars ou sous les branches basses d'un arbre. Au bout de 2 ou 3 semaines, ils sont enfin capables de s'envoler et ils continuent à être nourris pendant environ 30 jours. Bien qu'ils continuent de solliciter leur mère ou un autre adulte, il recherchent indépendamment leur pitance.
Les nids de cassicans flûteurs sont parasités par les coucous présageurs (Scythrops novaehollandiae) et parfois par les koels communs (Eudynamys scolopacea). Le succès des couvées dans la saison est variable selon les lieux et selon les différentes conditions climatiques. Outre le parasitage par les coucous, la principale menace est constituée par la prédation des corbeaux australiens, des ninoxes aboyeurs et des varans.

Distribution

Le cassican flûteur ou pie australasienne est endémique de l'Australie où son territoire couvre quasiment tout le continent, excepté le Grand Désert Sableux : il y a officiellement 9 sous-espèces :
C. t. papuanus - sud de la Nouvelle-Guinée (plaine alluviale de la Fly, du détroit de la Princesse Marianne jusqu'à la rivière Oriomo).
C. t. eylandtensis - nord de l'Australie Occidentale( région de Kimberley ), Territoire du Nord (Groote Eylandt) et nord-ouest du Queensland.
C. t. longirostris - Australie Occidentale, de la Terre de Dampier jusqu'à la région de Pilbara.
C. t. dorsalis - Australie Occidentale (est jusqu'à Eucla, et sud jusqu'au Grand Désert de Victoria).
C. t. telonocua - sud du Territoire du Nord et Australie Méridionale.
C. t. terraereginae - Queensland, (sauf le golfe de Carpentaria et l'extrême sud-est), Nouvelles-Galles du sud, à l'ouest de la cordillère (y compris le bassin Murray-Darling) est de l'Australie Méridionale (lac Eyre, jusqu'à la rivière Murray), nord de Victoria.
C. t. tibicen - côte sud-est de l'Australie.
C. t. tyrannicus - nord-est de Victoria (principalement à l'est de la cordillère australienne).
C. t. hypoleucus- moitié est de la Tasmanie.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est généralement commune et répandue. En Australie, elle est localement commune, mais moins abondante. dans le Nord et dans le Centre. Elle est assez courante en Nouvelle-Guinée. Son territoire s'est agrandi grâce à l'éclaircissement de la végétation locale et son remplacement par des terres agricoles et des lotissements. Le cassican flûteur est capable de prospérer dans le milieu urbain car, même pendant les saisons défavorables, il arrive toujours à y trouver des ressources insoupçonnées près des habitations. Aucune menace ne vise les races australiennes. La race papuensis de Nouvelle-Guinée n'occupe jamais les habitats pluviaux qui subissent la déforestation. Ils tolèrent les incendies, la chasse et la surpopulation par les humains.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 27/02/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net