Colibri circé

Cynanthus latirostris - Broad-billed Hummingbird

Systématique
  • Ordre
    :

    Apodiformes

  • Famille
    :

    Trochilidés

  • Genre
    :

    Cynanthus

  • Espèce
    :

    latirostris

Descripteur

Swainson, 1827

Biométrie
  • Taille
    : 10 cm
  • Envergure
    : 12 cm.
  • Poids
    : 3 à 4 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les colibris circé, les mâles ont un dessus métallique vert bronzé avec un capuchon généralement plus terne et un front qui vire parfois au brun grisâtre sans éclat. La queue est bleu-noir luisant ou bleu métallique sombre, les 4 rectrices centrales étant terminées de gris-brun foncé. Les rectrices latérales ont souvent une fine bordure brun-gris. Les rémiges sont brunâtre sombre ou gris-ardoise terne avec de légers reflets violacés. Les primaires les plus externes ont de fins liserés gris clair ou gris-blanc.
Le menton et la gorge sont bleu-vert métallique brillant, virant au vert bronzé métallique sur la poitrine, les côtés, les flancs et l'abdomen. Les sous-caudales sont blanc délavé, avec des centres plus ou moins gris et des taches noires sur les plus courtes des plumes. Il y a des touffes foncées de chaque côté du croupion blanc. Le bec est carmin ou violacé avec une pointe sombre. Les iris sont brun foncé, les pattes sont sombres.
Les femelles adultes ont des parties supérieures semblables à leur partenaire, quoiqu'un peu plus ternes et avec une teinte gris brunâtre sur le devant du capuchon. Les rémiges sont plus pâles. Les paires centrales de rectrices sont vert-bronze virant au bleu-noir ou au noir verdâtre dans leur partie terminale. Les autres rectrices ont une base vert-bronze, la moitié terminale étant bleu-noir avec une pointe gris brunâtre. Les parties inférieures sont gris fuligineux ou gris olivâtre foncé. Les côtés de la poitrine ont un lustre vert ou vert bronzé. Les sous-caudales sont majoritairement blanc terne. Des touffes blanches ornent la zone anale et les côtés du croupion. Une tache blanche décore la zone postoculaire, soulignée par une zone sombre en-dessous de l'œil. Le maxillaire est noirâtre, la mandibule inférieure est sombre avec une partie terminale rougeâtre. Les iris et les pattes sont semblables à ceux du mâle.
Les immatures mâles sont semblables aux femelles mais l'ensemble de leurs plumes ont des extrémités chamois-brun clair ou chamois grisé. Les rectrices sont identiques à celles des mâles. Les plumes du menton et de la gorge ont souvent des terminaisons gris pâle ou chamois-brun. Les immatures femelles sont identiques à leurs mères, mais l'ensemble des plumes ont des liserés chamois. Celles du capuchon et du croupion ont parfois des bordures plus cannelle.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Cynanthus latirostris magicus (sw USA, Sonora, Sinaloa and Nayarit. nw Mexico.)
  • Cynanthus latirostris propinquus (Guanajuato and n Michoacán. c Mexico.)
  • Cynanthus latirostris latirostris (Tamaulipas, San Luis Potosí to Veracruz. e Mexico.)
  • Cynanthus latirostris lawrencei (Tres Marías Is.. off w Mexico.)

Noms étrangers

  • Broad-billed Hummingbird,
  • Colibrí Piquiancho,
  • Breitschnabelkolibri,
  • szélescsőrű kolibri,
  • Breedsnavelkolibrie,
  • Colibrì beccolargo,
  • Brednäbbad kolibri,
  • Brednebbkolibri,
  • kolibrík širokozobý,
  • kolibřík širokozobý,
  • Mexicansk Brednæbskolibri,
  • leveänokkakolibri,
  • colibrí becample,
  • pląśnik północny,
  • platknābja kolibri,
  • Ширококлювый цинантус,
  • アカハシハチドリ,
  • 阔嘴蜂鸟,
  • 闊嘴蜂鳥,

Voix chant et cris

Le cri est un "je-dit" bref qui ressemble beaucoup à celui du roitelet à couronne rubis (Regulus calendula). Le chant du mâle est une série de sons élevés commençant par un éclat. Cet oiseau n'est pas très vocal mais on peut entendre régulièrement un "wing hum" caractéristique en vol.

Habitat

En été, aux Etats-Unis, cette espèce est surtout confinée dans les canyons rocailleux et dans les habitats semi-désertiques, elle marque une nette préférence pour les endroits où les cours d'eau et les sources produisent des sycomores, des platanes et des mesquites. En Arizona, les colibris circé sont courants dans les zones mixtes de sycomores et de cactus. Au Mexique, dans l'état de Sonora, ces oiseaux se reproduisent du niveau de la mer jusqu'à 435 mètres d'altitude. Dans le nord du Mexique, ils peuvent être observés de 150 à 3 000 mètres. Plus au sud, dans l'état de Colima, on peut les trouver dans toutes sortes d'habitats, du niveau de la mer jusqu'à 2 100 mètres qui est la limite supérieure des arbres dans les forêts mixtes de pins et de chênes. Dans cette dernière région, les colibris sont communs dans les forêts d'épineux et sur les hauts versants recouvert d'herbes à l'intérieur des zones boisées de chênes.

Comportement traits de caractère

Comme la plupart de leurs congénères, ces colibris sont solitaires dans la plupart des aspects de leur vie. Aux Etats-Unis, ces oiseaux sont clairement migrateurs. Au Texas, dans la vallée du Rio Grande, ils ne nichent que de la mi-mai à la fin octobre. En Arizona, on ne peut les observer qu'entre la mi-mars et la mi-septembre, bien qu'on assiste parfois à des arrivées précoces à la fin février et à des départs tardifs en octobre. A Sonora, les colibris circés sont sédentaires et résident pendant toute l'année le long des côtes et à l'intérieur des terres. On n'a pas remarqué de mouvements migratoires plus au sud.
Aux Etats-Unis, on assiste à quelques dispersions post-reproductives, si bien qu'il ya quelques rapports en dehors de la zone normale de nidification. Des colibris circés ont en effet été aperçus en Utah et en Californie dans la région de San Diego entre septembre et avril.

Alimentation mode et régime

Les colibris circés ont un menu principalement végétarien et nectarivore. D'après Moore, ces oiseaux sont aperçus sur les fleurs de cactus, en particulier les ocotillos et ceux du genre Opuntia. Ils apprécient également les fleurs en pinceau des plantes appelées castilleja. A Sonora, les colibris recherchent leur nourriture sur les broussailles à fleurs rouges, vraisemblablement des plantes du genre Poincinia ou Caesalpinia qui poussent dans les cours d'eau temporaires et qui sont très résistantes au froid.
Aux Etats-Unis, les colibris circés consomment des ocotillos, des agaves, des galanes ou penstemons ainsi que d'autres plantes fleurissantes. L'examen de l'estomac de certains oiseaux a permis de fournir des informations sur la partie insectivore de leur menu : elle comprend des cigales, des pucerons, des mycetophilidés, des éristales, ainsi que des araignées et des hyménoptères. En hiver, quand les fleurs ne sont plus disponibles, les colibris circés boivent la sève des arbres qui devient un produit de substitution au nectar. Ils utilisent les trous qui ont été creusés par les pics du genre Sphyrapicus.

Reproduction nidification

A Sonora et à Sinaloa, la saison de reproduction s'étend sur une assez longue période, probablement du mois de janvier au mois d'août. Les nids peuvent être observés en janvier, mars et mai. Au Mexique, le pic dans l'activité se déroule entre la fin du mois de mars et la première quinzaine du mois de mai. A Queretaro, un état du centre du Mexique proche du District Fédéral, les oiseaux sont en état sexuel de se reproduire en novembre-décembre et les nids sont aperçus en décembre. En Arizona, les rapports sont peu nombreux mais la période des nids s'étend probalement de la mi-avril à la mi-juillet. Au Texas, la saison va du début mai eu début août. On ne possède aucune date pour le Nouveau-Mexique.
Peu de choses ont été écrites sur le comportement nuptial de cet oiseau. Néanmoins, on sait grâce à Willard que le mâle effectue un va-et-vient pendulaire d'avant en arrière devant sa compagne. Cette parade est accompagnée par un son qui ressemble au sifflement que produirait une balle de fusil et qui est plus aigu que celui de n'importe lequel des petits colibris.
Au Mexique, le nid est situé dans un petit arbre, un arbuste qui contient des plantes grimpantes ou un buisson épineux, à quelques 2 mètres au-dessus du sol. Le corps principal est construit avec des tiges d'herbes entremêlées, l'intérieur est garni avec du duvet végétal blanc. Les parois extérieures sont décorées avec des morceaux de feuilles et de l'écorce mais ne contiennent pas de mousses ni de lichens. Sa dimension est très réduite et le diamètre intérieur ne dépasse pas les 19 millimètres. La femelle se charge seule de l'ouvrage.
Aux Etats-Unis, c'est à dire au Texas et en Arizona, les nids sont placés à un hauteur diverse, entre 1 mètre 20 et 4 mètres dans un petit peuplier qui surplombe un cours d'eau ou un petit ruisseau. A Sonora, dans l'extrême nord du Mexique, les colibris circés apprécient beaucoup les mesquites, qui sont une forme locale d'acacia, pour installer leur nid.
La ponte comprend habituellement 2 œufs blancs dont on ne connaît pas exactement la durée d'incubation. D'après Avianweb, la femelle couvre les petits pendant une ou deux semaines après l'éclosion pour les réchauffer car ils naissent nus et aveugles et ils sont totalement dépendants de leur mère pendant les premiers jours. Les oisillons sont nourris avec des insectes partiellement régurgités, le nectar n'ayant pas une teneur en protéines suffisante pour nourrir des jeunes en pleine croissance. Les jeunes colibris quittent le nid quand ils ont atteint l'âge de 10 jours.

Distribution

Les colibris circés sont originaires de l'extrême sud du continent nord-américain et du Mexique jusqu'à l'isthme de Théhuantépec. On reconnaît officiellement 5 sous-espèces : C. l. magicus (sud de l'Arizona, sud-ouest du Nouveau-Mexique, en direction du Nayarit dans le centre-ouest du Mexique) - C. l. latirostris (San Luis Potosi, Tamaulipas jusqu'au nord de Veracruz, est du Mexique) - C. l. lawrencei (îles de Tres Marias, dans l'océan Pacifique, au large du Mexique) - C. l. propinquus (du Guanajuato au Michoacan, centre du Mexique) - C. l. doubledayi (Guerrero, Oaxaca et Chiapas (Sud du Mexique)).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après Birdlife, l'aire de distribution du colibri circé mesure 784 000 kilomètres carrés, ce qui est considérable. La population globale n'est pas quantifiée mais d'après cet organisme, elle semble en légère augmentation en Amérique du Nord. Le succès des couvées est assez important. Plus de 66% des nids produisent au moins un jeune à l'envol. Si l'on considère que les colibris circés mènent à terme 2 couvées par saison dans les régions où la période de reproduction est assez étendue, certains spécialistes ont calculé que cette espèce est capable de produire en moyenne 2,32 oisillons par an. Baltosser attribue le succès des nichées au bon choix et à l'excellente protection des sites qui sont situés derrière des escarpements rocheux ou dans des zones de végétation dense. Toutefois, les serpents et les reptiles en général sont reponsables de la destruction d'une partie des couvées.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 07/10/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net