Colibri des Bahamas

Calliphlox evelynae - Bahama Woodstar

Systématique
  • Ordre
    :

    Apodiformes

  • Famille
    :

    Trochilidés

  • Genre
    :

    Calliphlox

  • Espèce
    :

    evelynae

Descripteur

Bourcier, 1847

Biométrie
  • Taille
    : 8 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 2.5 à 3 g
Distribution

Distribution

Description identification

La silhouette est remarquable par le fait que le bec est court et quasiment droit. Un petit point blanc est présent à l'arrière de l'œil. Le dos est vert irisé. La queue affiche une fourche très profonde. Le menton et la gorge sont violet-pourpre éclatant. Les bas flancs sont roux, mettant en valeur la forme très fourchue de la queue. Les rectrices centrales sont vertes, les autres rectrices sont partiellement roux-cannelle. Après la période nuptiale, la couleur magenta de la gorge est remplacée par un gris éclipse.
Les femelles ont un dessus vert terne. Le menton et la gorge gris clair ont des taches circulaires avec des petits disques verts. Une bande blanchâtre traverse la poitrine. Le ventre est roux. Les rectrices latérales sont cannelle avec une bande subterminale noire.
Les juvéniles ressemblent beaucoup à la femelle. Comme chez tous les oisillons de cette catégorie d'âge, on aperçoit des taches et des bigarrures sur le plumage corporel : de la cannelle sur la gorge et du magenta sur la poitrine. Chez les jeunes femelles, les plumes du dessous ont une couleur chamois avec des liserés terminaux gris.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Bahama Woodstar,
  • Colibrí de las Bahamas,
  • Bahamakolibri,
  • bahamai erdőcsillag,
  • Bahamaboself,
  • Silvistella delle Bahama,
  • Bahamakolibri,
  • Bahamaskolibri,
  • čmeľovec bahamský,
  • kolibřík bahamský,
  • Bahamaskovjuvel,
  • bahamankolibri,
  • colibrí de les Bahames,
  • koliberek bahamski,
  • Bahamu zvaigznīte,
  • Багамский аметистовый колибри,
  • バハマハチドリ,
  • 巴哈马林星蜂鸟,
  • 巴哈馬林星蜂鳥,

Voix chant et cris

Les chants de la race lyrura sont légèrement plus brefs et moins sophistiqués que ceux de la race nominale. Les chants de la race nominale sont des "prítitidee, prítitidee, prítitidee" qui ont un rythme soutenu. Des "chii" ou des "tih" sont émis régulièrement la nuit à partir d'un perchoir.

Habitat

D'après des renseignements relativement récents, aux Bahamas, ces colibris sont communs dans tous les endroits fleuris, partout où les plantes fournissent une abondance de nectar. On peut donc les observer dans les jardins, les zones boisées, les taillis et les paysages ouverts où les arbres sont plutôt épars. Le long du littoral, ils fréquentent également les forêts de pins et les parcs.
Il y a 2 sous-espèces incontestables (voir en dessous). Parfois, le Colibri de Bryant perd son statut d'espèce à part entière et est alors fusionné comme une troisième sous-espèce. Dans ce cas, son nouveau taxon est C. e. bryantae
C. e. evelynae - Bahamas (excepté Inagua) et îles Caicos.
C. e. lyrura - Grande Inagua (Inagua Islands), dans le sud des Bahamas.

Comportement traits de caractère

Les Colibris des Bahamas sont apparemment sédentaires. À tel point que la race lyrura s'est développée modestement dans les îles Inagua. Toutefois, au moins trois oiseaux ont traversé le détroit et ont été aperçus sur le continent nord-américain. Des vagabondages récents ont été signalés en Floride. Un oiseau mort a été indiqué à Miami dans les années 60.

Alimentation mode et régime

Les Colibris des Bahamas sont connus pour leur menu floral dans l'archipel qui leur donne leur nom. Pour la majorité des observateurs récents, leur repas est composé principalement de fleurs de Sisal (Agave sisalina). En Floride, ils ingurgitent une grande variété de plantes comprenant des cactus succulents (Euphorbia pedilanthus) qui appartiennent surtout à la catégorie des euphorbes. Les chèvrefeuilles constituent aussi un mets très apprécié.
Des insectes sont capturés après une poursuite et une chasse dans les airs. Les mâles sont agressifs à l'intérieur et à proximité de leur territoire.

Reproduction nidification

Au début de la parade nuptiale, le mâle se tient bien en face de sa partenaire, il pratique le vol stationnaire devant l'arbre ou elle est perchée. Ce faisant, il exhibe pleinement les magnifiques couleurs de sa queue et de sa bavette. Ses ailes vibrent rapidement, il s'agite d'avant en arrière, d'un côté à l'autre et même temps, il monte et il descend comme une balle au bout d'un élastique qui s'allonge et qui se rétracte.
Ensuite, le mâle déploie soudainement sa queue et se projette assez violemment sur les côtés, produisant un son bruissant et émettant quelques notes rudes. À la fin, il se précipite vers sa partenaire, semblant presque la toucher puis il fait mine de s'enfuir rapidement au loin. La description de tous ces rituels correspond vraisemblablement à la période qui précède l'accouplement.
Le diamètre du nid mesure environ 20 millimètres. Il est construit avec un matériau doux et laineux assez semblable à du duvet de chardon. Il est camouflé a l'extérieur par quelques lanières d'écorce. De nombreux types de sites peuvent être utilisés mais, la plupart du temps, la femelle sélectionne une fourche de brindilles dans des broussailles. Ce nid est placé généralement entre 1 et 4 mètres au-dessus du sol.
La reproduction peut s'étendre pendant toute l'année, cependant la saison atteint son paroxysme au mois d'avril. Au San Salvador, on a trouvé des œufs et des oisillons pendant le mois de décembre. Au Nicaragua, les jeunes naissent en octobre. Dans l'île du Grand Turk (Turk et Caicos), tous les indices de la nidification sont visibles de janvier à mars.
Johns Gaard ne fournit aucune information sur la durée de l'incubation.
La ponte contient 2 œufs blancs qui sont couvés pendant 15-16 jours par la femelle seule. Les poussins sont noirs avec une touffe grise de duvet dorsal. L'envol des jeunes a lieu à partir du vingtième jour après l'éclosion. Les juvéniles restent en compagnie des parents pendant un mois supplémentaire. Ils acquièrent la maturité sexuelle au cours de la seconde année d'âge.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Colibris des Bahamas son des oiseaux insulaires. L'expansion de leur aire de répartition est donc forcément assez réduite par la présence de l'océan Atlantique et de la mer des Caraïbes. Pour autant, l'avenir ne semble pas en danger et les effectifs semblent stables. Les Colibris de Bryant (Callipphlox bryantae) et les Mangos de Jamaïque sont les voisins les plus proches et ayant le plus de critères de parenté. Néanmoins, l'hybridation avec ces espèces se révèle improbable pour des raisons inconnues.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 10/12/2017 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net