Colibri du Chimborazo

Oreotrochilus chimborazo - Ecuadorian Hillstar

Systématique
  • Ordre
    :

    Apodiformes

  • Famille
    :

    Trochilidés

  • Genre
    :

    Oreotrochilus

  • Espèce
    :

    chimborazo

Descripteur

Delattre Bourcier, 1846

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 7.8 à 8.1 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le bec noir est légèrement incurvé. Dans le genre Oreotrochilus, il est unique et original par le fait que le capuchon des mâles est principalement bleu violacé. Chez ces derniers, les parties supérieures sont vert-olive, la bavette est vert brillant bordée en-dessous par une très fine bordure pectorale sombre.
Les parties inférieures sont entièrement blanches avec des sous-caudales sombres soulignées de noir.
La queue est modérément fourchue : les rectrices centrales claires contrastent avec les extrémités et les bordures.
La femelle est vert-bronze sur le dessus. La bavette blanche est mouchetée de disques bruns. Le ventre est gris clair.
Les juvéniles sont assez semblables aux femelles, avec cependant quelques modifications sur la gorge et sur le haut de la poitrine.
La race Jamesoni a un bonnet entièrement bleu-violet. La race Sœderstrœmi laisse apercevoir quelques petites plumes vertes au niveau de la gorge.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Oreotrochilus chimborazo jamesonii (s Colombia, n Ecuador)
  • Oreotrochilus chimborazo soderstromi (Mt. Quillotoa. c Ecuador.)
  • Oreotrochilus chimborazo chimborazo (Mt. Chimborazo. c Ecuador.)

Noms étrangers

  • Ecuadorian Hillstar,
  • Colibrí del Chimborazo,
  • Ecuadorandenkolibri,
  • csimborázói tündérkolibri,
  • Ecuadoraanse Bergnimf,
  • Orostella dell'Ecuador,
  • Ecuadorbergsstjärna,
  • Vulkanoreade,
  • vrchárik vysokohorský,
  • kolibřík čimborazský,
  • Chimborazo-kolibri,
  • ecuadorinandienkolibri,
  • colibrí del Chimborazo,
  • górzak fioletowogłowy,
  • Эквадорская горная звезда,
  • エクアドルヤマハチドリ,
  • 紫巾山蜂鸟,
  • 厄瓜多山蜂鳥,

Voix chant et cris

Les cris sont des "tsit" brefs ou des "tseek" stridents. On peut également entendre un gazouillement mélodieux avec des notes qui montent et qui descendent. Ces cris sont probablement des cris de poursuite.

Habitat

On le trouve dans les prairies, les broussailles et les buissons à des altitudes comprises entre 3 500 et 5 200 mètres (aucune autre espèce de colibri ne se produit à des altitudes plus élevées) dans les Andes de l'Équateur et l'extrême sud de la Colombie.
Les différentes parcelles de végétation d'altitude sont divisées dans plusieurs sortes d'habitats indigènes comme le paramo ou la puna. Elles sont composées de broussailles, d'herbes et d'épiphytes. Toutefois, l'espèce végétale la plus développée est la chuquiragua à fleurs orange plus connue sous l'appellation de "fleur des Andes" ou "fleur des pélerins".
Les Colibris du Chimborazo répugnent les fleurs dont les corolles tubulaires abritent les abeilles, les papillons et les insectes pollinisateurs. Par contre, ils ne dédaignent pas les versants rocheux dans les petits ravins isolés. Pendant la nuit, ils utilisent les grottes et les cavernes pour se protéger des basses températures. À la saison hivernale, ces colibris entreprennent des migrations altitudinales et descendent dans certaines vallées pour se protéger des rigueurs du climat.

Comportement traits de caractère

Les mangeoires ne servent pas uniquement à la restauration de ces oiseaux. Ce sont des lieux privilégiés et ils servent aussi pour le bain et pour la boisson. Ils se perchent à proximité ou bien ils courent en bordure des installations. Ils pratiquent le vol stationnaire et ils trempent leur bec pour sucer un peu d'eau sucrée.
Les mâles sont territoriaux, ils font preuve d'une grande agressivité pour expulser les autres mâles qui tentent de commettre des intrusions. Ils procèdent aussi à des vols d'intimidation.

Alimentation mode et régime

Dans le milieu naturel, les Colibris du Chimborazo consomment principalement du nectar qu'ils trouvent dans les fleurs.Ils fréquentent également les mangeoires qui ont été installées par les locaux.
Ils ne dédaignent pas les insectes et les petites araignées qui représentent des sources importantes de protéines. Pendant la période de reproduction, il en attrapent un grand nombre en les poursuivant dans les airs. Les femelles nicheuses peuvent capturer jusqu'à 2 000 insectes par jour.

Reproduction nidification

La saison de nidification a lieu pratiquement toute l'année.
Les Colibris du Chimborazo construisent leur nid sur une fine branche à une faible hauteur au-dessus du sol. Les femelles ont la responsabilité de l'ouvrage : elles choisissent généralement un lieu bien camouflé dans un arbre, un buisson ou des broussailles. L'édifice a la forme d'une coupe garnie avec des fibres végétales, du crin animal et du duvet. La structure externe est renforcée avec des toiles d'araignée et des petits bâtonnets, ce qui lui donne une plus grande élasticité et lui permet de changer son volume lorsque les petits sont tous présents dans le nid.
Cette particularité est très visible lorsque les oisillons grossissent et ont besoin d'un plus grand espace.
La ponte ne contient habituellement qu'un seul œuf blanc. La femelle couve seule et le mâle se charge de la défense et de la surveillance du territoire, accordant une grande attention aux plantes fleuries qui le composent principalement.
À la naissance, les petits sont nus, aveugles et ne possède aucun duvet.
À l'issue d'un second voyage, elle ravitaille de nouveau son compagnon. Elle approvisionne ses petits en introduisant son long bec dans sa bouche, de sorte que la nourriture s'écoule directement dans l'estomac. La femelle collecte également des insectes qu'elle régurgite.
Les oisillons quittent le nid au bout de 20 jours, même en cas de nuit froide. Les femelles ne couvent pas, sans doute à cause de l'absence d'espace.

Distribution

O. c. jamesonii - Violet-hooded Hillstar - montagnes de l'extrême sud de la Colombie (Nariño) et du nord de l'Équateur (Cotacachi, Pichincha, Illiniza, Antisana et Cotopaxi, jusqu'à Azuay).
O. c. soderstromi - centre de l'Équateur (mont Quilotoa, dans le centre de Cotopaxi).
O. c. chimborazo (race nominale) - Centre-Équateur (mont Chimborazo).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Colibris du Chimborazo ne sont pas véritablement menacés. Ils acceptent difficilement un grand degré de dégradation. Toutefois, ils tolèrent volontiers les habitats qui ont été modifiés de façon raisonnable par les humains.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 22/11/2017 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net