Colibri thalassin

Colibri thalassinus - Mexican Violetear

Systématique
  • Ordre
    :

    Apodiformes

  • Famille
    :

    Trochilidés

  • Genre
    :

    Colibri

  • Espèce
    :

    thalassinus

Descripteur

Swainson, 1827

Biométrie
  • Taille
    : 12 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 4.8 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le dessus du plumage est vert bleuâtre avec une bande subterminale bleu-noir sur la queue. Ces oiseaux multicolores, de taille moyenne, varient de 10,5 à 11,5 centimètres. La queue exhibe une large bande violette sur la partie centrale des rectrices. Les décorations faciales et auriculaires exposent de remarquables brillances jaunes et dorées qui se poursuivent jusqu'aux taches vertes de la poitrine.
Chez la femelle (seulement 9 g), les décorations de la face et de la poitrine sont légèrement plus visibles. Chez les juvéniles, les rémiges sont brun-ardoise ou avec une nuance de bronze foncé sur la nuque et le croupion. La race nominale se distingue très nettement des autres sous-espèces par son évidente tache bleu-violet. La race cyanotus, plus décrite dans l'encyclopédie du Venezuela par Kiliti comme un colibri montagnard, a un dessous plus pâle et plus remarquable.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Mexican Violetear,
  • Colibrí Verdemar,
  • Beija-flor-marrom-de-orelha-azul,
  • Zwergveilchenohr,
  • zöld füleskolibri,
  • Groene Violetoorkolibrie,
  • Guanciaviola verde,
  • Blåkindad kolibri,
  • Talassinkolibri,
  • jagavička malachitová,
  • kolibřík zelený,
  • Lille Violetøre,
  • viherorvokkikolibri,
  • colibrí verd,
  • uszatek zielony,
  • zaļais kolibri,
  • Крошечный колибри,
  • ミドリハチドリ,
  • 绿紫耳蜂鸟,
  • 綠色紫耳蜂鳥,

Voix chant et cris

Les Colibris thalassins sont très vocaux et très expressifs pendant la période des fortes chaleurs. Leur chant est très variable et il est souvent composé par une interminable série de notes. Au sein des groupes familiaux, les femelles se distinguent des autres membres par des séries de "Kchink chink kchink chink".

Habitat

Les Colibris thalassins sont des oiseaux proches du littoral, ils résident en permanence dans les hautes montagnes du sud-ouest du Mexique.
On les trouve également dans les prairies avec des bouquets d'arbres épars et avec de petits cours d'eau qui pénètrent dans les sous-bois descendants. Ces oiseaux fréquentent toutes sortes d'habitats modifiés : plantations de café, jardins ombragés, petits ravins surpeuplés entre 1 200 et 3 000 mètres. En dehors de la saison de nidification, les Colibris thalassins résident principalement entre 500 et 1 000 m. Dans les vallées du Mexique, ils occupent un mélange assez original de chênes, de cyprès et de pins. Plus au sud, Guatemala, Costa-Rica, les Colibris thalassins s'adaptent souvent aux sols volcaniques. Au Salvador, ces oiseaux-mouches vivent de 1 900 à 2 400 mètres dans les zones de pins et dans les forêts de nuage, ensoleillées le long des chemins, des sentiers et des clairières.
Les Colibris thalassins ont une aire de distribution très répandue, du milieu du Mexique jusqu'au nord de l'Argentine (Tucumán). Ils sont divisés en 5 sous-espèces.

Comportement traits de caractère

L'activité des colibris est plus ou moins agitée, en fonction du type d'habitat et du territoire qu'ils occupent. La plupart de ces oiseaux recherchent leurs ressources à une faible hauteur, ce qui les rend assez faciles à repérer.
Les groupes qui pondent dans les sapins et les chênes sont susceptibles de créer des séries de bruits assez importants, tandis que ceux qui naviguent dans les cyprès ont des branches plus courtes et provoquent des bruits plus discrets quand ils naviguent dans la canopée (à un niveau de 2 mètres au-dessus du sol).
Les cris de parade, produits à une faible hauteur, et les appels de reconnaissance permettent un repérage assez facile. La traque des femelles est une activité très sonore qui varie selon le degré d'excitation des mâles.

Les Colibris thalassins sont des migrateurs respectables, ils parcourent d'assez longues distances dans les vallées mexicaines d'octobre à novembre et ils reviennent sur les lieux de nidification en juillet. Les vols de longue distance peuvent les entraîner jusqu'au Chiapas, au Guatemala et assez loin vers le sud.
D'après Wagner, les Colibris thalassins dépassent les limites de l'isthme de Téhuanthépec, certains occupant les montagnes du Costa Rica au-dessus de 1650 mètres d'altitude. Leur pénétration aux États-Unis s'explique par leurs aptitudes et leur grande mobilité. La limite septentrionale de l'aire est située jusqu'au Texas, dans la région d'Austin et Oak Hill.

Les Colibris thalassins préfèrent bâtir leur nid à faible distance du sol. La période d'incubation est brève, les jeunes commencent à éclore une dizaine de jours après la ponte. Le plumage des petits est complet au bout de 18 jours. Les oisillons sont aptes à l'envol au bout de 22 jours. Ils sont nourris par leurs parents avec chacun qui les ravitaillent une vingtaine de fois en 8 jours. Passée cette période, ils deviennent autonomes.

Alimentation mode et régime

Au Mexique, les Colibris thalassins dégustent un grand nom nombre de fleurs et de nectars provenant de plantes du genre Silvia et Lobella. Ils apprécient également les broussailles, les plantes qui sont réparties à terre, les ruisseaux et les cours d'eaux qui pénètrent localement dans les sous-bois des forêts. Dans les plantes et dans les habitats de second degré, ils fréquentent surtout les jardins, ombragés et la plupart des habitats qu'on trouve entre 1 200 et 1 300 mètres en dehors de la saison nidicole. Localement, on les trouve entre 500 et 1 000 mètres.
Les mâles les plus séduisants et les plus colorés sont généralement ceux qui ont le menu le plus diversifié et le plus nutritif
La liste des végétaux les plus courants sont les suivants : Sopracalarina aux fleurs bleues, Sauge à feuille de Créalie, Phaséolus, qui sont des légumes proches des haricots communs, Cirses très proches des feuilles de chardon. Les insectes sont quasiment absents des menus.

Reproduction nidification

Dans certaines régions du Mexique, les mâles ont une activité constante pendant toute l'année. Ils restent silencieux et marquent une préférence pour les hautes branches.
La période de reproduction est assez précise et assez étendue, elle va de la fin des saisons humides et jusqu'à la fin des saisons sèches : juillet-novembre au Mexique, septembre-janvier au Salvador, octobre-mars au Costa Rica et mars-août le plus au sud de la Colombie.
Pendant la nidification, les couples mettent au point un système de "lek" qui regroupe jusqu'à cinq oiseaux. Les mâles attirent leur partenaire grâce à un nid composé de fougères, de mousses, de toiles d'araignées, de feuilles et de branches pendantes. Il a également besoin de plantes cotonneuses et de garnitures feuillues qu'il trouve au bord des routes. La femelle pond 5 œufs blancs qu'elle incube pendant 15 ou 16 jours. La période d'incubation dure environ 25 jours ce qui révèle un grand niveau de difficultés. .

Distribution

C. t. thalassinus - Mexican Violet-ear - du centre et du sud du Mexique jusqu'au Honduras.
C. t. cabanidis - montagnes du sud du Costa Rica et de l'ouest de Panama.
C. t. cyanotus - Mountain Violet-ear - montagnes du Venezuela, de la Colombie et de l'Équateur.
C. t. kerdeli - montagnes du nord-est du Venezuela (Sucre, Monagas).
C. t. crissalis - versant est des Andes du Pérou et de la Bolivie. Observé également dans le nord-ouest de l'Argentine (province de Tucumán).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Colibris thalassins ne sont pas particulièrement en danger sur l'ensemble de leur territoire. Dans les parcs de volcans, dans les parcs déforestés du sud du Guatemala, ils sont relativement communs et au bout de 30 jours, ils parviennent à trouver un espace de vie et de nutrition qui leur conviennent.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Colibri thalassinFiche créée le 16/11/2017 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net