Colombine de Smith

Geophaps smithii - Partridge Pigeon

Systématique
  • Ordre
    :

    Columbiformes

  • Famille
    :

    Columbidés

  • Genre
    :

    Geophaps

  • Espèce
    :

    smithii

Descripteur

Jardine Selby, 1830

Biométrie
  • Taille
    : 28 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 150 à 250 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, le capuchon, le cou et le haut du manteau ont une teinte brun grisâtre qui se fond dans le brun terne du reste du manteau, des parties supérieures, des couvertures alaires et des tertiaires, ces dernières ayant de vagues bordures chamois. Les rectrices centrales sont brun-olive, le reste des plumes de la queue étant gris-brun avec une indication de bande terminale noire. Les couvertures alaires paraissent plus grises avec de très fines bordures blanchâtres et quelques reflets bleus, verts et violacés. Les secondaires et les primaires brunes sont liserées de chamois. La large zone de peau nue orbitale est encadrée en haut et en bas par des plumes noires et blanches. Le menton, une tache à la base de la mandibule inférieure et la gorge sont blancs. La partie inférieure gris-brun des couvertures auriculaires est soulignée de blanc. L'avant du cou est brun-terre avec de très fines mouchetures chamois. Les plumes de la poitrine et du ventre sont brun violacé avec des liserés pâles. Les plumes grises du centre de la poitrine ont des bandes subterminales noires, ce qui leur donne un aspect écaillé. Les flancs sont blancs, contrastant légèrement avec le bas-ventre et la zone anale qui sont chamois jaunâtre. Les sous-caudales sont gris terne avec de larges bordures blanc-crème. Le dessous de la queue est noir avec une nette et fine extrémité gris foncé. Le dessous des ailes est blanc avec des rémiges gris argenté. Les iris sont blanchâtres avec un anneau sépia. La peau nue orbitale est rouge-vermillon, un peu plus sombre derrière l'œil. Le bec varie du gris foncé au noir. Les pattes sont rose-violet ou bleu violacé.

Les juvéniles sont plus ternes que les adultes. La plupart de leurs plumes brunes sont tachées de chamois ou de châtain. Le dessous est plus écaillé. Les iris sont bruns, les pattes rose pâle.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Geophaps smithii blaauwi (Kimberley region. ne Western Australia.)
  • Geophaps smithii smithii (ne Western Australia, n Northern Territory)

Noms étrangers

  • Partridge Pigeon,
  • Paloma de Smith,
  • Schuppenbrusttaube,
  • pikkelyesmellű galamb,
  • Naaktoogkwartelduif,
  • Piccione pernice,
  • Rapphöneduva,
  • Rapphønedue,
  • holúbok škraboškový,
  • holub koroptví,
  • Agerhønedue,
  • juovakivikyyhky,
  • colom de màscara roja,
  • aborygenek maskowy,
  • Гологлазый каменный голубь,
  • アカメシヤコパト,
  • 裸眼岩鸠,
  • 矮岩鳩,

Voix chant et cris

Le cri d'alarme est un roucoulement long, musical, ne montant jamais très haut : "coo". Les oiseaux qui sont en groupes tâchent de garder le contact en délivrant des "coo poo poop" doux et ronronnants. Lorsqu'ils sont alarmés, ces oiseaux lancent des "coo" plus brefs et plus aigus.

Habitat

Les colombines de Smith fréquentent une grande variété de boisements arides tropicaux. On les trouve principalement dans les forêts d'eucalyptus qui ont un sol assez léger, un sous-bois formé de petits arbres comme les acacias ou les terminalias et une très épaisse litière de feuilles. Elles vivent également dans les pariries ouvertes pourvues d'arbres épars non éloignés d'un point d'eau. Elles peuvent être attirées par les zones ayant subi des feux mais elles évitent autant que possible les épaisses forêts de mousson, les zones marécageuses et les hautes herbes.

Comportement traits de caractère

La colombine de Smith est un oiseau terrestre, elle se repose et se nourrit à la fois sur le sol. Elle est généralement grégaire et elle forme des bandes qui peuvent contenir jusqu'à 50 individus, en particulier pendant la saison sèche et au début de la saison humide, c'est à dire de juin à janvier. Le reste de l'année, de la fin de la saison humide jusqu'aux prémices de la saison sèche, on la trouve plutôt en couple ou en petit groupe. Cet oiseau est passé maître dans l'art du camouflage : lorsqu'il se déplace en bande, il fait preuve d'une très grande discrétion, adoptant une stature très rectiligne, agile et gardant le contact avec les différents membres du groupe par de petits cris tranquilles. La colombine de Smith n'est pas très craintive. Quand elle est dérangée, elle se met à courir. Le groupe est très réticent à prendre son envol et se disperse dans toutes les directions. Si elle se sent en danger et qu'elle est obligée de fuir précipitemment, elle s'envole avec de puissantss battements d'ailes mais elle atterrit à faible distance et elle se perche parfois dans un arbre. Son vol est rapide et alterne les battements d'ailes et les glissades. Ses ailes sont légèrement courbées vers le bas de façon très caractéristique.
La colombine de Smith n'accomplit aucune parade aérienne. Par contre, sa parade de salutation est semblable à celle des autres colombines du genre Geophaps. Le mâle agite la tête de haut en bas et produit un roucoulement à chaque inclinaison. Les plumes sont hérissées, la queue est déployée et dressée vers le haut. Les ailes sont élevées et la poitrine est légèrement affaissée. En cas de conflit avec un rival, la colombine de Smith marche rapidement vers lui avec une posture raide, le cou tendu et les plumes du capuchon en désordre, espérant par cette attitude provocante produire suffisamment d'effets pour le dissuader.

Alimentation mode et régime

Les colombines de Smith ont un régime mixte, elles consomment des graines qu'elles trouvent dans une grande variété de plantes, mais plus particulièrement dans les herbes. Dans une étude récente donnant le détail du menu de cet oiseau, les graines herbeuses représentaient jusqu'à 67% des ingrédients alors que les graines d'acacias et d'eucalyptus se limitaient respectivement à 7 et 4%. Les colombines de Smith recherchent leur nourriture tôt le matin et en soirée.

Reproduction nidification

La saison de nidification est très étendue, pour la plupart des oiseaux, elle se déroule pendant la saison sèche, de mars à octobre. Le nid est un grattage peu profond effectué sur le sol. Il est garni avec une fine couche de végétaux. Il est souvent dissimulé près d'une touffe d'herbes ou d'un autre végétal qui le soustraient à la vue des prédateurs terrestres. La femelle y dépose 2 œufs blanc-crème et lustrés. Les 2 parents se relaient à tour de rôle pendant 17 à 19 jours pour couver. Les oisillons sont nourris par les 2 parents. Ils grandissent vite et sont capables de voler sur une courte distance dès qu'ils ont atteint l'âge de 9 jours. Ils quittent le nid au bout de 10 à 12 jours après l'éclosion.

Distribution

Les colombines de Smith sont endémiques du nord de l'Australie. Leur aire de distribution est morcelée en deux parties bien distinctes : à l'ouest, le plateau de Kimberley, à l'est le tiers le plus septentrional du Territoire du Nord, c'est-à-dire "grosso-modo", la région de la Terre d'Arnhem. Elle est absente des environs de Darwin. En dépit de l'existence de 2 populations séparées, l'espèce est considérée la plupart du temps comme monotypique. Toutefois, la population de l'ouest (région de Kimberley) est parfois traitée comme une sous-espèce à part sous le nom de G. s. blaauwi en raison de la couleur de la peau orbital qui est ocre-jaune. La plupart des obervateurs considère que ce caractère particulier n'est qu'une variante régionale due à une différence de régime alimentaire. En conséquence, elle est souvent considérée comme une race non valide.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Localement, cette espèce est assez abondante dans les habitats qui lui conviennent La population de l'ouest fait l'objet d'une très grande inquiétude alors que celle de l'Est a vu son aire de distribution se réduire considérablement ces dernières années. La totalité du territoire est estimée désormais à 39 700 kilomètres carrés et la population globale regroupe environ 20 000 individus. Birdlife et le Handbook considèrent que ce pigeon doit être classé comme presque menacé (NT - Near Threatened).

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 06/08/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net