Cordonbleu à joues rouges

Uraeginthus bengalus - Red-cheeked Cordon-bleu

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Estrildidés

  • Genre
    :

    Uraeginthus

  • Espèce
    :

    bengalus

Descripteur

Linnaeus, 1766

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Le seul caractère discriminant qu'il soit utile ou nécessaire de se rappeler en ce qui concerne cet oiseau est constitué par la tache rouge de forme ovale qui couvre les couvertures auriculaires. Pour ce qui est du reste, le cordonbleu à joues rouges est une copie à peu près conforme du cordonbleu de l'Angola. Les parties supérieures (front, capuchon, nuque, dos et couvertures alaires) sont brunes, avec de légères nuances sur le front et sur la nuque. Toutefois, le cordonbleu à joues rouges possède un dessus plus brun chaud et la plupart des rectrices sont bleu plus foncé que les plumes du croupion et des couvertures sus-caudales. Le bleu du dessous s'étend le long des flancs jusqu'à ce qu'il rencontre le bleu des côtés du croupion. Le bec, court et pointu, affiche une couleur rose, rose rougeâtre ou parfois rose grisâtre avec une extrémité sombre. L'iris est brun pâle ou brun rougeâtre encerclé par un anneau oculaire blanc ou gris clair. Les pattes et les pieds sont brun-chair.
La femelle est assez semblable au mâle adulte mais la tache rouge sur les joues et les couvertures auriculaires est absente. Elle est généralement plus terne, du blanc ou du chamois clair vient se mêler au bleu sur la partie supérieure des flancs. En plumage usé, l'ensemble des plumes de la face jusqu'à la poitrine dévoile une base chamois-brun. Les juvéniles ressemblent aux femelles mais le bleu est plus terne et moins étalé, spécialement chez les jeunes femelles. L'oeil est brun, le bec gris plomb.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Uraeginthus bengalus bengalus (s Mauritania to Guinea and east to Ethiopia, Uganda and w Kenya)
  • Uraeginthus bengalus brunneigularis (s Somalia, c, e Kenya and ne Tanzania)
  • Uraeginthus bengalus ugogensis (s Kenya and n, w and c Tanzania)
  • Uraeginthus bengalus katangae (ne Angola, s DRCongo and n Zambia)

Noms étrangers

  • Red-cheeked Cordon-bleu,
  • Azulito carirrojo,
  • Peito-celeste-de-face-carmim,
  • Schmetterlingsastrild,
  • pillangópinty,
  • Blauwfazantje,
  • Cordon blu guancerosse,
  • Rödkindad fjärilsfink,
  • Rødkinnastrild,
  • motýlik červenosluchý,
  • motýlek rudouchý,
  • Sommerfuglefinke,
  • punaposkipeippo,
  • estrilda blava galta-roja,
  • Blástrildi,
  • motylik krasnouchy,
  • metuljasta astrilda,
  • Красноухий астрильд,
  • セイキチョウ,
  • 红颊蓝饰雀,
  • 紅頰藍飾雀,

Voix chant et cris

Cordonbleu à joues rouges
♂ adulte

Ses prestations vocales sont très semblables à celles du cordonbleu de l'Angola. Son cri de contact est un couinement faible 'tsiii-tsii' ou 'tseu-tseu'. Son cri d'alarme est un 'chi-chi-chi-chi' rapide et bavard. Le chant, plus complexe est un sifflement aigu 'ti-chii-wa-tchiii' ou 'ssiidiidilii-diidilii-ssii-ssii.

Habitat

Cet oiseau commun ou abondant est largement répandu dans tout l'ouest et le centre de l'Afrique jusqu'à une altitude de 1800 mètres. Son aire de distribution se superpose avec celle du cordonbleu de l'Angola dans sa partie sud-est. Familier et confiant, le cordonbleu à joues rouges vit à l'intérieur des villages, dans les jardins et en bordure des zones cultivées. On le trouve également dans les savanes pourvues de buissons épineux, d'acacias et de zones boisées clairsemées ainsi que dans les prairies ouvertes. Par contre, il évite les forêts et les bois trop fournis.
Le cordonbleu à joues rouges est distribué sur le continent africain sous la forme de 5 races qui se distinguent entre elles par l'intensité et la variation du bleu (du turquoise pâle à l'outremer foncé) qui recouvre leur plumage. La race type Uraeginthus bengalus bengalus se retrouve surtout dans l'ouest, le centre-nord et l'Afrique Orientale. Elle vit dans le sud-ouest de la Mauritanie, au Sénégal et en Gambie, dans le sud du Mali, le nord du Ghana, le sud du Niger et du Tchad, en direction de l'est jusqu'au Soudan Méridional. On la trouve également en Ethiopie jusqu'au sud de l'Ouganda et l'ouest du Kenya. Sa présence est avérée du Cameroun à la République Centrafricaine, dans le nord et le centre du Zaïre jusqu'au Rwanda, régions où il évite les zones de forêt équatoriale. La race Brunneigularis fréquente les montagnes du centre du Kenya, à l'est de la vallée du Rift. La race Littoralis habite l'extrême sud de la Somalie où elle est très commune, l'est et le sud-est du Kenya, le nord de la Tanzanie. La race Ugogoensis s'observe dans le nord, le centre et le centre-ouest de la Tanzanie jusqu'au pied du Kilimandjaro. La race Katangae vit dans le sud du Zaïre et dans l'extrême est de l'Angola jusqu'en Zambie. La race type est également présente aux îles du Cap Vert, elle a été introduite avec succès dans les îles Hawaï.

Comportement traits de caractère

Les cordonbleus à joues rouges vivent en couples, en petits groupes ou, en dehors de la saison de reproduction, en larges bandes. Ces bandes sont généralement monotypiques, c'est à dire qu'elles ne se mélangent pas avec d'autres espèces. Des exceptions sont toutefois constatées, notamment au sein des villages où se constituent parfois des bandes mixtes composées aussi d'amarantes et d'autres races d'astrilds. On connaît bien le rituel de la parade qui précède la construction du nid. D'après les observateurs qui l'ont aperçu, c'est un des plus beaux et des plus spectaculaires qu'il soit donné de voir. Le mâle saisit un brin d'herbe dans son bec, se place sur un perchoir bien en évidence et commence à chanter. En même temps, il oscille la tête vers en haut et vers en bas. Son chant est mélodieux et rappelle celui de l'alouette.

Alimentation mode et régime

Les cordonbleus à joues rouges se nourrissent principalement sur le sol où ils glanent toutes sortes de petites graines, notamment celles qui sont tombées des herbes. Ils consomment également du millet et d'autre graines issues d'autres plantes ou d'autres végétaux. Occasionnellement, ils ingurgitent des insectes, en particulier des fourmis et des termites, ces derniers pouvant être capturés au vol. En captivité, cet oiseau est réputé pour faire une grosse consommation de petites sauterelles.

Reproduction nidification

La période de reproduction commence à la fin de la saison des pluies. Les cordonbleus à joues rouges bâtissent une construction en forme de dôme mesurant environ 13 cm de large et possédant une entrée latérale. Elle est placée dans un épais buisson ou dans un arbre entre 1 mètre et 2,50 mètres de hauteur au dessus du sol. Des fines lamelles d'herbes sont utilisées pour la structure principale, l'intérieur est garni de végétaux plus fins et de duvet. La femelle y dépose 3 à 6 oeufs blancs qui sont couvés alternativement par les deux parents pendant 13 jours. Les jeunes, qui sont nourris essentiellement d'insectes pendant la première semaine, quittent le nid au bout de 20 jours. Cependant, ils ne deviennent indépendants des adultes qu'une semaine plus tard.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 12/07/2006 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net