Cormoran des Kerguelen

Leucocarbo verrucosus - Kerguelen Shag

Systématique
  • Ordre
    :

    Suliformes

  • Famille
    :

    Phalacrocoracidés

  • Genre
    :

    Leucocarbo

  • Espèce
    :

    verrucosus

Descripteur

Cabanis, 1875

Biométrie
  • Taille
    : 65 cm
  • Envergure
    : 110 cm.
  • Poids
    : 1700 à 2240 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les cormorans des Kerguelen ont une taille qui avoisine les 65 centimètres et une envergure qui ne dépasse pas 1 mètre 10, ce qui en fait une des plus petites espèces dans la catégorie des cormorans aux yeux bleus vivant dans les parties les plus froides de l'hémisphère sud. Chez les adultes, les parties supérieures, la queue et les cuisses sont noires avec des reflets métalliques verts. Les parties inférieures à partir de la gorge sont blanches. Le revêtement des ailes est brun. Certains individus ont des taches blanches sur le dos et sur les couvertures alaires. La tête et l'arrière du cou ont un lustre bleu ou violet. Le capuchon noir descend en dessous de l'œil et atteint même le menton et les couvertures auriculaires. La face et la poche de la gorge sont brun sombre.
Le bec est brun ou couleur corne, les iris sont couleur noisette. Les pattes et les pieds varient du brun sombre au rose brillant taché de noir. En plumage nuptial, les adultes ont une huppe légèrement hérissée sur le devant du front, des caroncules jaune ou orange à la base du bec et un anneau bleu éclatant sur le pourtour de l'œil. Après la saison de nidification, le plumage devient plus terne, l'anneau orbital devient bleu-gris plombé, les caroncules diminuent de volume et deviennent moins colorées.
Les juvéniles ont un plumage brun sombre avec un plus ou moins grand apport de blanc sur les parties inférieures. Les iris, le bec et les pattes sont bruns. Ils n'ont pas de caroncules et l'anneau orbital est de couleur plombée. Ils acquièrent leur plumage adulte progresssivement.
Contrairement à de nombreux cormorans, les cormorans des Kerguelen, ne déploient pas leurs ailes quand ils sont perchés.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Kerguelen Shag,
  • Cormorán de las Kerguelen,
  • Biguá-das-kerguelen,
  • Kerguelenscharbe,
  • varacskos kárókatona,
  • Kerguelenaalscholver,
  • Cormorano delle Kerguelen,
  • Kerguelenskarv,
  • Kerguelenskarv,
  • kormorán kerguelenský,
  • kormorán kerguelenský,
  • Kerguelenskarv,
  • kergueleninmerimetso,
  • corb marí de les illes Kerguelen,
  • kormoran kergueleński,
  • Кергеленский баклан,
  • ケルゲレンヒメウ,
  • 克岛鸬鹚,
  • 克格連鸕鷀,

Voix chant et cris

Cormoran des Kerguelen
adulte nuptial

Pas d'informations

Habitat

Le cormoran des Kerguelen est une espèce pélagique. Il vit principalement dans les baies, les fjords et sur les côtes fortement découpées des îles Kerguelen. Généralement, il ne s'éloigne pas plus que 6 kilomètres du rivage. En été, il se nourrit sur les bancs de varech, également appelé goémon épave. Il se reproduit le long des côtes, dans des îles plus ou moins importantes en taille et situées dans des golfes ou au large. Il choisit presque indifféremment des littoraux exposés ou des endroits abrités tels que les fjörds.

Comportement traits de caractère

La construction du nid commence à la fin mars ou au début avril, ce qui est une période plutôt inhabituelle pour un cormoran de la région subantarctique. Les mâles paradent en lançant leur tête en arrière jusqu'à ce que la nuque touche la queue. L'activité de reproduction débute dès le mois de septembre, mais la ponte n'intervient pas avant le mois d'octobre.
Les cormorans des Kerguelen sont sédentaires. Il y a probablement quelques dispersions dans les îles environnantes en dehors de la saison de nidification, mais les colonies ne sont jamais totalement abandonnées. Il y a des rapports concernant la présence d'immatures sur le continent, à quelques 80 kilomètres des îles Kerguelen.

Alimentation mode et régime

Les cormorans des Kerguelen consomment probablement des poissons et des oursins de mer. Occasionnellement, ils pêchent à la surface de l'eau, non loin des bateaux, mais la plupart du temps, ils capturent leurs proies après un plongeon et une courte poursuite sous l'eau. De mai à octobre, ces oiseaux se nourrissent parfois en bandes de plusieurs centaines d'oiseaux. En janvier et février, ils pêchent surtout en solitaire.

Reproduction nidification

La période de reproduction se déroule d'octobre à janvier, mais elle peut varier selon les colonies. Les oiseaux se rassemblent généralement en petit noyaux qui regroupent de 3 à 30 individus. Cependant, dans les péninsules Courbet et Jeanne d'Arc qui sont situées à l'est de l'île principale, les cormorans forment des colonies qui atteignent jusqu'à plusieurs centaines de couples. Parfois, les nids sont placés à la périphérie des colonies de gorfous sauteurs. Ceux-ci sont installés à même le sol des falaises ou des escarpements rocheux, la plupart du temps sur des corniches ou dans des crevasses. Le nid est une sorte de cône tronqué construit avec des algues et des herbes qui sont reliées entre elles par de la boue et des excréments. Il mesure environ 1 mètre de longueur sur 33 cm de large. La coupe intérieure a un diamètre de 20 cm et une profondeur de 8. S'il demeure intact, il est utilisé l'année suivante.
La ponte comprend habituellement de 2 à 5 œufs qui sont couvés pendant environ 30 jours. Les petits naissent nus. Quand ils grandissent, ils acquièrent un duvet brun fuligineux. Pas de renseignements concernant le soin parental.

Distribution

Comme leur nom l'indique bien, ces cormorans sont endémiques des îles Kerguelen. On les trouve à Grande-Terre, l'île principale de l'archipel, mais également dans les petites îles du large et dans les îles du golfe du Morbihan. Certains rapports signalent leur présence à Heard Island et en Australie Occidentale, ils concernent sans doute des oiseaux qui se nourrissent et dépendent de la proximité des chalutiers ou des bâteaux de pêche. Cette espèce est monotypique.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est relativement abondante et sa population locale était estimée entre 6 000 et 7 000 oiseaux dans les années 1980. Les effectifs semblent stables et ne paraissent pas affectés par le comportement des humains et des mammifères introduits. Les couvées subissent quelques ponctions en œufs et en poussins de la part des labbes, des puffins et des goélands.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 13/03/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net