Cossyphe à calotte blanche

Cossypha albicapillus - White-crowned Robin-Chat

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Muscicapidés

  • Genre
    :

    Cossypha

  • Espèce
    :

    albicapillus

Descripteur

Vieillot, 1818

Biométrie
  • Taille
    : 27 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 53 à 65 g
Distribution

Distribution

Description identification

Il ressemble au Cossyphe à calotte neigeuse mais il est bien pus grand et exhibe une bien plus longue queue. Le roux-orange est absent sur le demi-collier et il se distingue de tous ses congénères par ses iris écarlates.
Chez les individus de la race nominale, le front, le capuchon et le sourcil forment une zone blanche avec des écailles noires plus ou mons abondantes qui disparaissent avec l'usure. Le reste de la tête est noirâtre, les parties supérieures brunâtres, le croupion roux. Les rectrices centrales noires affichent des bordures extérieures rousses.
Le menton, le bec et les pattes noires établissent un contraste saisissant avec le dessous roux Les juvéniles ne sont pas décrits. Chez la race giffardi, la calotte est plus fortement terminée de noir, le ventre plus foncé alors que la race omoensis a un abdomen plus sombre, comme la précédente.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Cossypha albicapillus albicapillus (Senegal and Gambia to ne Guinea)
  • Cossypha albicapillus giffardi (s Mali and n Ivory Coast to n Cameroon and s Chad)
  • Cossypha albicapillus omoensis (se Sudan and sw Ethiopia)

Noms étrangers

  • White-crowned Robin-Chat,
  • Cosifa Coroniblanca,
  • Tordo-de-cabeça-branca,
  • Schuppenkopfrötel,
  • pikkelyesfejű rozsdásrigó,
  • Schubkaplawaaimaker,
  • Cossifa capobianco,
  • Vitkronad snårtrast,
  • Hvitkronetrosteskvett,
  • akalat veľký,
  • drozdík běločapkový,
  • Savannedrosselsanger,
  • isopunatasku,
  • cossifa de coroneta blanca,
  • złotokos duży,
  • Белошапочная чекановая горихвостка,
  • オオツグミヒタキ,
  • 白顶歌(即鸟),
  • 白頂歌鵖,

Voix chant et cris

Chez ce moyen passereau, la cadence est soutenue et le rythme du chant est plutôt rapide. La partition principale est composée d'un mélange de gazouillements, de trilles et de notes grinçantes. Il n'y a aucune imitation d'autre espèce. Le tout forme un ensemble plaisant et musical composé de "tooo-ee" ou de "tsu-ee" prolongés de séries de "tsu-tsu-tsu-tsu" assez monotones. Le cri de reconnaissance est un "sweeee" très aigu et pénétrant.

Habitat

Les Cossyphes à calotte blanche fréquentent les fourrés et les galeries d'arbres que l'on trouve souvent à l'intérieur des savanes boisées sèches. Ce genre d'habitats supporte généralement des précipitations annuelles moyennes comprises entre 300 et 500 millimètres de pluies.
Ces oiseaux de la taille des grives sont perçus également dans les broussailles épaisses le long des cours d'eau, dans les sous-bois des plantations, dans les jardins, les parcelles qui ont un sous-bois très ombragé, du niveau de la mer quasiment jusqu'à 1 000 mètres d'altitude.
La race omoensis se singularise en occupant les fourrés qui recouvrent les escarpements rocheux, aux alentours de 1 500 mètres.

Comportement traits de caractère

Bien qu'ils ne soient pas très timides, les Cossyphes à calotte blanche aiment bien se dissimuler dans les fourrés des savanes. C'est un trait qu'ils ont en commun avec les Cossyphes à calotte neigeuse, mais ils se distinguent de ces derniers par un chant plus riche et plus mélodieux.
Cet oiseau est sédentaire au sud du Soudan. Partout ailleurs en Afrique Occidentale, il est partiellement migratoire. Au Mali, il est très courant à la période des pluies, d'avril à octobre et sa fréquentation est moins nombreuse dans le sud pendant la saison sèche (mars à septembre).

Alimentation mode et régime

Au Nigeria, on possède vraiment peu d'informations sur le régime alimentaire de cette espèce. Au Cameroun, les cossyphes consomment vraisemblablement des insectes qu'ils capturent dans des pièges qu'ils appâtent avec des termites et des fourmis. Ces passereaux recherchent leur nourriture à terre sous les broussailles ou en fouillant dans la litière de feuilles. Ils prospectent également dans les boules et dans les souches, à une hauteur de tête d'homme.
Les Cossyphes à calotte blanche vivent en solitaire ou en couples

Reproduction nidification

En Gambie, ces cossyphes nichent de façon fractionnée en juin, août-septembre et décembre. Au Niger et au Burkina Faso, en décembre. Dans la partie méridionale de l'aire, au Nigeria, les nids sont surtout visibles en juillet. L'édifice est une fragile coupe ouverte construite avec des feuilles en légère décomposition et des radicelles qui sont liées entre elles par des plantes vrillées. Il est placé entre 1 et 2 mètres au-dessus du sol dans une cavité au sommet d'un arbrisseau, à l'intérieur d'une souche qui est dissimulée dans de la végétation épaisse sur la berge d'une rivière. Éventuellement, il peut être accroché à une plante pendante ou à une fronde de palme.
La ponte comprend 2 œufs, de couleur gris vedâtre avec des petites tâches brun rougeâtre et des nuages. Pas de renseignements supplémentaires.

Distribution

Sur le continent africain où elles résident, il y a officiellement 3 sous-espèces :
C. a. albicapillus - Sénégal et Gambie, est en direction de la Guinée du Nord-Est.
C. a. giffardi - sud du Mali et nord de la Côte d'Ivoire, jusqu'au nord du Cameroun et au sud du Tchad.
C. a. omoensis - sud-est du Soudan et sud-ouest de l'Éthiopie.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le Cossyphes à calotte blanche ne sont pas globalement menacés. Au Sénégal, ils sont répandus ou localement communs. Ils sont courants en Côte d'Ivoire et au Mali. Ils ne sont rares ni au Ghana ni au Nigeria. Omoensis est une race très rare dans le sud du Soudan.
D'après Birdlife, les effectifs sont stables.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 09/12/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net