Cossyphe de Heuglin

Cossypha heuglini - White-browed Robin-Chat

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Muscicapidés

  • Genre
    :

    Cossypha

  • Espèce
    :

    heuglini

Descripteur

Hartlaub, 1866

Biométrie
  • Taille
    : 20 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 29 à 44 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le Cossyphe de Heuglin est un turdidé de la taille d'une grive, à aspect de rougequeue. L'adulte est encapuchonné de noir, avec un sourcil blanc très net du bec à la nuque. Ce qui saute aux yeux de prime abord, c'est la teinte orangée vive de toutes les parties inférieures. Un collier de même couleur sépare la nuque du manteau. La couleur orangée gagne également le croupion, le dos, les sus-caudales et les rectrices externes, mais cette dernière est largement masquée par les ailes sur l'oiseau posé. Le manteau est d'un brun-olive. Les ailes et les rectrices centrales brunes sont nuancées de gris. L'iris est brun sombre. Le bec assez fort est noir et les pattes sont rosées à brunâtres.
La sous-espèce subrufescens se distingue de la nominale par ses rectrices centrales noires.
Le juvénile a un plumage moins net aux couleurs moins tranchées. Certaines tectrices ont un aspect un peu écailleux. La tête est brune avec un sourcil inapparent.
Le Cossyphe de Heuglin peut être confondu avec le Cossyphe de Rüppell au nord de son aire, mais ce dernier est plus petit, avec ailes et rectrices centrales plus sombres, et il n'a pas de collier roux complet. Il peut l'être aussi à l'ouest avec le Cossyphe à ailes bleues dont l'adulte montre une nette couleur bleue au niveau des petites couvertures alaires et dont le chant inclut de nombreuses imitations d'autres oiseaux.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Cossypha heuglini subrufescens (Gabon to w Angola)
  • Cossypha heuglini heuglini (s Chad and s Sudan south to e Angola, Botswana and n South Africa)
  • Cossypha heuglini intermedia (s Somalia along the coast to ne South Africa)

Noms étrangers

  • White-browed Robin-Chat,
  • Cosifa de Heuglin,
  • Cossifa de Heuglin,
  • Weißbrauenrötel,
  • szemsávos rozsdásrigó,
  • Witbrauwlawaaimaker,
  • Cossifa cigliabianche,
  • Vitbrynad snårtrast,
  • Hvitbryntrosteskvett,
  • akalat stužkatý,
  • drozdík bělobrvý,
  • Drosselsanger,
  • puistopunatasku,
  • Heuglinse Janfrederik,
  • cossifa de Heuglin,
  • złotokos białobrewy,
  • Белобровая чекановая горихвостка,
  • オオアカオツグミヒタキ,
  • 白眉歌鵖,
  • 白眉歌鵖,

Voix chant et cris

Le chant des cossyphes est réputé pour sa puissance et sa musicalité. Celui ci ne déroge pas à la règle. Les strophes sont assez courtes mais mélodieuses, le timbre profond, avec des intonations d'oriolidé. Il commence généralement doucement puis gagne progressivement en volume. Habituellement, il contient peu d'imitations. Les deux sexes conversent entre eux. La femelle interpose des "tseeee" aigus entre les phrases du mâle. Les cris sont variés et difficiles à transcrire. On distingue dans leur répertoire des "yup" de contact. Les cris d'alarme incluent des crécelles basses et des imitations d'alarmes d'autres espèces comme les bulbuls.

Habitat

Les Cossyphes de Heuglin fréquentent les lisières des forêts d'arbres à feuilles permanentes et les fourrés. Ces derniers sont très appréciés surtout lorsqu'ils abritent des termitières et qu'ils ont une canopée discontinue en bordure des cours d'eau. Ces oiseaux occupent également les boisements d'acacias qui avoisinent les roseaux et les phragmites des lacs et des petites îlettes. Pourvu qu'ils soient ombragés, ils ne dédaignent les habitats endommagés et les parcelles de miombos qui sont des sortes de savanes boisées.
En Afrique orientale, les cossyphes vivent du niveau de la mer jusqu'à 2 200 mètres. Dans d'autres régions du continent africain, leurs lieux de vie peuvent culminer de 1 500 à 2 300 m, excepté au sud de la rivière Limpopo où ils dépassent pas les 1 000 mètres.

Comportement traits de caractère

Les Cossyphes de Heuglin sont discrets et passent facilement inaperçus si ce n'était le chant puissant des mâles. Ils passent beaucoup de temps à terre. Ils progressent rapidement par bonds et observent fréquemment des pauses. C'est au sol qu'ils recherchent principalement leur nourriture en retournant la litière de feuilles avec leur bec. Ils capturent aussi des insectes ailés comme les termites au cours de brèves poursuites aériennes. Mais ils se perchent aussi volontiers dans les ligneux du sous-étage et c'est de là que les mâles chantent, assez cachés dans le feuillage.

Alimentation mode et régime

Les Cossyphes de Heuglin consomment principalement des insectes, en particulier des fourmis et des coléoptères. Toutefois, le menu comprend également des fruits. Sur une vingtaine d'estomacs explorés, 86% contiennent des fourmis (4 familles différentes), 75% des coléoptères (9 familles dont les coccinelles, les ténébrions, les curculionidés et de nombreux autres insectes phytophages, ainsi que les buprestidés dans les régions où se pratique l'élevage), 32% de chenilles. Le reste du menu est constitué de fruits indéterminés, de punaises, de guêpes. Les araignées, les cloportes, les mouches, les mille-pattes et les petites grenouilles dendrolagues constituent une proportion très minime.

Reproduction nidification

En Afrique orientale, la saison de nidification coïncide plutôt avec la période des pluies (avril-mai et novembre-janvier) alors que dans les régions équatoriales, y compris autour du lac Victoria, elle a tendance à se dérouler pendant tous les mois de l'année. Les autres dates sont les suivantes : juin en Éthiopie, septembre-février dans les régions au sud du 10° de latitude Sud. il peut y avoir deux couvées par an.
Durant la période nuptiale, les Cossyphes de Heuglin établissent habituellement un territoire d'environ 1 ha, mais sa superficie peut varier en fonction de la qualité de l'habitat. En une semaine, le couple bâtit un nid en forme de coupe ouverte avec des feuilles mortes et de grossières brindilles. Il est garni avec de la mousse, des radicelles, des tiges d'herbe et des herbes d'éléphant. L'édifice est placé dans une crevasse ou une cavité d'arbre, sur une branche d'arbrisseau, à moins de 2 mètres au-dessus du sol. Dans un massif de bambous, il est installé jusqu'à 8 mètres.
D'anciens nids sont parfois réparés et réutilisés après des travaux sommaires.
La ponte contient 1 à 3 œuf, de couleur brun laiteux, chamois-olive, crème ou bleuâtre, éventuellement avec des tâches brun rougeâtre. L'incubation est de plus en plus longue, plus on va vers le sud de l'aire (12 jours au Kenya et jusqu'à 17 jours au Natal).
Après l'envol, les oisillons restent dépendants de la famille pendant 3 à 4 semaines. Les nids sont parasités par le Coucou solitaire et subissent la prédation régulière des chats et des serpents arboricoles (Dispholidés). Malgré ces dangers assez courants, le taux de réussite pour le passage à l'âge adulte est de 83%, ce qui est un excellent score.

Distribution

Le Cossyphe de Heuglin est largement répandu en Afrique, du sud du Tchad et du Soudan au nord-est de l'Afrique du Sud en latitude, et de l'Angola au Mozambique en longitude.
C. h. subrufescens - Gabon jusqu'à l'ouest de l'Angola.
C. h. heuglini - Sud-Tchad, ouest-sud du Soudan, nord-sud-ouest de la République centrafricaine vers l'est jusqu'en Éthiopie, du sud à l'est de l'Angola, Nord-Botswana, Zimbabwe et nord de l'Afrique du Sud.
C. h. intermedia - Sud-Somalie et toute la côte est de l'Afrique jusqu'au Natal.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le Cossyphe de Heuglin est rare à localement commun sur l'ensemble de son territoire africain. La densité est par exemple de 3 oiseaux par hectare en Afrique du Sud (Natal). Pour l'instant, l'espèce n'est pas menacée. Depuis les années 1950, il progresse, même lentement mais sûrement, vers le sud.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 30/12/2016 par Daniel Le-Dantec
partiellement réécrite le 02/01/2017 par Jean François © 1996-2017 Oiseaux.net