Coucou à calotte blanche

Cacomantis leucolophus - White-crowned Cuckoo

Systématique
  • Ordre
    :

    Cuculiformes

  • Famille
    :

    Cuculidés

  • Genre
    :

    Cacomantis

  • Espèce
    :

    leucolophus

Descripteur

Müller, S, 1840

Biométrie
  • Taille
    : 33 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 117 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les coucous à calotte blanche affichent un plumage noir brillant avec une large bande argentée sur le dessus du crâne. Les ailes et la queue sont noires. Les rectrices ont des étroites terminaisons blanches. On peut apercevoir des barres blanches sur la courbure des ailes. Les couvertures sous-alaires sont noires avec des barres blanches.
En ce qui concerne les parties nues, les iris sont brun foncé, le bec est noir, les pieds gris sombre .
Les 2 partenaires sont identiques. Les juvéniles ont un plumage noir sans lustre et avec une texture plus soyeuse que celle de adultes. Les ailes et la queue présentent une teinte gris-ardoise. Les rectrices sont plus étroites que celles des parents. En ce qui concerne les parties inférieures, la gorge est noir-ardoise barré de blanc alors que la zone qui va de la poitrine au ventre est uniformément noire. Les iris sont brun sombre. Les petits oisillons ne sont pas décrits.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • White-crowned Cuckoo,
  • Koel Coroniblanco,
  • Weißscheitelkoel,
  • Witkapkoekoek,
  • Koel capobianco,
  • Vitkronad koel,
  • Hvitkronekoel,
  • kukučka bielotemenná,
  • kukačka bělokorunkatá,
  • Hvidkronet Koel,
  • valkokruunukäki,
  • cucut de coroneta blanca,
  • kukułka białogłowa,
  • Белоголовый коэль,
  • Tuwur topi-putih,
  • ユキボウシカッコウ,
  • 白顶噪鹃,
  • 白頂噪鵑,

Voix chant et cris

Le chant puissant, lugubre et répétitif est composé de 3 sifflements clairs et descendants : "too too too". Chaque série devient de plus en plus aiguë et plus insistante, se finissant par un "week" très explosif. On peut également entendre un cri de 3 ou 4 notes "ka ha ha (ha)" qui résonnent comme un éclat de rire. Un simple "whurr" dont on ignore l'usage, vient compléter le répertoire.

Habitat

Les coucous à calotte blanche fréquentent les forêts et les parcelles en cours de régénération qui sont situées à la lisière des forêts. On peut principalement les observer dans les paysages de collines à des altitudes qui varient du niveau de la mer jusqu'à 1 000 mètres. On les trouve plus rarement à des hauteurs plus élevées entre 1 500 et 1 740 m. Leurs sites de plaine ne sont jamais très éloignés des collines ou des régions légèrement accidentées. Les coucous à calotte blanche choisissent comme résidence les cimes et l'étage moyen des arbres. Ils aiment à se restaurer dans la canopée.

Comportement traits de caractère

Les coucous à calotte blanche se déplacent lentement, ils ont un vol plongeant très caractéristique quand ils traversent les clairières. Ils ne sont pas grégaires et la plupart du temps ils sont visibles en solitaire ou en couples. On ne les observe qu'occasionnellement en petites bandes. Cet oiseau est extrêmement discret et il est très difficile à apercevoir. Dans le milieu naturel , il est seulement reconnu par ses cris.

Alimentation mode et régime

Les coucous à calotte blanche consomment surtout des gros insectes, notamment des chenilles et d'autres catégories d'arthropodes. Leur menu est complété par des fruits. On ne possède pas le détail des items.

Reproduction nidification

Les coucous à calotte blanche sont vraisemblablement des nicheurs parasites mais on ne possède pas la liste des espèces dont ils usurpent le nid. Les femelles ont les ovaires dilatés, preuve qu'elles ont prêtes à se reproduire, au mois d'octobre. Ni le Handbook des oiseaux du Monde, ni le livre pourtant bien documenté de Robert B. Payne, ne fournissent le moindre renseignement sur les mœurs reproductives de cet oiseau.

Distribution

Les coucous à calotte blanche sont endémiques de Nouvelle-Guinée. Ils sont présents dans la presque totalité de cette grande île, excepté la chaîne montagneuse centrale et la plaine alluviale de la Fly. On les trouve également dans les îles de la Papouasie Occidentale et plus particulièrement à Salawati. L'espèce est monotypique.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Cette espèce n'est pas globalement menacée. On ne possède aucun chiffre précis sur le volume de ses effectifs, mais d'après Del Hoyo, elle est relativement abondante, en particulier dans le Varirata National Park, près de Port-Moresby. De plus amples informations seraient nécessaires sur sa biologie, son écologie et le chiffre global de sa population. D'après Birdlife, ses effectifs sont stables en l'absence de véritables menaces.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 07/02/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net