Coucou jacobin

Clamator jacobinus - Jacobin Cuckoo

Systématique
  • Ordre
    :

    Cuculiformes

  • Famille
    :

    Cuculidés

  • Genre
    :

    Clamator

  • Espèce
    :

    jacobinus

Descripteur

Boddaert, 1783

Biométrie
  • Taille
    : 34 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 66 à 72 g
Distribution

Distribution

Description identification

Comme la plupart des coucous du genre Clamator, cet oiseau se distingue par sa très fine et longue queue ainsi que par sa huppe hérissée sur l'arrière du crâne. Chez les adultes, toutes les parties supérieures, y compris la crête rappelant celle d'une bulbul, sont noires. Les parties inférieures sont uniformément blanches. Un miroir circulaire blanc orne les ailes. La longue queue graduée affiche une pointe blanche qui est bien visible en vol. Les sexes sont identiques.
Les juvéniles ont une huppe moins développée. La tache alaire est plus discrète. Les parties noires du plumages sont plus ternes et plus fuligineuses. Les parties blanches sont infiltrées de fauve ou de gris-fauve.
Chez les adultes, les iris sont bruns, le bec gris-corne. Les pattes et les pieds sont gris-ardoise mais les serres sont noires. On peut voir un peu de peau nue jaune-citron au niveau du menton.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Clamator jacobinus serratus (South Africa, s Zambia)
  • Clamator jacobinus pica (Africa south of the Sahara to n Zambia and Malawi, nw India to Nepal and Myanmar)
  • Clamator jacobinus jacobinus (s India, Sri Lanka, s Myanmar)

Noms étrangers

  • Jacobin Cuckoo,
  • Críalo Blanquinegro,
  • Cuco-jacobino,
  • Jakobinerkuckuck,
  • szarkakakukk,
  • Jacobijnkoekoek,
  • Cuculo bianconero,
  • Jakobinskatgök,
  • Jakobinergjøk,
  • kukavica stračia,
  • kukačka černobílá,
  • Jacobinergøg,
  • jakobiinikäki,
  • Bontnuwejaarsvoël,
  • cucut reial jacobí,
  • Þyrnigaukur,
  • kukułka czarno-biała,
  • jakobīņu cekuldzeguze,
  • jakobinska kukavica,
  • Сорочья хохлатая кукушка,
  • クロシロカンムリカッコウ,
  • 斑翅凤头鹃,
  • นกคัคคูขาวดำ,
  • 斑翅鳳頭鵑,

Voix chant et cris

Les coucous jacobins émettent de longues séries répétitives de "piu...piu...pee-pee-piu....pee-ppe-piu" qui ont une sonorité plaintive quoiqu'assez plaisante. Ces vocalisations peuvent être entendues pendant la journée mais également pendant les nuits de pleine lune. Elles sont délivrées en vol, pendant les poursuites nuptiales ou à partir d'un perchoir. Parfois, seule la note initiale "piu" ou "kleeuw" est répétée chaque seconde. Les oisillons émettent des "chù-chù-chù-chù-chù" rauques qui ne sont pas sans rappeler ceux des téphrodornes bridés (Tephrodornus gularis). Les mâles produisent parfois un "kwik-kwik-kwik" particulier qu'ils enchaînent après les duos de "piu".

Habitat

En Afrique, les coucous jacobins fréquentent les zones boisées ouvertes et les broussailles, les savanes épineuses arides, les jungles d'épineux et les plaines. En Inde, on les trouve principalement dans les régions basses, les plaines et les collines jusqu'à 2000 mètres. En migration, ils grimpent jusqu'à 4200m dans l'Himalaya. En Afrique, les coucous jacobins vivent jusqu'à 3000 mètres, mais ils résident plus généralement en-dessous de 1500 m.

Comportement traits de caractère

Le coucou jacobin est principalement une espèce arboricole, ce qui ne l'empêche pas de descendre parfois à terre où on peut le voir sautiller. En Inde, dans de nombreux endroits, cet oiseau arrive sur ses lieux de résidence estivale avec une régularité d'horloger, alors que le jour n'est pas encore levé. Dans la dernière semaine de mai, son arrivée, proclamée par de puissants cris métalliques, annonce et préfigure généralement la mousson. Peu de temps après son installation, le coucou jacobin peut être observé en groupes lâches de 5 ou 6 individus qui se poursuivent d'arbres en arbres, sans qu'on sache exactement s'il sagit de rivalité sexuelle ou de querelle de territoire. Cette phase passée, il s'établit et clame sa propriété par de grands cris. Dans les zones urbaines ou à la péripherie des agglomérations, son installation ne se fait pas sans peine car il est irrémédiablement chassé et persécuté par les corbeaux familiers (Corvus splendens) qui sont résidents toute l'année. Il doit alors se réfugier dans les bâtiments pour échapper à ses tourmenteurs.

Les rituels de parade commencent dès l'arrivée des coucous. Les mâles crient à pleine gorge et poursuivent leur partenaire en déployant partiellement leur queue et en accomplissant de lents battement d'ailes. On ignore si les couples établissent des liens conjugaux solides pendant la saison de nidification.

La race nominale Jacobinus qui niche en Inde hiverne dans l'est et le centre de l'Afrique. Elle quitte le sous-continent indien en septembre-octobre mais sa route de migration est assez énigmatique. Néanmoins, elle passe vraisemblablement par la péninsule arabique car quelques individus ont pu être collectés dans cette région. La race pica est pratiquement absente du continent asiatique en hiver. Elle hiverne également en Afrique où elle se joint aux populations de la race pica qui y vivent dejà. Les spécimens des 2 continents ne sont pas différenciables. Ils transitent eux aussi par Oman et le sud de l'Arabie. Pendant la saison sèche en Afrique du Sud, les oiseaux de la race serratus remontent jusqu'au nord du Kenya, jusqu'au Soudan et au Tchad. Ailleurs en Afrique, les coucous jacobins se déplacent à la recherche de précipitations et d'abondance de chenilles.

Alimentation mode et régime

Les coucous jacobins sont principalement insectivores. Ils ingurgitent en particulier des chenilles chevelues mais ils ne négligent pas pour autant les sauterelles, les mantes religieuses et les termites. Leur menu comprend également dans escargots qu'ils trouvent dans les forêts, les oeufs des espèces hôtes et quelques baies. Ces oiseaux prospectent surtout dans les arbres et dans les buissons. Ils descendent parfois à terre où ils sautillent à la recherche de nourriture.

Reproduction nidification

Les coucous jacobins nichent pendant la saison des pluies. Selon les régions et selon les continents, la ponte des oeufs intervient à des périodes très différentes. En Asie, elle a lieu de juin à août dans le nord de l'Inde et de janvier à mars dans les collines du Nilgiris. En Afrique Occidentale, la saison se déroule de mai à juillet, en Ethiopie de mars à octobre tandis qu'en Afrique Orientale, elle est déterminée par les pluies locales : à l'est de la vallée du rift, elle se déroule de mars à mai, alors qu'à l'ouest de ce fossé d'effondrement, elle a lieu plutôt de mars à août. En Afrique Australe, la nidification commence en novembre et se termine au mois de mars.

Les coucous jacobins sont des oiseaux parasites. Ils exercent principalement leur parasitisme sur les nids des timaliidés du genre Turdoides : en Inde, les hôtes sélectionés sont surtout les cratéropes communs (Turdoides caudatus), les cratéropes de brousse (T. striatus) et les cratéropes gris (Turdoides malcomi). Dans l'Himalaya, les garrulaxes barrés sont les victimes les plus courantes. Au Cachemire, les pies-grièches schach doivent également payer un lourd tribut. En Mauritanie, au Kenya et en Ethiopie, les deux espèces qui ont le plus de succès sont le cratérope fauve (T. rufus) et le cratérope rubigineux ( T. rubiginosus). En Afrique Australe, les nids parasités sont ceux des bulbuls des genres Pycnonotus et Andropadus ainsi que ceux des pies-grièches fiscales (Lanius collaris).

Deux types d'oeufs peuvents être observés : en Inde, au Sri Lanka et en Afrique au Nord de 14° de latitude sud, les oeufs sont bleus et mesurent environ 24 millimètres sur 19. En Afrique du Sud, les oeufs sont blancs et sont légèrement plus grands, 27 millimètres sur 22. L'incubation dure environ 11 à 12 jours. En fonction de l'hôte choisi, les jeunes jacobins utilisent deux tactiques différentes : soit ils éjectent les oeufs ou les petits de leurs parents adoptifs, soit ils monopolisent toute la nourriture apportée par ces derniers. Dans les deux cas, les couvées des hôtes sont annéanties. Les jeunes coucous jacobins prennent leur envol et quittent le nid au bout de 17 ou 18 jours.

Distribution

Cette espèce vit sur 2 continents. En Asie, elle est circonscrite au sous-continent indien, du Cachemire et du Népal jusqu'au Sri Lanka. Elle est absente des îles Andaman et Nicobar. La race pica déborde légèrement sur le Myanmar, atteignant même l'extrême sud du Tibet. En Afrique, le coucou jacobin vit au sud du Sahara, de la Mauritanie jusqu'en Ethiopie puis vers le sud jusqu'au Natal. 3 sous-espèces sont officiellement reconnues : C.j. serratus (Afrique Australe) - C.j. pica (Afrique Subsaharienne jusqu'à la Tanzanie et la Zambie, nord-ouest de l'Inde jusqu'au Népal et au Myanmar et éventuellement jusqu'au sud du Tibet) - C.j. jacobinus (sud de l'Inde et Sri Lanka).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le coucou jacobin n'est pas globalement menacée. Sur l'ensemble de son aire, il est même considéré comme plutôt commun. En Inde, il est très courant en juillet et en août. Aucun danger ne plane sur ses effectifs et sur ses différents habitats. Par contre, il a un impact très négatif sur la nidification d'autres espèces comme le bulbul du Cap (près de 36% des nids parasités).

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 08/01/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net