Coulicou manioc

Coccyzus minor - Mangrove Cuckoo

Systématique
  • Ordre
    :

    Cuculiformes

  • Famille
    :

    Cuculidés

  • Genre
    :

    Coccyzus

  • Espèce
    :

    minor

Descripteur

Gmelin, JF, 1788

Biométrie
  • Taille
    : 34 cm
  • Envergure
    : 38 à 43 cm.
  • Poids
    : 64 à 102 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les adultes ont des parties supérieures brun grisâtre plus ou moins foncé. Le capuchon est gris, séparé des parties inférieures claires de la face par un large masque noir qui couvre l'oeil et la totalité des couvertures auriculaires. Les rémiges sont brunes, les plumes de la queue sont noires, avec des extrémités ovales blanches. Le coulicou manioc est polymorphique et peut être observé dans deux phases différentes : dans la phase sombre, le dessous présente une belle teinte cannelle alors que dans la phase claire, il est blanchâtre avec des nuances chamoisées. L'anneau orbital varie du gris discret au jaune, les iris sont bruns. Le bec massif, légèrement courbé vers le bas, présente une mandibule supérieure noire contrastant avec la mandibule inférieure jaune ou orange. Les pieds sont gris. Les 2 sexes sont rigoureusement semblables.
Chez les juvéniles, les couvertures alaires et les rémiges sont bordées de roux. Le masque facial et les ornements de la queue sont à peine visibles. La variation de couleur sur les parties supérieures et le plus ou moins grand apport de chamois sur le dessous n'est apparemment pas lié à la situation géographique.
Les coulicous maniocs sont parfois confondus avec les coulicous à bec jaune qui sont des migrateurs hivernaux. En Martinique, les 2 espèces sont appelées "gangan". Le coulicou à bec jaune qui vient d'Amérique du Nord,est plus petit, possède un dessous entièrement blanc. Ses rémiges primaires et secondaires ont une teinte rousse.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Mangrove Cuckoo,
  • Cuclillo de Manglar,
  • Papa-lagarta-do-mangue,
  • Mangrovekuckuck,
  • mangrovekakukk,
  • Mangrovekoekoek,
  • Cuculo delle mangrovie,
  • Mangroveregngök,
  • Mangrovegjøk,
  • kukavka mangrovová,
  • kukačka mangrovová,
  • Mangrovegøg,
  • mangrovekäki,
  • cucut dels manglars,
  • kukawik namorzynowy,
  • mangrovju dzeguze,
  • Мангровая американская кукушка,
  • マングローブカッコウ,
  • 红树美洲鹃,
  • 紅樹美洲鵑,

Voix chant et cris

De temps à autres, le coulicou manioc produit un cri caractéristique dont il tire son nom local (gangan). C'est une sorte de rire nasillard proche du cancanement qui s'entend d'assez loin et permet de le repérer. Les notes sont émises en séries de "gawk gawk gawk, gawk gaawk gaawk" graves. On peut également entendre un "whit" simple.

Habitat

Les coulicous maniocs vivent dans les mangroves pourvues de plantes du genre Avicennia. On peut également les observer dans les estuaires, les fourrés proches d'un point d'eau, les forêts en cours de régénération, les broussailles arides et les boisements clairsemés de feuillus, surtout dans les sous-bois. Dans les Petites Antilles, ils fréquentent aussi les forêts pluviales de montagne, à des altitudes qui varient de 280 à 500 mètres. Ces oiseaux vivent généralement le long des côtes, dans des régions basses proches du niveau de la mer. Cependant, localement, on peut les observer jusqu'à 1100 m. Parfois même, ils nichent dans des habitats semi-arides à des hauteurs qui environnent les 1300 mètres.

Comportement traits de caractère

Les coulicous maniocs sont des oiseaux solitaires qui volent d'arbres en arbres ou sautillent de branches en branches de façon discrète. Ils suivent régulièrement et méthodiquement le même trajet, inspectant avec attention les ramures et les feuilles. On peut souvent les apercevoir dans le même arbre au même moment de la journée. Le coulicou manioc est un oiseau sédentaire. Toutefois, les oiseaux qui vient en Floride et dans les keys migrent vers le sud à partir à partir de la fin du mois de septembre et ne reviennent que vers la fin du mois de mars. Dans les régions qui sont sujettes à des ouragans, les populations peuvent se disperser pour éviter les zones affectées par le mauvais temps. Comme tous les coucous du genre Coccyzus, les coulicous maniocs ne sont pas des oiseaux parasites. Ils bâtissent leur propres nids et élèvent leurs propres couvées. Ils sont monogames mais on ignore tout de leurs parades nuptiales pour établir ou renforcer les liens conjugaux. Il est toutefois probable que les marques ovales blanches situées sur les longues rectrices externes y jouent un rôle assez important.

Alimentation mode et régime

Les coulicous maniocs sont presque exclusivement insectivores. Leur menu est composé principalement de chenilles, velues ou non, et de sauterelles. Cependant, ils consomment également des criquets, des mantes religieuses, des phasmes, des cafards, des perce-oreilles, des cigales, des punaises et des coléoptères. Des araignées, des escargots, des lézards, quelques fruits et quelques matières végétales viennent compléter la diète.

Reproduction nidification

Selon les régions, la saison de nidification intervient à des moments assez différents dans l'année : mai-juillet dans le sud de la Floride, avril-mai aux îles Caïmans, mars-octobre à Porto-Rico, juillet à Hispaniolia, mars-juillet aux Petites Antilles (Saint-Vincent, Grenadines), juillet dans le sud du Mexique (Oaxaca). Le nid est une plate-forme peu profonde constituée de branches, de brindilles sèches et de feuilles. Il est placé à la fourche d'un arbre, à une hauteur modeste, 2 ou 3 mètres au-dessus de l'eau d'une mangrove. Il n'est guère dissimulé et ne bénéficie d'aucun abri particulier contre la pluie ou le soleil. La ponte comprend 2 ou 3 oeufs de couleur bleu-vert pâle dont la dimension moyenne est de 31 millimètres sur 23. Les deux parents unissent leurs efforts pour nourrir les jeunes. On ne possède aucune information sur la durée de l'incubation et du séjour au nid. Lorsqu'ils naissent les oisillons sont totalement impuissants. Ils sont presque nus avec une peau gris sombre et seulement quelques rares plumes en forme de filaments blancs. Ils ont les yeux fermés. Les jeunes grandissent vite et peuvent quitter le nid très tôt, à l'âge d'environ 10 jours.

Distribution

Les coulicous maniocs sont originaires de l'Amérique Centrale, des Antilles et la côte nord de l'Amérique du Sud. Leur aire s'etend de la côte caribéenne de la Floride Méridionale jusqu'aux Grandes et aux Petites Antilles. Le long du golfe, on les trouve au Sud-Mexique (Tamaulipas, Yucatan ) et jusqu'au Panama. Le long de la côte pacifique, ils vivent du nord du Mexique (Sinoloa) jusqu'en Colombie. En Amérique du Sud, on les observe du Venezuela à l'embouchure de l'Amazone en passant par les Guyanes. Dans certains ouvrages, on trouve jusqu'à 13 sous-espèces, mais le Handbook considère que les différences ne sont pas suffisamment marquées et classe cet oiseau dans la catégorie des espèces monotypiques.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les coulicous maniocs sont sommuns ou assez communs sur l'ensemble de leur aire de distribution. En Floride, cette espèce est sérieusement en déclin à cause de la dégradation de son habitat et du développement des habitations humaines dans les mangroves. En Martinique, le gangan (nom local doné au coulicou) bénéficie d'une très bonne réputation car il pénètre dans les jardins où il élimine toutes les chenilles et les insectes qui s'attaquent aux légumes.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 23/01/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net