Cratérope de l'Inde

Turdoides caudata - Common Babbler

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Léiothrichidés

  • Genre
    :

    Turdoides

  • Espèce
    :

    caudata

Descripteur

Dumont, 1823

Biométrie
  • Taille
    : 26 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 30 à 40 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce timalidé de moyenne taille présente un bec fin et légèrement recourbé ainsi qu'un dessus assez fortement strié. Les parties inférieures sont blanc uni et chamois avec quelques stries sur la poitrine et sur les côtés.
Chez la race nominale, le capuchon et les parties supérieures sont chamois foncé avec des stries brun sombre liserées de brun. Sur le croupion, ces stries deviennent plus diffuses. Les ailes sont brun moyen avec des liserés chamois-gris. La queue chamois grisâtre affiche d'abondantes mais vagues barres brunes sur les rectrices centrales.
Les joues et les lores sont rose-fauve, les couvertures auriculaires sont rose-fauve avec une variante gris-brun. Le menton, la sous-moustache, la gorge, la poitrine et la moitié supérieure du ventre sont blancs. Les côtés du cou, les côtés de la poitrine et les flancs varient du chamois rosâtre au roux avec de vagues stries longitudinales.
Les iris sont bruns, jaune-orange ou jaunes. Le bec est brun-chair ou brun avec une tache jaune à la base de la mandibule inférieure. Les pattes sont jaunâtres. Les sexes sont rigoureusement identiques.
Les juvéniles ont des marques plus arrondies sur la tête et sur la nuque, des terminaisons et des vexilles externes plus pâles sur les plumes des ailes. La race eclipses est plus grande, a un bec plus long et des stries plus abondantes sur le côté de la poitrine. La race huttoni est plus grande, a une teinte grisâtre sur le dessus, sur la poitrine et sur les flancs. La race salvadorii est comme la précédente mais la gorge et le ventre sont plus chamoisées et plus gris.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Turdoides caudata caudata (e Pakistan, peninsular India and w Bangladesh)
  • Turdoides caudata eclipes (c and n Pakistan, nw India)

Noms étrangers

  • Common Babbler,
  • Turdoide indio,
  • Zaragateiro-rabilongo,
  • Langschwanzdrossling,
  • hosszúfarkú rigótimália,
  • Gewone Babbelaar,
  • Garrulo comune,
  • Orientskriktrast,
  • Krattskriketrost,
  • timáliovec indický,
  • timálie pospolitá,
  • Stribet Larmdrossel,
  • pensastimali,
  • tordenc comú,
  • Stormtuldri,
  • dżunglotymal indyjski,
  • garastes tarkšķis,
  • indijski drozgač,
  • Длиннохвостая дроздовая тимелия,
  • スジカブリヤブチメドリ,
  • 普通鸫鹛,
  • 普通鶇鶥,

Voix chant et cris

Cratérope de l'Inde
adulte

Le chant n'est pas décrit. Les cratéropes de l'Inde crient en groupe et produisent une série de 12 à 25 sifflements rapides, agréables, musicaux et légèrement caquetants "which-which-whichi-ri-ri-ri-ri-ri" ou "kyíp-kyíp-kyíp-kip-kip-kur-kur-kur-knur". Quand ils fuient précipitamment et qu'ils se dispersent, ils lancent des cris d'alarme qui sont assez semblables à ceux d'une couvée de perdicules. Les cris de la race huttoni sont apparemment différents, ce sont des sifflements dissyllabiques plus étirés et plus bas "qwee-yur-qweeyur". Ils servent à marquer le territoire et ils sont émis en soirée.

Habitat

Les cratéropes de l'Inde fréquentent plutôt les habitats arides : les semi-déserts, les plaines sèches, les petites collines caillouteuses, les jungles épineuses qui sont adaptées à la sècheresse, les broussailles, les plaines sableuses parsemées de touffes d'herbes, de buissons de jujubiers et de tamariniers. On les trouve aussi dans les ravins rocailleux pourvus de buissons clairsemés, dans les cultures qui demandent peu d'eau, dans les habitats transformés, dans les forêts mixtes, les plantations, les jardins, les champs de citronniers et les vergers. Ces oiseaux vivent jusqu'à 900 mètres d'altitude, 1 200 mètres au Pakistan. Dans le sud-ouest de l'Iran, ils recherchent parfois la compagnie des cratéropes d'Irak (Turdoides altirostris).

Comportement traits de caractère

Les cratéropes de l'Inde recherchent leur nourriture en groupe pouvant atteindre généralement 6 ou 7 individus. Cependant, les bandes peuvent contenir une vingtaine d'oiseaux et parfois même, au beau milieu de la saison de nidification, on peut apercevoir, mais rarement, des rassemblements de près de 80 oiseaux. Ce sont probablement des bandes mixtes composées également de cratéropes de l'Irak. Les cratéropes de l'Inde prospectent à terre, parmi les racines et la litière de feuilles, ils utilisent leur bec pour retourner la litière ou pour creuser le sol meuble. Il leur arrive aussi de poursuivre les termites en prenant leur envol à partir de buissons bas. Les cratéropes de l'Inde sont des oiseaux sédentaires.

Alimentation mode et régime

Les cratéropes de l'Inde sont insectivores : ils ingèrent des fourmis, des chenilles, des coléoptères, des sauterelles, des termites ailés, et ils ingèrent également des araignées. Ils consomment aussi des graines, des baies en particulier celles des lantanas et du nectar de fleurs. Ils ne dédaignent pas les œufs des petits passereaux. Dans une étude réalisée récemment, les matières végétales composent 56% du menu et comportent de la pulpe de fruit, du millet, des céréales et des feuilles. Le reste de la diète est formée par 16% de papillons, 9% de scarabées, 5% d'hyménoptères, 3% d'orthoptères et un peu moins de termites. Les araignées et les escargots ne dépassent pas 1%. Dans une autre enquête, les insectes représentent 25% du volume, les graines de millet sauvage 36%, les céréales 10%, les feuilles 20% et les herbes 7%. Le reste est indéterminé.
Au alentours de Delhi, les sauterelles sont l'ingrédient principal du régime estival, les graines prédominent en hiver. Les oisillons sont nourris presque exclusivement d'invertébrés, surtout des sauterelles.

Reproduction nidification

Les cratéropes de l'Inde nichent à tous les mois de l'année, mais principalement de mars à septembre. Ils mènent à terme plusieurs couvées. Pendant la reproduction, l'organisation sociale est assez compliquée. Ces passereaux ont en effet une nidification coopérative mais le groupe d'assistants intervient de façon différente et selon 3 options possibles. Dans le premier cas (le plus simple) le groupe accomplit les différentes tâches au profit d'un couple classique. Dans le second cas, le groupe est attaché à un mâle polygame et il l'assiste dans ses nichées successives. Dans le troisième cas, le groupe vient en aide à deux couples qui nichent simultanément. Ce dernier système n'est pas très efficace : généralement une des 2 nichées échoue.
Le nid est construit par les 2 parents. C'est une coupe compacte, profonde et particulièrement bien soignée avec des murs épais. Il est bâti avec des herbes, des tiges de plantes grimpantes, des racines ainsi que des brindilles, il est garni avec des herbes plus raffinées, des radicelles et du crin de cheval. Il est placé dans un épineux, un petit arbre ou une haie de figues de barbarie, dans les frondes d'un jeune palmier, dans des herbes hautes ou dans des touffes épaisses, généralement entre 1 et 2 mètres au-dessus du sol, parfois plus bas. Dans la région de Delhi, en Inde, le territoire mesure en moyenne entre 2,5 et 6 hectares, mais dans les endroits où la densité est moins importante, il peut être plus vaste.
La ponte comprend 3 à 5 œufs, de couleur bleu pâle ou bleu-vert brillant, qui sont couvés par les 2 parents à tour de rôle pendant environ 13 à 15 jours. Les poussins sont nourris par le couple pendant les 12 jours que dure le séjour au nid. Cependant, les jeunes continuent à réclamer et à quémander et ils restent au sein de la cellule familiale jusqu'à la saison suivante .
Les nids des cratéropes de l'Inde sont régulièrement parasités par les coucous jacobins ou par les coucous shikras (Cuculus varius). Le taux de réussite des couvées est assez élevé : 54% des œufs éclosent et 40% des jeunes sont à l'envol, ce qui fait une moyenne de 2 à 4 petits par nid. La mortalité des jeunes de première année est cependant très lourde, avec environ 50% des effectifs. La mortalité des adultes atteint 36% mais seulement 12% de mâles nicheurs.

Distribution

Les cratéropes de l'Inde occupent une espace géographique vaste mais morcelé sur le continent asiatique. Leur aire de distribution s'étend du Moyen Orient (rives du Tigre et golfe persique) jusqu'à l'est du sous-continent indien (delta du Gange et du Brahmapoutre). Il y a officiellement 4 sous-espèces réparties en 2 groupes : les populations de l'ouest (les 2 premières nommées) sont plus grandes et plus grises alors que les populations de l'est (les 2 dernières nommées) sont plus petites et plus sombres. T. c. salvadorii (est et sud-est de l'Irak, nord-ouest et sud-ouest de l'Iran). -T. c. huttoni (sud-est de l'Iran, sud-ouest de l'Afghanistan et sud-ouest du Pakistan). - T. c. eclipes (nord-centre du Pakistan en direction de l'est jusqu'au sud-ouest de Jammu Cachemire et du nord-ouest de l'Inde (Nord-Ouest Pendjab). - T. c. caudata, la race nominale (centre, est, sud-est du Pakistan, Inde (excepté l'Himalaya et le nord-est), également Rameswaram Island (au large du Tamil Nadu) et Laccadive Island, le sud-ouest du Népal et l'ouest du Bangladesh)).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Dans les environs de Bagdad, elle était commune, du moins dans les années 60. Elle est également commune dans le sud de l'Iran. Au nord du Pakistan, elle est abondante et on la trouve surtout dans les plaines cultivées, dans les désert et dans les collines. Au Népal, ses densités sont variables et au Bangladesh, son statut est incertain. En Inde, cet oiseau est commun ou répandu avec des densités atteignant environ 60 individus/ km carré dans la région de Delhi. Sur l'ensemble du sous-continent, il bénéficie de la protection de nombreux parcs nationaux.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 02/03/2014 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net