Dendrocygne à dos blanc

Thalassornis leuconotus - White-backed Duck

Systématique
  • Ordre
    :

    Ansériformes

  • Famille
    :

    Anatidés

  • Genre
    :

    Thalassornis

  • Espèce
    :

    leuconotus

Descripteur

Eyton, 1838

Biométrie
  • Taille
    : 43 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 625 à 790 g
Distribution

Distribution

Description identification

Du fait d'une certaine ressemblance avec les érismatures, le Dendrocygne à dos blanc a été classé dans un premier temps dans les Oxyurinés. Aujourd'hui, on le considère plus comme un Dendrocygniné, seul représentant de son genre. Peu susceptible d'être confondu avec un autre canard, il pourrait l'être avec un grèbe du fait de ses couleurs particulières. Il n'existe pas de dimorphisme sexuel même si les mâles tendent à être légèrement plus grands que les femelles. La face est brun noirâtre jusqu'aux yeux qui ressortent mal. Deux taches blanches sous les lores contrastent fortement avec cette face sombre et le bec noirâtre. Ce dernier est plus ou moins tacheté de jaune et présente un fort onglet. Le cou et les côtés de la tête sont chamois, ces derniers très mouchetés de brun noirâtre. Des plumes sombres et hérissées à l'arrière de la calotte et descendant sur la nuque en une ligne sombre donnent occasionnellement à l'oiseau un aspect huppé. Le reste du corps est couvert d'un plumage montrant un habile mélange de brun noirâtre et de beige-chamois qui rend l'oiseau très cryptique dans un contexte de végétation aquatique. Un dos largement blanc apparaît lorsque l'oiseau est en vol ou lorsqu'il s'ébroue. La queue est extrêmement courte. Les pattes sont gris verdâtre. Le juvénile est semblable à l'adulte mais plus terne. Les taches blanches de part et d'autre du bec sont aussi moins visibles. La sous-espèce insularis, plus petite que la nominale, se reproduit à Madagascar. Son aspect général est plus foncé.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Thalassornis leuconotus leuconotus (e Cameroon to s Ethiopia and South Africa)
  • Thalassornis leuconotus insularis (Madagascar)

Noms étrangers

  • White-backed Duck,
  • Pato Dorsiblanco,
  • Pato-de-dorso-branco,
  • Weißrücken-Pfeifgans,
  • vöcsökréce,
  • Witrugeend,
  • Anatra dorsobianco,
  • Vitryggad and,
  • Hvitryggand,
  • stromárka jarabá,
  • husička krátkoocasá,
  • Lappedykkerand,
  • lampisorsa,
  • Witrugeend,
  • ànec cabusset,
  • pokraczka,
  • Белоспинная утка,
  • コシジロガモ,
  • 白背鸭,
  • 白背鴨,

Voix chant et cris

Dendrocygne à dos blanc
adulte

Le Dendrocygne à dos blanc est considéré comme habituellement silencieux, mais les deux sexes peuvent appeler, au sol et en vol. Son appel sifflé "Whit-wee" ou "si-wee-wheet" est proche de celui des vrais dendrocygnes.

Habitat

Le Dendrocygne à dos blanc privilégie les eaux douces. Ainsi, on le rencontre sur les lacs, les lagunes, les marais et marécages ainsi que dans les prairies inondées formant de vastes piscines. Il n'est pas non plus rare de le voir sur les rivières s'écoulant lentement à condition qu'il y ait assez de profondeur et une végétation flottante abondante telle que les nénuphars. À Madagascar, il préfère les lacs forestiers pouvant aller jusqu'à 1 300 mètres d'altitude. En Ouganda, il est mentionné à 1 800 m et jusqu'à 3 000 m au Kenya.

Comportement traits de caractère

Le Dendrocygne à dos blanc est un oiseau principalement sédentaire. Mais on sait qu'il se déplace pendant la saison des pluies pour profiter au mieux des eaux peu profondes nouvellement formées et aussi en période post-nuptiale. En dehors de la saison de reproduction, on peut observer des groupes comptant plusieurs centaines d'individus sur les plans d'eau permanents favorables. Ce petit dendrocygne passe son temps à plonger. Avec ses grands pieds palmés placés très à l'arrière du corps, il est particulièrement adapté à la vie aquatique. Il va peu sur terre. La journée, il somnole au milieu des nénuphars. Son activité est maximale à l'aube et à la tombée du jour. C'est sous l'eau qu'il se nourrit même s'il lui arrive de trouver sa nourriture à la surface. En cas de danger, il s'aplatit à la surface, le vol n'étant utilisé qu'en dernier recours. Les couples, non territoriaux et monogames, nichent de façon isolée ou, dans les endroits les plus favorables, en petits groupes lâches.
Le vol : Le Dendrocygne à dos blanc est rarement observé en vol. Sa silhouette en vol, avec ses ailes larges et courtes et ses pattes robustes dépassant de sa queue rudimentaire, est frappante. Il ne vole habituellement que sur de courtes distances et à faible hauteur.

Alimentation mode et régime

Le Dendrocygne à dos blanc se nourrit exclusivement sous l'eau, son bec étant parfaitement adapté. Il est principalement végétarien et son régime est fait des feuilles et des graines de plantes aquatiques comme les nénuphars. Le juvénile cherche surtout les larves d'insectes aquatiques et autres petits invertébrés.

Reproduction nidification

La saison de reproduction varie en fonction de la situation géographique et est susceptible de se produire à tous moments de l'année. La construction du nid est à la charge des deux sexes. Il est placé très près du bord de l'eau ou même sur l'eau. La végétation flottante sert alors de point d'ancrage. L'endroit est idéal pour se protéger des prédateurs et sa principale source de nourriture n'est pas loin. À l'occasion, le couple peut réhabiliter d'anciens nids de grèbes ou de foulques. Les matériaux utilisés sont des végétaux aquatiques, joncs, roseaux, grandes graminées. Une rampe d'accès est également construite pour accéder au nid. En forme de bol, il mesure 30 à 34 cm de large et 11 à 25 cm de profondeur. La femelle pond 4 à 9 œufs d'un brun brillant, couleur unique chez les oiseaux aquatiques, à raison d'un œuf par jour. On a enregistré jusqu'à 11 œufs dans un nid, sans doute pondus par deux femelles. L'incubation, assurée par les deux sexes, dure 29 à 33 jours. Le mâle couve principalement le jour, la femelle la nuit. Le changement d'adulte au nid s'effectue après un appel bref, le remplaçant s'approchant du nid sous l'eau pour ne pas être repéré. Les poussins nagent et plongent le jour de l'éclosion. À 27 jours, ils font la moitié de la taille d'un adulte. À 34 jours, le plumage est complet, à exception de quelques rémiges. À 55 jours, ils sont totalement développés. Les adultes les accompagnent et les protègent pendant toute cette période. En cas d'attaque, les adultes feignent la blessure en adoptant l'attitude de "l'aile cassée".

Distribution

Le Dendrocygne à dos blanc a une large répartition en Afrique sub-saharienne, mais sa présence est surtout marquée dans un grand sud-est du continent, du Soudan et de l'Éthiopie au nord, au Cap au sud et à Madagascar. Ailleurs, on la trouve ponctuellement le long d'une étroite bande qui va du Sénégal au sud du Tchad en passant par le Mali et le nord du Nigeria. Elle évite la forêt équatoriale. Malgré cette vaste distribution, l'espèce n'est jamais abondante. L'espèce est réputée sédentaire. Cependant, des déplacements locaux et saisonniers nocturnes existent, mais ils sont mal compris.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Il y a peu d'informations sur la population de Dendrocygne à dos blanc. Il est considéré comme non menacé mais il y a des indices récents sur une raréfaction. Il n'est pas chassé, sa chair n'étant pas appétissante. La sous-espèce de Madagascar pourrait être, elle, plus vulnérable, mais là encore il n'y a pas d'informations récentes sur son statut. On a noté sa disparition de certaines zones où le Tilapia a été introduit. Ce poisson végétarien, le plus consommé au monde, détruit là où il vit la végétation aquatique nécessaire au Dendrocygne à dos blanc. Le développement agricole et la prolifération de la jacinthe d'eau peuvent fortement réduire son habitat. Il existe enfin une forte mortalité due aux filets des pêcheurs comme sur le lac Naivasha, au Kenya. Le niveau des populations serait de 10 000 à 25 000 oiseaux pour l'Afrique et de 2 500 à 5 000 oiseaux pour Madagascar.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 28/01/2017 par Nathalie Santa Maria © 1996-2017 Oiseaux.net