Drongo à raquettes

Dicrurus paradiseus - Greater Racket-tailed Drongo

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Dicruridés

  • Genre
    :

    Dicrurus

  • Espèce
    :

    paradiseus

Descripteur

Linnaeus, 1766

Biométrie
  • Taille
    : 65 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 70 à 125 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les drongos à raquettes sont de grands oiseaux noirs dont le plumage affiche de nets reflets métalliques. La tête est surmontée par une huppe plus ou moins importante selon les sous-espèces. Chez la race grandis, qui vit dans le nord de l'Inde, cette dernière couvre l'ensemble du capuchon, commençant sur le front et le devant du bec et se poursuivant jusqu'à la nuque en formant une sorte de panache recourbé vers l'arrière. La queue est prolongée par deux longs filaments terminés par une raquette plate. Les iris sont brun à brun-rouge, le bec est noir avec des vibrisses assez évidentes sur le dessus et le dessous des mandibules. Le pourtour de la bouche est rose grisâtre, parfois avec des mouchetures brunes, jaunes ou ardoise. Les pattes, les pieds et les griffes sont noirs.
Les différentes sous-espèces se distinguent principalement par la longueur de l'envergure, le plus ou moins grand développement de la huppe ainsi que par la présence ou non de raquettes sur la partie terminale de la queue. Chez les races du sous-continent indien, seules les races paradiseus et grandis présentent une crête développée. Chez les autres races, (otiosus, nicobarensis, ceylonicus et lophorinus), elle est assez discrète. Toutes les sous-espèces de l'Inde possèdent des raquettes terminales, hormis lophorinus qui affiche une queue fourchue. Pour cette raison, et pour d'autres raisons d'ordre écologique et vocal, cette dernière race est parfois (souvent) traitée comme une espèce à part entière.

Indications subspécifiques 13 Sous-espèces

  • Dicrurus paradiseus grandis (n India through w and n Myanmar and s China to n Indochina)
  • Dicrurus paradiseus rangoonensis (c India through Bangladesh, c Myanmar and n Thailand to c Indochina)
  • Dicrurus paradiseus paradiseus (s India to s Thailand, n Malay Pen. and s Indochina)
  • Dicrurus paradiseus johni (Hainan I.. off se China.)
  • Dicrurus paradiseus ceylonicus (Sri Lanka)
  • Dicrurus paradiseus otiosus (Andaman Is.)
  • Dicrurus paradiseus nicobariensis (Nicobar Is.)
  • Dicrurus paradiseus hypoballus (c Malay Pen.)
  • Dicrurus paradiseus platurus (s Malay Pen., Sumatra and nearby islands)
  • Dicrurus paradiseus microlophus (islands in the South China Sea)
  • Dicrurus paradiseus brachyphorus (Borneo)
  • Dicrurus paradiseus banguey (islands off n Borneo)
  • Dicrurus paradiseus formosus (Java)

Noms étrangers

  • Greater Racket-tailed Drongo,
  • Drongo de raquetas grande,
  • Flaggendrongo,
  • paradicsomdrongó,
  • Vlaggendrongo,
  • Drongo codaracchetta maggiore,
  • Större vimpeldrongo,
  • Dragedrongo,
  • drongo zástavkový,
  • drongo vlajkový,
  • Stor Pragtdrongo,
  • viiridrongo,
  • drongo d'estandarts gros,
  • dziwogon rajski,
  • Райский дронго,
  • Srigunting batu,
  • カザリオウチュウ,
  • 大盘尾,
  • นกแซงแซวหางบ่วงใหญ่,
  • 大盤尾,

Voix chant et cris

Les drongos à raquettes sont très bruyants, en particulier à l'aube et au crépuscule. Ils s'expriment plus volontiers pendant la saison de nidification. Ils ont un répertoire très fourni formé de cris métalliques, de riches notes et de sifflements mélodieux. En plus de cela, dans la nature, ils sont capables d'imiter de nombreuses espèces tels que les éperviers Shikra, les Coq de Sonnerat, les chevêchettes cuculoïdes, les coucous koel, différentes sortes de pics, les pomatorhins, les calaos gris, les brèves, les orioles et les pies arboricoles (témias). Ces imitations, très convaincantes et souvent semblables dans les moindres détails aux originaux sont souvent émis en réponse au cri d'une espèce. Elles donnent l'impresssion de se moquer ou de tourner en ridicule son producteur. Lorsqu'ils imitent une timalie, les drongos à raquettes mimétisent également ses postures, gonflant leurs plumes, laissant pendre leurs ailes, déployant leur queue et balançant d'un côté à l'autre.

Habitat

Les drongos à raquettes fréquentent les forêts d'arbres à feuilles permanentes ou caduques. Ils apprécient généralement les boisements assez denses dans les régions où le relief est relativement accidenté. Les lisières des terres cultivées, les plantations de thé, de teck ou les jungles de bambous sont particulièrement utilisées. Parfois, ces oiseaux s'aventurent dans les parcelles isolées de jungle ou dans les contrées ouvertes sans arbres. Les clairières abandonnées ont également un franc succès. Les 2 races qui vivent au Sri Lanka marque une nette préférence pour les forêts de grands arbres mais elles sont capables de s'adapter aux habitats modifiés. Les sous-espèces continentales (grandis, paradiseus) peuvent grimper jusqu'à 1500 mètres, alors que les races insulaires (ceylonicus, lophorinus) montent respectivement jusqu'à 600 et 1700 m.

Comportement traits de caractère

Les drongos à raquettes vivent habituellement en solitaire ou en couple mais il leur arrive également de former des petites bandes de 5 à 6 oiseaux lorsqu'ils trouvent une source importante de nourriture comme c'est le cas à proximité d'une termitière terrestre. Ils peuvent également intégrer des rassemblements mixtes d'oiseaux insectivores vivant dans la forêt. Ils s'associent notamment aux chevêchettes du genre Glaucidium, aux témias ou aux pics du genre Dinopium ou Chrysocolaptes. Comme les drongos royaux ou les drongos cendrés, ce sont des lève-tôt qui commencent souvent leur activité bien avant le lever du soleil, alors que les ténèbres sont encore installés.
Ils produisent généralement des "kit-kit-kit-kit" assez décousus et rébarbatifs qui durent sans discontinuer jusqu'à l'aube. Lorsqu'ils nichent, les drongos à raquettes pratiquent l'intimidation, ils sont hardis et agresssifs vis-à-vis des intrus. Ils attaquent avec témérité tous les rapaces qui approchent de la couvée et ils plongent furieusement sur les humains qui tentent d'accéder au nid jusqu'à ce que ces derniers abandonnent. Les drongos à raquettes ont un vol bruyant et plongeant constitué de rapides battements d'ailes entrecoupés de courtes pauses. Les raquettes placées au bout de la queue produisent un bourdonnement caractéristique qui peut être entendu à une assez longue distance.
Les drongos à raquettes sont très crépusculaires, chassant bien après la tombée de la nuit. Ils plongent verticalement à partir d'un perchoir pour attraper un insecte et ils regagnent celui-ci avec les ailes closes.

Alimentation mode et régime

Les drongos à raquettes consomment des papillons de nuit, des coléoptères, des libellules, des locustes, des mantes religieuses et d'autres insectes de grande taille qu'ils capturent après une poursuite dans les airs. Ils picorent des larves sur les troncs puis ils les transportent dans leurs griffes. Ils attrapent également sans doute des petits lézards et des oisillons. Le nectar de certaines plantes aux fleurs éclatantes comme les bombax et les erythrinas constituent un complément essentiel dans leur alimentation.

Reproduction nidification

Au Kerala, la saison de reproduction se déroule principalement de février à mai. Un peu plus au nord, elle a lieu en juin-juillet. Les oiseaux qui vivent au pied de l'Himalaya se reproduisent d'avril à juin. Au Sri Lanka, la reproduction intervient de mars à mai dans le nord et d'avril à mai dans le sud. A Nicobar, elle commence au mois de février. Le nid est une coupe peu ordonnée et profonde, construite avec des fines brindilles, des herbes, des plantes grimpantes et des morceaux d'écorce. Il mesure en moyenne 15 cm de diamètre extérieur et 5 cm de profondeur. Dans certaines régions, la base en forme de chaîne de certaines feuilles de palmier du genre Borassus constitue un emplacement privilégié pour les nids. Ceux-ci sont trouvés au même endroit dans le même arbre pendant plusieurs années consécutives. Parfois, ils sont bâtis avec des morceaux de bois plus épais et plus plats, un peu comme un nid de corbeau en miniature.
La ponte comprend 3 ou 4 œufs, de couleur blanc-crème ou rose pâle avec des taches brun-foncé. Chaque œuf mesure en moyenne 28 mm sur 20. Les deux parents participent à la construction du nid, à l'incubation et au soin des jeunes. La durée de couvaison est inconnue.

Distribution

Les drongos à raquettes ne sont pas confinés au sous-continent indien, ils sont répartis dans tout le sud-est du continent asiatique jusqu'à Hainan, Java et Bali. 13 sous-espèces sont officiellement reconnues : D.p. grandis (collines au pied de l'Himalaya, de Kumaon jusqu'au nord du Myanmar, sud de la Chine au Xizang et au Yunnan) - D.p. parasideus (sud de l'Inde, du Myanmar, sud de la Thaïlande et sud de l'Indochine) - D.p. rangoonensis (centre de l'Inde, Bangladesh, Centre-Myanmar, Nord-Thaïlande, Laos et Centre-Vietnam) - D.p. ceylonicus (zone aride du nord-est du Sri Lanka) - D.p. otiosus (îles Andamans) - D.p. nicobarensis (îles Nicobar) - D.p. johni (Hainan, Chine Méridionale) - D.p. hypoballus (péninsule malaise, excepté le sud) - D.p. platurus (sud de la péninsule malaise, archipel Riau et île Bangka) - D.p. microlophus (îles de la mer de Chine, Tioman, Anambas et Natunas) - D.p. banguey (île Banggi et Balambangan, au large de Bornéo) - D.p. brachyphorus (Bornéo) - D.p. formosus (Java et Bali). La race lophorinus (zone humide et montagneuse du sud du Sri Lanka) est parfois incluse comme 14ème sous-espèce.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les drongos à raquettes vivent sur un vaste territoire de plus de 6 millions de kilomètres carrés. Leurs effectifs ne sont pas quantifiés et il est difficile de déterminer comment évolue la population globale. D'après différents observateurs, cette espèce est commune ou localement commune sur l'ensemble de son aire de distribution. Bien que son habitat soit progressivement et inexorablement détérioré, elle est classée comme "de préoccupation mineure".

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 28/03/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net