Drongo cendré

Dicrurus leucophaeus - Ashy Drongo

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Dicruridés

  • Genre
    :

    Dicrurus

  • Espèce
    :

    leucophaeus

Descripteur

Vieillot, 1817

Biométrie
  • Taille
    : 29 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 34 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez la race nominale, les Drongos cendrés ont un plumage entièrement gris cendré, avec une nuance légèrement plus foncée sur la gorge et les parties inférieures. Chez toutes les sous-espèces, la bande frontale et le menton ont une teinte violacée sombre. Les rectrices sont longues (plus de 120 mm) et la queue est très nettement fourchue. Les rectrices internes et externes sont légèrement évasées. Les iris sont rouge écarlate. Le bec et les pattes sont noirs et robustes. Le mâle et la femelle sont identiques, bien que le premier soit légèrement plus grand.
Les juvéniles sont plus brunâtres que les adultes mais on peut apercevoir une fine frise blanche sur le ventre jusqu'aux couvertures sous-caudales. Les ailes et la queue sont considérablement plus courtes que celles des adultes, les iris sont bruns.
La race longicaudatus, de la péninsule indienne, affichent une tête, un cou très blanc contrastant avec les ailes et la queue noires, le dessous gris est d'un bleu-ardoise très prononcé. Les parties inférieures ne sont pas irisées. Les race mouhoti et stigmatops ont des lores et une bordure blanche autour des yeux et des oreillons. Les autres races ont une variation bleu pâle ou bleu-ardoise clair, longicaudatus et leucogenis sont les plus remarquables et les plus originales pour leur queue allongée.
Leucogenis a la tache faciale blanche la plus développée. Periophtalmicus est la plus petite dans toutes les prises de mesures.

Indications subspécifiques 15 Sous-espèces

  • Dicrurus leucophaeus leucophaeus (Java, Bali, Lombok and the sw Philippines)
  • Dicrurus leucophaeus leucogenis (c, n and e China)
  • Dicrurus leucophaeus salangensis (se China)
  • Dicrurus leucophaeus longicaudatus (e Afghanistan to c Himalayas)
  • Dicrurus leucophaeus hopwoodi (e Himalayas through s China and n Myanmar to ne Indochina)
  • Dicrurus leucophaeus innexus (Hainan I.. off se China.)
  • Dicrurus leucophaeus mouhoti (sw and c Myanmar to c Indochina)
  • Dicrurus leucophaeus bondi (c Thailand through s Indochina)
  • Dicrurus leucophaeus nigrescens (s and se Myanmar and the Malay Pen.)
  • Dicrurus leucophaeus batakensis (n Sumatra)
  • Dicrurus leucophaeus phaedrus (s Sumatra)
  • Dicrurus leucophaeus periophthalmicus (Sipura and Pagai Is.. off w Sumatra.)
  • Dicrurus leucophaeus celaenus (Simeulue I.. off w Sumatra.)
  • Dicrurus leucophaeus siberu (Siberut I.. off w Sumatra.)
  • Dicrurus leucophaeus stigmatops (n Borneo)

Noms étrangers

  • Ashy Drongo,
  • Drongo cenizo,
  • Graudrongo,
  • szürke drongó,
  • Grijze Drongo,
  • Drongo cenerino,
  • Grå drongo,
  • Askedrongo,
  • drongo popolavý,
  • drongo kouřový,
  • Askedrongo,
  • tuhkadrongo,
  • drongo cendrós,
  • dziwogon popielaty,
  • pelēkais drongo,
  • Серый дронго,
  • Srigunting kelabu,
  • ハイイロオウチュウ,
  • 灰卷尾,
  • นกแซงแซวสีเทา,
  • 灰卷尾,

Voix chant et cris

Drongo cendré
adulte

Le chant est un assortiment varié de notes rudes et plaisantes, certaines étant musicales comme un sifflement de flûte. Cette espèce de drongo possède un cri d'appel commun, un "cheece-cheece-chichuck" qui sert à solliciter les autres membres du groupe. Il est suivi par un sifflement agréable et querelleux que l'on peut retranscrire de la façon suivante : "kil_kil_kil kil" ou "tililili". Cette forme de cri ressemble beaucoup à celui de l'écureuil palmé nordique (funambulus pennanti). Dans le répertoire commun, il faut également ajouter un "drangh-gip, gip_gip_drangh". Les Drongos cendrés ont une communication assez semblable à celle du Drongo royal (Dicrurus macrocerus). Ils sont capables d'imiter de nombreuses sortes d'oiseaux.

Habitat

Les Drongos cendrés vivent essentiellement dans les forêts de montagne, préférant généralement les parcelles clairsemées. On les trouve de préférence dans les forêts pluviales, les populations mixtes de pins, chênes et de rhododendrons (Quercus, pinus, rhododendrons). Ils ne dédaignent pas les jungles mixtes de bambous.
Dans l'Himalaya, ils peuvent grimper jusqu'à 2 500 mètres d'altitude (Pakistan) et même jusqu'à 3 000 mètres en Inde. Toutefois, leurs bastions préférés sont surtout situés sur les versants des collines et aux lisières des zones boisées. Les clairières sont composées de conifères à larges feuilles permanentes ou à feuillages caduques.
Dans les collines du Nord-ouest du Myanmar, les populations de la race hopwood nichent dans les prairies ouvertes ou bien fournies qui poussent aux alentours des villages. En Chine, les oiseaux de la même sous-espèce grimpent parfois jusqu'à 4 000 mètres dans le Yunnan, alors que les races salagansis et leucogenys occupent de préfèrence les terres cultivées protégées par des petit bouquets d'arbres.
Selon les nombreuses régions qu'ils fréquentent, ces oiseaux colonisent différents paysages (mangroves, broussailles côtières, plantations en cours de régénération). Dans les zones semi-urbanisées, il n'est pas rare de pouvoir les observer le long des routes et dans les jardins qui agrémentent les cités (entre 500 et 2 400 mètres).

Comportement traits de caractère

Le Drongo cendré a des comportements qui ressemblent assez à ceux des Drongos royaux. C'est une espèce forestière et, du fait qu'il fréquente de nombreux type d'habitats, il adopte une grande diversité de comportements sociaux et d'attitudes. Les populations de la race longicaudus, qui vit sur la péninsule indienne, évitent généralement les terres cultivées ouvertes, elles peuvent être observées en solitaire, en couples ou en petits groupes bruyants, perchant à une assez grande hauteur dans les branches ou sur les toits. Ils sont particulièrement agiles et jaillissent hors des feuillages pour capturer des insectes. Ils peuvent également se rapprocher du sol ou se rapprocher des troncs. Parfois les rassemblements peuvent contenir jusqu'à une trentaine d'oiseaux qui chassent les termites ailés.
Les Drongos cendrés nichent dans le nord, au-delà du fleuve Yangtze. À partir d octobre, ils migrent vers le sud, en direction de l'Indonésie. Les populations de l'ouest nichent au pied de l'Himalaya et se dirigent en direction du sud de la péninsule indienne, du Pendjab jusqu'au Sri Lanka. Les populations reproductrices du centre de la Chine rejoignent l'Indochine et poursuivent jusqu'à la péninsule malaise pour nicher.

Alimentation mode et régime

Les Drongos cendrés se nourrissent principalement d'insectes, mais de petits vertébrés sont également capturés. Ces oiseaux de moyenne taille consomment également du nectar, qu'ils attrapent en visitant régulièrement les touffes de Bombas et d'Erythrinas. Ils apprécient aussi les Grevilleas et les eucalyptus qui ont été introduits. Dans la catégorie des insectes, on trouve les locustes, les sauterelles, les criquets les libellules, les phasmes, les papillons de nuit et les lépidoptères. Les mouches et les coléoptères sont aussi consommés, ainsi que les mantes religieuses et d'autres invertébrés de taille plus modeste. Ils suivent les troupeaux, montent sur le dos des vaches et des chevaux.
Les Drongos cendrés chassent au crépuscule et ils poursuivent même parfois cette activité jusqu'à la nuit. Ils happent les termites de façon acrobatique et ils accompagnent parfois les Langrayens bruns (Artamus fuscus) dans leur quête.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule de mars à juin dans l'Himalaya, principalement en avril en Chine (dans le sud de la Chine), en avril dans le centre du Myanmar, en mars-mai à Sumatra et en janvier-août pour la race nominale des îles méridionales. Les pontes sont découvertes en janvier-février à Bornéo. Il n'y a habituellement qu'une couvée par période de nidification.
Pendant la saison nuptiale, ces oiseaux sont très territoriaux et il arrive qu'ils soient assez agressifs pour tenter d'éloigner les intrus qui s'aventurent sur leur aire de nidification. Les prédateurs répertoriés sont souvent les Corbeaux à gros-bec (Corvus macrorhynchos) qui peuvent s'approcher jusqu'à 60 ou 70 mètres du nid.
Les 2 partenaires associent leurs efforts pour construire la structure, la femelle s'investit un peu plus dans le travail, les mâles collectent les matériaux et les placent également aux premières étapes de la construction. Au bout de 10 jours d'un rude travail, le couple obtient une coupe assez fragile qui est un mélange assez hétéroclite de fibres végétales, de racines, de tiges herbeuses, de lichens de feuilles et de sommet de fleurs. L'ensemble est emplâtré dans des toiles d'araignée. Les lichens entremêlés sont visibles au fond de la coupe. Les dimensions extérieure du nid sont 10 à 12 cm, la profondeur mesure environ 5 centimètres.
Certaines races construisent une chambre de ponte et leur nid est de taille supérieure. Ce dernier est toujours bâti à une assez grande hauteur (15 à 20 mètres au-dessus du sol). Il est fortement arrimé à la fine branche d'un arbre qui pend négligemment au-dessus d'un cours d'eau.
La ponte contient de 3 à 4 œufs de couleur jaune pâle, saumon foncé ou teinte terracotta, avec des mouchetures rougeâtres, pourpres ou des marques secondaires de lavande, de lilas ou de gris-rose. La taille des œufs est de 24 mm sur 18. On ne possède aucune information sur la durée d'incubation et la longueur du séjour au nid.

Distribution

D. l. longicaudatus - niche au pied de l'Himalaya, de l'extrême est de l'Afghanistan jusqu'au Bhoutan ; non-nicheur aux plus basses altitudes, ainsi que dans la péninsule indienne jusqu'au Sri Lanka.
D. l. hopwoodi - niche dans l'Himalaya (Bhoutan), sud-ouest et sud de la Chine (dans l'est du Xizang, nord-centre du Myanmar; de l'est au nord du Vietnam ; migre au sud vers le Bengale, Sud-Assam, le Bangladesh, la Chine Méridionale (Hainan) le sud du Sud-Myanmar, nord-est de la Thaïlande Sud-Laos.
D. l. leucogenis - est et centre de la Chine ; migre au sud de la Chine, (Nord-Laos, Est-Thaïlande, Cambodge, Tenasserim et péninsule malaisienne.
D. l. salangensis - sud-est de la Chine, rives du Yangtze ; migre au sud à partir du Fukian jusqu'à la Malaisie.
D. l. innexus - Hainan.
D. l. mouhoti - centre, sud-est et est du Myanmar, nord-est de la Thaïlande et Centre-Indochine ; migrent au sud du Myanmar, Sud-Thaïlande et Cambodge.
D. l. bondi - ouest et est de la Thaïlande, Cambodge, Sud-Laos et Sud-Vietnam.
D. l. nigrescens - Sud-Myanmar (Tenasserim), Peninsula (Phuket et Pinang Island) jusqu'à Johor ; se disperse jusqu'à Singapour après la ponte.
D. l. batakensis - Nord-Sumatra (monts Aceh et Batak).
D. l. phaedrus - centre-sud de Sumatra.
D. l. leucophaeus - Simeulue, au large de la côte nord-ouest de Sumatra ; Java, Bali, Lombok et îles des Philippines (Busuanga, Culion, Palawan Balabac).
D. l. siberu - Siberut, au large de Sumatra.
D. l. periophthalmicus - îles Sipura et Pagai, voisines de Sumatra
D. l. stigmatops - Nord-Bornéo.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Drongos cendrés ne sont pas globalement menacés. La plupart des races sont assez communes, excepté la race nigriscens qui est vulnérable en raison de la dégradation de son habitat. Les oiseaux des Philippines et de l'archipel des Sula sont assez courants, mais les îles environnantes sont menacées par l'exploitation forestière. Stigmatops est confinée à Bornéo, dans les montagnes jusqu'à 3 700 mètres d'altitude. Les races qui vivent à Sumatra sont menacées par l'exploitation intensive des plantations, notamment par l'utilisation des pesticides.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Drongo cendréFiche créée le 29/10/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net