Engoulevent doré

Caprimulgus eximius - Golden Nightjar

Systématique
  • Ordre
    :

    Caprimulgiformes

  • Famille
    :

    Caprimulgidés

  • Genre
    :

    Caprimulgus

  • Espèce
    :

    eximius

Descripteur

Temminck, 1826

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 66 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cet oiseau est de taille réduite à moyenne, son plumage est relativement uniforme, avec une dominante jaunâtre ou dorée, ce qui lui permet de se fondre dans son milieu naturel et avec les sables du Sahel. Les 2 partenaires sont résolument semblables.
Au repos, sa tête apparaît comme massive. Ses parties supérieures et ses couvertures alaires ont une tête fauve ou chamois-fauve, avec des taches triangulaires gris-blanc qui sont abondamment bordées de brun sombre. Il n'y a pas de collier sur l'arrière du cou. Une épaisse tache claire est bien visible sur le bas de la gorge, formant une bavette.
Au niveau de la poitrine, les parties inférieures ressemblent au dessus. Sur le bas de la poitrine et au niveau du ventre, elles deviennent plus pâles et sans motifs ornementaux.
En vol, chez les 2 membres du couple, on aperçoit de larges bordures blanches sur l'extrémité des ailes au niveau des primaires externes. Il y a des taches très claires sur les paires de rectrices les plus externes. Dans les endroits pauvres en lumière ou sous des éclairages artificiels, ces engoulevents paraissent plus pâles et moins contrastés.
Les engoulevents dorés peuvent être confondus avec les engoulevents d'Égypte. Ces derniers peuvent être aperçus dans la même aire pendant une grande partie de l'année, de décembre à mars. L'engoulevent d'Égypte est bien plus grand, présente un plumage gris-sableux et des ailes plus longues et plus pointues. Les taches blanches des primaires et des rectrices externes sont considérablement plus discrètes.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Caprimulgus eximius simplicior (s Mauritania to n Cameroon)
  • Caprimulgus eximius eximius (w and c Sudan)

Noms étrangers

  • Golden Nightjar,
  • Chotacabras Dorado,
  • Noitibó-dourado,
  • Prachtnachtschwalbe,
  • pompás lappantyú,
  • Goudgele Nachtzwaluw,
  • Succiacapre dorato,
  • Guldnattskärra,
  • Gullnattravn,
  • lelek zlatý,
  • lelek zlatý,
  • Gylden Natravn,
  • kultakehrääjä,
  • enganyapastors daurat,
  • Dulfari,
  • lelek złocisty,
  • zlata podhujka,
  • Великолепный козодой,
  • キンイロヨタカ,
  • 金夜鹰,
  • 金夜鷹,

Voix chant et cris

Chez les engoulevents dorés, le mâle émet un "churr" prolongé qui est produit à partir du sol. Cette vocalisation peut durer plusieurs minutes. Elle est surtout entendue au crépuscule et à l'aube. Pas d'autres renseignements.

Habitat

Les engoulevents dorés préfèrent généralement les semi-déserts herbeux qui possèdent quelques broussailles. Ils apprécient aussi les terrains qui ont un substrat sablonneux, graveleux, caillouteux ou rocheux et dont le sol est tapissé de façon épisodique par des touffes d'herbes et quelques plantes râpeuses. D'une manière générale, ces lieux peuvent être qualifiés de parcelles à végétation pauvre.
Les engoulevents dorés fréquentent également les jachères et les anciennes cultures abandonnées. Dans le nord du Sénégal, on peut les apercevoir dans les endroits qui ont des arbres épars.
Ils évitent les zones boisées denses et les lieux pourvus de grands arbres.

Comportement traits de caractère

Les engoulevents dorés ont un activité crépusculaire et nocturne. Ils se reposent sur un sol plus ou moins nu, dont il est assez difficile de les déloger. Il faut dire qu'il prennent la précaution de se placer hors de la trajectoire ou du lieu de passage des animaux terrestres.
Si bien qu'ils ne sont pas obligés de prendre leur envol précipitamment de peur d'être piétinés.
Les engoulevents dorés se nourrissent à la tombée de la nuit, à proximité d'un point d'eau ou en stationnant sur la surface d'une mare.
Au Soudan, les engoulevents dorés partagent de façon irrégulière la compagnie des engoulevents d'Égypte.
Pas d'information sur les parades ni sur les mœurs reproductives.
Les engoulevents dorés sont réputés pour être généralement sédentaires. Cependant, les populations de la race simplisior qui vivent dans l'ouest de l'aire de distribution peuvent éventuellement se disperser après la nidification et entreprendre quelques déplacements de faible distance. Généralement, ils s'aventurent un peu plus loin et ils vagabondent à la limite de leur aire traditionnelle.

Alimentation mode et régime

Les engoulevents dorés consomment des sauterelles, des papillons de nuit, des mantes religieuses, des punaises et des invertébrés. Dans la vaste et super-famille des coléoptères, ils ingurgitent les élateridés (mille-pattes), les scarbabéides (scarabées), les cerambycidés (capricornes et longicornes). Les détails sur les autres items consommés ne sont pas valables.

Reproduction nidification

La saison de reproduction se déroule en avril et en mai au nord du Sénégal ainsi qu'au Mali. Elle a lieu en mars et en avril au Soudan.
Les engoulevents dorés ne construisent pas de nid, ils déposent leur ponte directement sur le sol nu. Néanmoins, ils choisissent un lieu propice pas trop éloigné de la végétation. Concrètement, il faut qu'il soit pourvu au minimum de quelques touffes d'herbes.
La ponte contient habituellement 2 œufs de forme ovale et de couleur blanc grisâtre ou chamois grisâtre. La coquille est très fortement mouchetée de gris ou de brun-jaune sur un fond mauve. A leur naissance, les oisillons sont recouverts d'un duvet roux-isabelle. Les œufs mesurent 28 millimètres sur 21. On ne possède pas d'informations supplémentaires.

Distribution

Les engoulevents dorés sont originaires du nord du continent africain où ils vivent exclusivement dans les habitats subdésertiques du Sahel. Leurs territoires s'étendent d'ouest en est du Sénégal et de l'extrême sud de la Mauritanie jusqu'à l'Éthiopie en passant par le Mali, le Niger, le Tchad et le nord du Soudan. La limite sud est constituée par la frontière du Nigeria avec le Mali. Ces oiseaux sont absents du Sahara. Il existe officiellement 2 races :

C. e. simplicior - Sud-Mauritanie et Nord-Sénégal, vers l'est jusqu'au centre du Tchad.
C. e. eximius - la race nominale, sud-centre du Soudan.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les engoulevents dorés sont localement ou moyennement communs sur l'ensemble de leur aire de distribution. Leur répartition est très inégale. Ils peuvent être assez rares au Sénégal et plutôt communs en Mauritanie, à faible distance de là. Ils sont assez répandus au Mali et pourtant assez limités dans certaines régions du Soudan proche. Dans certaines localités, ils sont introuvables.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 17/09/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net