Engoulevent oreillard

Lyncornis macrotis - Great Eared Nightjar

Systématique
  • Ordre
    :

    Caprimulgiformes

  • Famille
    :

    Caprimulgidés

  • Genre
    :

    Lyncornis

  • Espèce
    :

    macrotis

Descripteur

Vigors, 1831

Biométrie
  • Taille
    : 40 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Chez ce très grand engoulevent de couleur brune, les sexes sont identiques. Son principal trait de reconnaissance est constitué par les plumes érectiles de sa tête qui peuvent former des sortes "d'oreilles" en arrière du capuchon. Les parties supérieures sont brunes avec des mouchetures et des taches chamois, cannelle et blanc grisâtre. Le capuchon est largement tacheté de brun noirâtre. Un large collier chamois-fauve ou chamois cerne l'arrière du cou. Les couvertures alaires affichent une couleur brune avec des motifs et des taches fauve, chamois ou cannelle. Les scapulaires brunes sont tachées de brun noirâtre. Une large tache blanche, parfois teintée de chamois, orne les deux côtés du bas de la gorge. Les parties inférieures sont chamoisées, avec de vagues barres brunes. En vol, les marques blanches sur les ailes et sur les rectrices sont absentes.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Lyncornis macrotis macrotis (n and e Philippines)
  • Lyncornis macrotis cerviniceps (Bangladesh and ne India to s China, Indochina and n Malay Pen.)
  • Lyncornis macrotis bourdilloni (sw India)
  • Lyncornis macrotis jacobsoni (Simeulue I.. off nw Sumatra.)
  • Lyncornis macrotis macropterus (Sulawesi, Talaud, Sangihe, Banggai and Sula Is.)

Noms étrangers

  • Great Eared Nightjar,
  • Chotacabras Orejudo,
  • Riesennachtschwalbe,
  • óriás-füleslappantyú,
  • Grote Nachtzwaluw,
  • Succiacapre orecchiuto maggiore,
  • Större öronnattskärra,
  • Hornnattravn,
  • nočnár veľký,
  • lelek ušatý,
  • Stor Hornnatravn,
  • isokorvakehrääjä,
  • enganyapastors orellut,
  • rogatnik duży,
  • Большой южноазиатский козодой,
  • Taktarau besar,
  • オオミミヨタカ,
  • 毛腿夜鹰,
  • นกตบยุงยักษ์,
  • 毛腿夜鷹,

Voix chant et cris

Le chant est une note triple "put-wee-oo" ou "put-pee-ouw" avec une légère pause après la première note. La seconde et la troisième note sont sifflées. La troisième est descendante et diminue progressivement jusqu'à s'éteindre. Les engoulevents oreillards chantent en vol ou à partir d'un perchoir situé sur une souche d'arbre. Lorsqu'ils chantent à partir d'un perchoir, ils secouent la tête en avant à chaque appel. On les entend principalement au crépuscule et à l'aube et parfois pendant les nuit de pleine lune. En Thaïlande, la race cerviniceps chante de façon un peu différente, avec une chute brutale de hauteur au milieu du sifflement. Le chant peut être retranscrit de la façon suivante : "put-weoow-ooo" ou "put-peeow-eeooo".

Habitat

Ce sont des oiseaux forestiers. On les trouve dans les forêts secondaires, à la lisière de zones boisées, dans des forêts inviolées situées à proximité de cours d'eau, dans des broussailles et des bois en cours de régénération, dans des clairières et des prairies pourvues en arbres. Mais il leur arrive de fréquenter également des paysages plus ouverts. Les engoulevents oreillards vivent à des altitudes qui varient de 0 à 1000 mètres. A Sulawesi, on les trouve jusqu'à 1750 m.

Comportement traits de caractère

Comme la plupart des autres espèces de caprimulgidés, les engoulevents oreillards sont nocturnes et crépusculaires. Ils se reposent sur le sol ou dans des souches qui sont tombées à terre. Les lieux de repos sont situés généralement dans des sous-bois broussailleux. Dans la région de Tenasserim en Birmanie, il semble qu'ils se reposent dans des grottes. Au crépuscule, les engoulevents oreillards entreprennent des vols circulaires et paisibles bien au-dessus de la cime des arbres, puis, la nuit tombée, ils descendent planer à basse altitude au dessus des clairières, en maintenant leurs ailes raides à la manière des busards. Parfois, ils se perchent en petites bandes pouvant compter de 6 à 10 individus. Les engoulevents oreillards recherchent leur nourriture au-dessus des clairières, mais également dans les prairies voisines et à proximité des habitations. Au cours de la nuit, ils peuvent se poser à une assez grande hauteur dans les arbres et s'y reposer.

Alimentation mode et régime

Les engoulevents oreillards adoptent un régime presque exclusivement insectivore. Il consomment des papillons de nuit, des coléoptères, des punaises, des cigales ainsi que des termites. On n'en sait pas plus.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule de janvier à mai dans le sud du sous-continent indien, avec un pic dans l'activité de février à mars. Elle à lieu de janvier à mai dans la péninsule malaise. On ne possède pas de renseignements pour les autres régions. Les engoulevents oreillards ne construisent pas de nid, ils déposent directement leur ponte sur la litière de feuilles ou sur le sol nu. Elle est généralement dissimulée sous un buisson épais ou dans un massif de bambous. Les sites de nidification sont placés dans des zones légèrement boisées ou dans des jungles de bambous. La ponte ne comporte habituellement qu'un seul œuf, de couleur blanche ou rose-saumon foncé, avec des marbrures et des taches gris pâle ou rougeâtres situées sur la partie pointue de la coquille. Les lieux de ponte sont conservés années après années. On ne possède pas de renseignement sur la durée d'incubation et l'élevage des jeunes oisillons.

Distribution

Cette espèce est endémique du sud-est du continent asiatique, ainsi que de Sulawesi et des Philippines. 5 races sont officiellement reconnues dont voici la répartition : la race nominale E.m. macrotis est restreinte aux Philippines. On la trouve dans les îles de Luzon, Mindoro, Catanduanes, Marinduque, Samar, Leyte, Bohol, Dinagat, Siargao, Biliran, Mindanao, Basilan et Negros. Elle est absente de Panay. La race E.m. cerviniceps (notre illustration) est présente dans le nord-est de l'Inde, le nord-est et le centre du Bangladesh, le sud de la Chine (Yunnan), la Birmanie, le laos, la Thaïlande, le sud Vietnam, le Cambodge et le nord de la Malaisie. La race E.m. bourdilloni réside dans le sud-ouest de l'Inde, dans la province du Kerala. La race E.m. jacobsoni n'est connue que dans l'île Simeulue, au large de Sumatra. Enfin, la race E.m. macropterus est endémique du nord et du centre de Sulawesi ainsi que de quelques petites îles qui l'entourent.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 14/06/2008 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net