Éperonnier de Rothschild

Polyplectron inopinatum - Mountain Peacock-Pheasant

Systématique
  • Ordre
    :

    Galliformes

  • Famille
    :

    Phasianidés

  • Genre
    :

    Polyplectron

  • Espèce
    :

    inopinatum

Descripteur

Rothschild, 1903

Biométrie
  • Taille
    : 65 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Dans la péninsule malaise, l'éperonnier de Rothschild occupe des habitats de montagne, laissant les habitats de plaine à l'éperonnier malais. Il se distingue aisément de ce dernier par sa tête et son dessus plus foncés, ses parties inférieures brun-roux et sa queue plus longue et plus étroite. Sa tête plutôt petite ne possède pas de crête mais une collerette discrète. Les couvertures sus-caudales sont longues, masquant la premier quart de la queue. La queue, très allongée, échelonnée et pointue, est formée d'une vingtaine de rectrices décorées par des ocelles métalliques. Le bec est gris. Les pattes grises et fines portent deux éperons chez le mâle alors que la femelle n'en possède pas. Les sexes sont pratiquement semblables.
Chez le mâle adulte, la tête et le cou sont gris foncé, finement pointillés et tachés de blanc, de façon plus intense sur la gorge. Les parties inférieures à partir de la poitrine sont noirâtres vermiculées de gris clair. Le dessous de la queue est brunâtre. Le dos est châtain-brun avec d'étroites vermiculures noires et de petits ocelles bleus dont la base tachée de blanc cache la base des plumes grises. Les primaires sont uniformément brun terne. Les couvertures sus-caudales sont châtain-brun mais avec des barres noires plus marquées. Les plumes les plus extérieures sont recouvertes de larges ocelles bleus sur les deux filets. La queue est tachée de noir et de chamois, avec des ocelles subterminaux vert sur chaque filet de plume, excepté sur la paire de rectrices centrales. Le mâle de 1ère année est plus petit et plus terne que l'adulte.
La femelle adulte est de taille inférieure, elle possède une queue relativement plus petite, moins échelonnée et constituée uniquement de 18 rectrices. Elle ressemble assez à son partenaire, cependant les ocelles des parties supérieures sont remplacés par des marques noires alors qu'ils sont virtuellement absents sur la queue. Les juvéniles sont semblables aux femelles.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Mountain Peacock-Pheasant,
  • Espolonero de Rothschild,
  • Faisão-pavão-montês,
  • Rothschildpfaufasan,
  • hegyi pávafácán,
  • Rotschilds Pauwfazant,
  • Speroniere montano,
  • Bergspåfågelfasan,
  • Perlefasan,
  • okáč horský,
  • bažant horský,
  • Bjergpåfuglefasan,
  • vuoritäpläfasaani,
  • faisà d'esperons de Rostchild,
  • wieloszpon rdzawogrzbiety,
  • Бронзовый павлиний фазан,
  • アカコクジャク,
  • 山孔雀雉,
  • นกแว่นภูเขา,
  • 山孔雀雉,

Voix chant et cris

Les mâles émettent 1 à 4 gloussements ou braillements rauques espacés chacun de 5 à 6 secondes. Quand ils sont alarmés, ils poussent des cris qui ne sont guère éloignés des gloussements d'un poulet domestique. On peut également entendre un sifflement tranquille constitué de sons inarticulés et descendants. L'éperonnier de Rothschild est considéré comme ayant une communication vocale moins développée que la plupart de ses congénères.

Habitat

Les éperonniers de Rothschid fréquentent les forêts primaires de montagne constituées principalement de diptérocarpes, à des altitudes qui varient entre 820 et 1800 mètres au-dessus du niveau de la mer. Certains indices recueillis comme des plumes suggèrent qu'il peut descendre parfois jusqu'à 600 m. Parfois les sous-bois rocailleux sont situés sur un sol particulièrement escarpé au milieu de massifs de bambous et de grands arbres. Leur aire réduite s'étend principalement aux montagnes du centre de la péninsule malaise. Récemment , il a également été trouvé dans l'extrême sud de la Thaïlande, dans les province de Yaha et de Narathiwat.

Comportement traits de caractère

Dans leur comportement, ils développent des attitudes qui ne sont pas très éloignées de celles de l'éperonnier malais. Ainsi, de profondes cavités creusées dans le sol révèlent des activités de grattage. Les éperonniers de Rothschild vivent en groupe de 4 ou 5 individus constitué au moins d'un mâle, une femelle et de deux immatures. Ils sont très prudents et enclins à se réfugier dans les sous-bois au moindre danger. Ils apprécient plus particulièrement les petites gorges envahies par les buissons, mais on on peut également les trouver sur les pistes sommaires et aux abords des crêtes.
L'éperonnier de Rothschild effectue une parade nuptiale dont la série de postures rappelle à bien des égards celle de l'éperonnier à queue bronzée. Elle est constituée principalement de déplacements rapides autour de la femelle. Cette parade est accompagnée de hochements de tête, de battements d'ailes, de toilettage, d'une offrande de nourriture à la femelle. Pendant toute la durée de la parade, de faibles gazouillements aigus sont émis.

Alimentation mode et régime

Les éperonniers de Rothschild ont une régime mixte : ils se nourrissent de larves, de coléoptères, de fourmis, de termites, d'araignées et d'autres invertébrés. Cependant, les matières végétales ne sont pas négligées en particulier les baies de plantes aquatiques du genre calamus. Certains oiseaux ont également été observés picorant des bourgeons de fleurs.

Reproduction nidification

Cette espèce est considérée comme monogame en raison de son faible dimorphisme sexuel, mais cette affirmation n'est pas catégorique et demande à être confirmée. Deux nids ont été découverts en milieu naturel : le premier situé entre deux arbres tombés dans un milieu où affleurent les rochers ; le second, un simple grattage au sol non pourvu de garniture au pied d'un rhododendron dans une forêt dense. La saison de reproduction commence en février, parfois plus tôt, et dépend sans doute de l'évolution du climat. La ponte est constituée de 2 oeufs chamois-blanc, très allongés. En captivité, l'incubation dure de 19 à 21 jours. La femelle couve seule et prend en charge l'éducation des jeunes. Elle fait preuve d'un comportement agressif vis-à-vis du mâle, s'il essaie de s'approcher des poussins. De ce fait, il est établi que le mâle ne joue aucun rôle parental. Pendant la première semaine, les petits restent dans l'ombre de leur mère. Prenant de l'assurance, ils volettent au bout de 4 jours, progressent dans les apprentissages si bien qu'ils se perchent aisément à une hauteur de 2 mètres au côté de la poule quand ils ont atteint l'age de 16 jours. A partir de 4 mois environ, les sexes deviennent identifiables, les jeunes mâles présentant une stature plus imposante et arborant une queue plus longue.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La population totale est estimée entre 2500 et 10 00O individus , si bien que la plupart des observateurs considère que l'espèce n'est pas pas globalement menacée.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 05/03/2007 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net