Épervier d'Europe

Accipiter nisus - Eurasian Sparrowhawk

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Accipiter nisus

((Linnaeus, 1758))


Ordre : Accipitriformes

Famille : Accipitridés  ;

Genre : Accipiter

Espèce : nisus

Sous-espèces : 7 [+] [-]
Accipiter nisus nisus(widespread)
Accipiter nisus nisosimilis(nw Siberia to n China and Japan)
Accipiter nisus dementjevi(Pamir-Alai to Tien Shan Mts. c Asia.)
Accipiter nisus melaschistos(e Afghanistan to sw China)
Accipiter nisus wolterstorffi(Corsica and Sardinia)
Accipiter nisus punicus(nw Africa)
Accipiter nisus granti(Madeira and Canary Is.)

Biométrie :

Taille : 38 cm
Envergure : 60 à 75 cm.
Poids : 185 à 350 g

Longévité : 16 ans

Chant :

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Distribution :
Distribution

Synonymes : krahujec obecný (cs), Spurvehøg (da), Sperber (de), Eurasian Sparrowhawk (en), Gavilán Común (es), varpushaukka (fi), Karvaly (hu), Sparviere eurasiatico (it), ハイタカ (ja), Spurvehauk (nb), Sperwer (nl), krogulec (zwyczajny) (pl), Gavião (pt), Перепелятник (ru), jastrab krahulec (sk), Sparvhök (sv), 雀鹰 (zh)

Identification :
Épervier d'Europe Les mâles ont approximativement la taille d'un Faucon crécerelle mais la femelle est plus grande. Comparé à celui d'un Autour des palombes, le corps est moins puissant, surtout au niveau du croupion et de la poitrine. La tête est plus ronde, la queue plus fine. Les ailes sont relativement plus larges avec des extrémités plus arrondies, lui procurant une silhouette très caractéristique.
Chez le mâle, à l'exception d'une petite zone blanchâtre sur la nuque et au-dessus des yeux, les parties supérieures, y compris les couvertures, sont entièrement gris ardoisé. La gorge blanchâtre est recouverte de fines stries longitudinales brunes. Le dessous blanc est rayé transversalement de brun roussâtre. En vol, la longue queue est très nettement barrée Épervier d'Europe de gris et de brun foncé. La femelle est nettement plus grande que son partenaire, son dessus est plus brun. Les barres du dessous sont plus brunes que brun-roux. Le dessin de la tête est plus marqué, notamment le sourcil est plus blanc. Les barres sombres du dessous des rémiges sont plus visibles. Les juvéniles ressemblent à la femelle adulte mais ils sont encore plus bruns dessus avec des plumes aux pointes rousses. Les parties inférieures sont marquées de motifs ou de croissants brun foncé ou brun chaud. Elles sont moins régulièrement barrées. Le devant du cou porte des stries sombres.
Chez le mâle, les iris varient du jaune-orange au rouge-orange. Chez les femelles, ils sont jaune éclatant, chez les jeunes, jaune pâle. La cire est jaune verdâtre. Les longues pattes sont jaunes ou jaune-orange.

Chant : Les éperviers d'Europe sont très discrets voire silencieux en hiver. Leurs cris sont souvent entendus à proximité du nid pendant la période de reproduction. A cette époque de l'année, ils émettent des séries de "kiou kiou kiou" dont la vitesse dépend principalement de leur finalité. Le rythme des cris est en effet très différent selon qu'ils sont utilisés pendant les vols Épervier d'Europe de parades, comme cri d'alarme ou pour annoncer le retour au nid avec une proie. Le cri de quémandage de la femelle est un "hui-ou" plaintif.

Habitat : Pendant la nidification, les éperviers d'Europe préfèrent les contrées où les espaces ouverts alternent avec les boisements de conifères et de feuillus. Ils installent généralement leur nid dans des parcelles de vieux arbres qui ont entre 20 et 50 ans. Ces habitats sont susceptibles de leur procurer d'excellentes cachettes et des espaces appropriés à leur mode de chasse. Les bocages où les talus boisés succèdent aux espaces ouverts sont également considérés comme de très bonnes sortes d'habitats. Les parties intérieures des grandes forêts denses sont généralement évitées. Par contre, les lambeaux résiduels de forêt dont la superficie est inférieure à 10 hectares semblent très appréciés. Pendant la période hivernale, les habitats boisés continuent à être prédominants, cependant les éperviers se rapprochent des centres urbains et de la périphérie des villes, ce qui est un phénomène relativement nouveau.

Distribution : Comme leur nom l'indique bien, les éperviers d'Europe sont présents sur tout le vieux continent, de la péninsule ibérique jusqu'aux pays scandinaves et à la Russie. Leur aire de distribution se poursuit en Asie jusqu'à l'océan Pacifique en formant une large ceinture, avec une enclave séparée au niveau de l'Himalaya. Sur ce vaste territoire, on reconnaît officiellement 6 races différentes Épervier d'Europe : A.n. nisus, la race nominale (Europe Occidentale, Centrale et du Nord) - A.n. nisosimilis (Europe Orientale, Sibérie) - A.n. melanoschistos (Himalaya, sous-continent indien) - A.n. wolterstorffi (Corse et Sardaigne) - A.n. granti (Canaries et Madère) - A.n. punicus (Afrique du Nord, du Maroc jusqu'à la Tunisie).

Dans la partie nord de leur aire de distribution, ces oiseaux sont migrateurs. La totalité des populations des pays scandinaves migrent vers le sud à partir de la mi-août. Sur les 17000 individus qui traversent la Baltique, seul un nombre assez réduit passe les détroits de la Méditerranée pour se rendre en Afrique. La plupart des oiseaux s'installent dans le sud de l'Europe où ils se joignent aux populations qui y résident pendant toute l'année. Environ 1000 oiseaux transitent par Gibraltar et 500 par le détroit su Bosphore, poussant parfois jusqu'au sud de l'équateur. Une analyse des oiseaux bagués montre que chez les migrants les juvéniles sont plus nombreux que les vieux oiseaux. Les femelles qui ont une constitution corporelle plus puissante sont plus aptes à supporter les conditions climatiques plus rigoureuses que les mâles, elles migrent donc plus tard. Le voyage de migration est très long, comportant plusieurs centaines de kilomètres. Les spécimens étudiés en Espagne Épervier d'Europe viennent souvent de Suède, de Finlande et de Tchécoslovaquie.

Comportements : Lorsqu'ils chassent, les éperviers d'Europe veulent bénéficier de l'effet de surprise. Pour cela, ils volent bas, à très faible hauteur au-dessus du sol, profitant souvent de l'abri des haies, des buissons ou des bâtiments pour se dissimuler et pour mener une attaque foudroyante et soudaine vis à vis des bandes de petits passereaux qui se restaurent dans les espaces ouverts. Lorsque les victimes potentielles sont cachées dans les feuillages, les éperviers tentent de les débusquer Épervier d'Europe en frappant sur les branches mais cette stratégie est souvent improductive et dans ce cas, moins de 5% des tentatives sont couronnées de succès. Néanmoins, les éperviers sont des chasseurs très obstinés, ils poursuivent leurs proies, très longtemps, parfois en altitude. Quand ils ont raté leur coup, ils les suivent même dans les haies et dans les bois, finissant si nécessaire leur course, à pied dans les taillis. Ils savent faire preuve d'opportunisme et de patience, guettant les mangeoires dans les jardins afin d'y surprendre les mésanges bleues qui viennent se restaurer.

Au printemps, ils arrive parfois que le couple se livre à des vols ondulés si rapides que, à la base de chaque plongée, l'épervier semble rebondir sur une surface invisible. Il entreprend également des piqués à grande vitesse, la tête en avant et les ailes complètement fermées. Ces parades Épervier d'Europe sont souvent accompagnées d'un caquetage aigu.

Vol : Alternance entre vol rapide et longs glissés, les ailes à demi- repliées.

Nidification : Les éperviers d'Europe atteignent généralement la maturité sexuelle entre l'âge d'un et deux ans. La plupart du temps, les liens conjugaux n'excèdent pas la durée d'une saison de nidification. Toutefois, dans les régions où les rapaces sont sédentaires ou ne s'éloignent guère de leurs lieux de reproduction, les liens peuvent perdurer et s'étendre pendant plusieurs années consécutives. De rares cas de polygamie et de polyandrie ont parfois pu être observés. Au début de la saison, certains couples, mais apparemment pas tous, effectuent des vols rituels au-dessus du nid. Au Danemark où l'espèce est assez répandue, ces oiseaux nichent dans les forêts d'épicéas. Le nid, qui est renouvelé chaque année, est construit à la transition entre les branches mortes et les branches en bonne santé, à une hauteur qui varie de 5 à 8 mètres. Dans nos contrées d'Europe Occidentale, un simple conifère fait bien souvent l'affaire. Les deux partenaires unissent leurs efforts pour bâtir la structure, cependant la femelle accomplit le plus gros de la tâche. Cette dernière est presque entièrement confectionnée avec des branchettes et des ramilles mortes lâchement assemblées. Épervier d'Europe La coupe, peu profonde, est garnie avec des épines et de l'écorce de résineux auxquelles sont adjointes quelques plumes provenant de la mue. La ponte comprend habituellement de 4 à 6 œufs. Ces derniers sont déposés dès le début du mois de mai ou au mois de juin, avec un intervalle de 2 jours entre chaque œuf. Chaque œuf est couvé en moyenne pendant 33 à 35 jours, mais compte-tenu de la ponte échelonnée, l'incubation peut durer jusqu'à 42 jours au total. Les oisillons restent au nid pendant 24 à 30 jours mais, après l'envol, ils sont encore dépendants de leurs parents pendant 3 à 4 semaines.

Régime : Des recherches intensives Épervier d'Europe effectuées au Danemark sur plus de 60 000 proies ont permis de donner une composition assez précise du menu de ce rapace. Pendant la saison de nidification, près de 98% du régime est constitué de petits oiseaux. Dans le détail, le repas est composé de la façon suivante : 13% de grives et de turdidés, 11% de moineaux domestiques, 8% de fauvettes et d'espèces de la famille des sylviidés, 9% de mésanges, 7% de pinsons des arbres et d'alouettes, 6% d'hirondelles, 5% de moineaux friquets, 4% d'étourneaux et 3% de pipits. En tout, plus de 150 espèces ont été identifiées. Les colombidés, les gallinacés et les petits faisans représentent une quantité assez négligeable, se situant en dessous de 1%.

Pendant Épervier d'Europe la période hivernale, la capture de proies reste sensiblement la même. La répartition est quelque peu différente à cause de la migration de certaines espèces qui volent ver le sud. Les moineaux domestiques effectuent alors une pointe jusqu'à 20%. Les petits mammifères comme les souris et les musaraignes constituent pendant cette période une nourriture d'appoint. Dans les années de prolifération des rongeurs, ces derniers peuvent représenter jusqu'à 15% du total de la diète, surtout dans les contrées nordiques. Les éperviers, exclusivement les femelles, ne craignent pas de s'attaquer aux faisans, mais au fur et à mesure qu'ils grandissent, ces derniers deviennent des proies trop volumineuses pour être attrapées.

En raison de leur taille plus impressionnante, les femelles chassent des proies plus importantes en poids comme les grives et les pigeons ramiers. Cette différence permet aux couples d'occuper des territoires plus restreints, sans qu'il n'y ait de compétition entre les partenaires pour la nourriture.

Protection / Menaces : Dans les années 50 et 60, avec l"émergence de nouveaux produits comme le DDT pour la protection des cultures contre les Épervier d'Europe insectes, l'épervier d'Europe a connu un période très difficile. L'échec des couvées du à l'amincissement de la coquille des œufs est monté dans certaines régions à plus de 30%. La cessation de ces produits et la mise en place de moyens plus modernes et plus écologiques ont permis aux éperviers de recoloniser une partie des territoires perdus. On ne peut pas pour autant faire preuve d'optimisme. Dans de nombreuses régions, les proies ne sont pas suffisantes pour permettre un véritable accroissement. Dans certains pays comme les pays scandinaves, la Grèce, la République Tchèque ou la Slovaquie, il n'est pas vraiment interdit de tirer sur ce rapace. D'après Gensbol, la population européenne peut être estimée entre 90 000 et 125 000 couples nicheurs, ce qui fait que l'espèce est classée comme de "préoccupation mineure". La population de Madère et des Canaries est réduite respectivement à 100 et à 200 couples en raison de la dégradation importante de leur habitat.

Sources :

 

Autres liens :
D'après Buffon : L'épervier
Iucn
Birdlife
Xeno_Canto
Avibase
Hbw Alive


Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe


Fiche créée le 22/01/2011 par Daniel LE-DANTEC


Partager cette page sur facebook Flus rss Twitter oiseaux.net
A propos | Nous aider | Mentions légales | Sources | Contacts | Version imprimable
Mis à jour le 29/09/2016 04:25:34 - © 1996-2016 Oiseaux.net

Le guide Ornitho : Le guide le plus complet des oiseaux d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient : 900 espèces

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe

Épervier d'Europe