Épervier de Frances

Accipiter francesiae - Frances's Sparrowhawk

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Accipiter

  • Espèce
    :

    francesiae

Descripteur

Smith, A, 1834

Biométrie
  • Taille
    : 35 cm
  • Envergure
    : 40 à 54 cm.
  • Poids
    : 102 à 185 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce petit rapace possède un bec relativement grand, de courtes ailes pointues, une longue queue, des pattes assez allongées mais des pieds courts. Les sexes sont différents. La femelle est en moyenne 13% plus grande. Les juvéniles ont un plumage assez proche de celui de la femelle.

Chez le mâle adulte de la race nominale, le dessus est gris sombre mais la tête est légèrement plus pâle. La queue porte un bande subterminale noire. Les parties inférieures sont blanches avec un nombre variable de fines barres rousses ou gris-brun sur la poitrine et le haut des flancs. La femelle présente un dessus brun qui contraste avec le gris du capuchon et des côtés de la tête. La queue est barrée. Les parties inférieures sont blanches barrées de brun-rouge. Les juvéniles ne sont pas très différents de leur mère. Ils s'en distinguent cependant par des parties supérieures plus brun-roux striées de blanc sur le sourcil et sur la nuque ainsi que par des barres plus larges et plus brunes sur le dessous. Les iris, la cire et les pattes sont tous plus ou moins jaunâtres, mais le mâle possède des iris légèrement plus orange. Les jeunes ont une cire et des pattes plus pâles et plus verdâtres.
Les différentes sous-espèces sont différenciables par leur plus petite taille et leur absence de dimorphisme. La race griveaudi est plus petite que la race nominale, les 2 sexes ont un plumage qui ressemble au mâle de la race nominale mais la poitrine est lavée et vermiculée de rose-saumon. 4 bandes sont visibles sur la queue. La race pusillus est également plus petite. Les parties inférieures sont blanches avec une nuance grise confinée sur les côtés de la poitrine et le haut des flancs. Les barres du dessous sont à peine visibles. Chez la race brutus, les 2 sexes ont un plumage qui s'apparente à celui de la femelle nominale. Le dessus est brun chaud, les joues pâles et la tête plus grise. Le dessous est blanc avec des barres rousses très prononcées sur la poitrine.
Les mâles ne peuvent être confondus avec aucun autre accipitridé endémique de Madagascar. Les femelles et les jeunes ressemblent plus ou moins aux éperviers de Madagascar (Accipiter madagascariensis) bien que ces derniers aient des ailes plus arrondies, une queue plus courte et plus carrée et des stries noires plus fines sur le dessous.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Accipiter francesiae francesiae (Madagascar)
  • Accipiter francesiae griveaudi (Grande Comoro I.. Comoro Is..)
  • Accipiter francesiae pusillus (Anjouan. Comoro Is..)
  • Accipiter francesiae brutus (Mayotte. Comoro Is..)

Noms étrangers

  • Frances's Sparrowhawk,
  • Gavilán de Frances,
  • Gavião-lagarto,
  • Echsenhabicht,
  • Frances-héja,
  • Madagaskarshikra,
  • Astore di Frances,
  • Frances hök,
  • Billehauk,
  • jastrab bledoprsý,
  • krahujec Francesin,
  • Rødbåndet Spurvehøg,
  • madagaskarinvarpushaukka,
  • esparver de Frances,
  • krogulec malgaski,
  • Мадагаскарский ястреб,
  • シロハラハイタカ,
  • 马岛鹰,
  • 馬達加斯加鷹,

Voix chant et cris

Les éperviers de Frances émettent des "kee kee kee" perçants. Ils lancent également des "quit quit quit quit" stridents qui ressemblent vaguement aux cris des autours tachiro (Accipiter tachiro). On ignore précisément quelle est la fonction de tous ces cris.

Habitat

A l'origine, les éperviers de Frances fréquentaient presque exclusivement les forêts primaires et les savanes arborées, mais depuis une période assez récente, ils se sont adaptés aux forêts dégradées et aux parcelles en cours de régénération. On les trouve également sur les terres cultivées pourvues de quelques arbres, dans les parcs, les jardins de grande taille et les plantations de palmiers cocotiers, de café, de sisals, de manguiers ou d'autres arbres fruitiers. Aux Comores, ils fréquentent aussi les mangroves. Les éperviers de Frances peuvent être observés à des altitudes qui varient du niveau de la mer jusqu'à 2000 mètres.

Comportement traits de caractère

Les éperviers de Frances sont des oiseaux étonnamment familiers et approchables, ce qui permet de bien les observer. Ils se perchent généralement dans des milieux ouverts, sur un branche morte ou sur un poteau. Ces oiseaux vivent généralement en couples, même en dehors de la saison de nidification. Ils adorent planer au dessus des arbres mais on ne possède pas de description détaillée de leurs parades aériennes. Les éperviers de Frances sont probablement sédentaires. Aux Comores, il n'y a apparemment pas de mouvement entre les îles. Toutefois, après l'envol, les jeunes sont sujets à des mouvements de dispersion.

Alimentation mode et régime

Les éperviers se nourrissent principalement de reptiles, en particulier de caméléons. Les insectes de grande taille tels que les locustes et les coléoptères représentent également une part assez imporante dans le régime. Les amphibiens, les petits oiseaux et les petits mammifères comme les rongeurs constituent un complément non négligeable. Contrairement à de nombreux rapaces du genre Accipiter, ces éperviers chassent presque exclusivement à l'affût, jaillissant de leurs perchoirs pour capturer leurs proies à terre ou dans les feuillages. Dans cet exercice le mâle et la femelle collaborent parfois.

Reproduction nidification

Les éperviers de Frances se reproduisent de septembre à février. Ils construisent une assez large structure avec des morceaux de bois, ils la garnissent avec des feuilles. Un nid qu'on a pu observer dans une plantation de manguiers mesurait 35 centimètres de diamètre, l'intérieur de sa coupe était tapissé avec des brins de giroflier. Le nid est habituellement placé entre 4 mètres 50 et 15 mètres au-dessus du sol dans une forêt ou une plantation, il est parfois logé dans une touffe d'épiphytes. La ponte comprend en principe de 3 à 5 œufs. La durée d'incubation et de séjour des jeunes au nid sont pour l'instant inconnus.

Distribution

Les éperviers de Frances sont endémiques de Madagascar et des Comores. Sur la première citée, ils sont communs dans toute l'île bien que plus rares dans le sud. Aux Comores, leur présence est incertaine sur Mohéli et ils ont pratiquement disparu sur Anjouan. Cette espèce est officiellement divisée en 4 races : A.f. francesii, la race nominale (ensemble de Madagascar) - A.f. griveaudi (Grande Comore) - A.f. pusillus (Anjouan) - A.f. brutus (Mayotte).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

C'est le plus commun de 3 rapaces du genre Accipiter qui vivent à Madagascar. Il est toutefois assez rare dans les régions sèches du sud. Aux Comores, son statut est assez différent en fonction des îles. Il est assez rare à Grande Comore, sur le bord de l'extinction à Anjouan. Par contre, il est plutôt commun à Mayotte, surtout dans l'ouest et à de basses altitudes. La superficie totale de son aire de répartition approche les 600 000 kilomètres carrés et on estime qu'elle peut supporter la présence d'au moins 40 000 couples. Dans de telles conditions, les effectifs globaux doivent atteindre plus de 100 000 individus, y compris jeunes et immatures. Sa grande adaptabilité aux plantations et aux jardins est un gage de réussite pour l'avenir. L'épervier de Frances est considéré par l'ensemble des organismes comme "de préoccupation mineure".

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 15/05/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net