Épervier de l'Ovampo

Accipiter ovampensis - Ovambo Sparrowhawk

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Accipiter

  • Espèce
    :

    ovampensis

Descripteur

Gurney, 1875

Biométrie
  • Taille
    : 40 cm
  • Envergure
    : 60 à 75 cm.
  • Poids
    : 105 à 305 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce petit rapace a la sihouette et les proportions caractéristiques des oiseaux du genre Accipiter. Il presente un bec court et une cire rosâtre qui domine de façon curieuse une tête fine et pointue. Les pattes sont très fines avec de longs pieds. Les extrémités des ailes parviennent à mi-hauteur de la queue qui est relativement brève. Les sexes sont identiques mais la femelle est 12% plus grande et jusqu'à 85% plus lourde.
Les éperviers de l'Ovampo sont observables sous deux formes différentes : les mâles en phase pâle ont un dessus entièrement bleu-gris. La queue présente une alternance de plusieurs bandes noires et grises. Le croupion est orné de petites taches blanches qui ne sont vraiment visibles qu'en plumage usé. La paire centrale de rectrices est maculée de nettes stries claires. La gorge et les parties inférieures sont entièrement rayées de gris et de blanc excepté le bas-ventre qui est uniformément blanc. Les femelles en phase pâle ont un dessus plus nuancé de brun et des parties inférieures plus fortement barrées. Les adultes en phase sombre sont entièrement brun noirâtre sauf la queue qui est identique en tous points à celle de la phase pâle. Dans les 2 phases, les iris sont rouge foncé ou rouge-brun. La cire et les pattes sont jaune-orange.
Les juvéniles ont un dessus brun avec des liserés roux. Un sourcil clair est visible au dessus de l'œil. La queue est recouverte de bandes mais les stries blanches des rectrices centrales sont moins proéminentes. Les parties inférieures sont couleur crème et les rayures sombres sont confinées sur les flancs. Les iris sont bruns, les pattes jaunes.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Ovambo Sparrowhawk,
  • Gavilán del Ovampo,
  • Gavião do Ovambo,
  • Ovambosperber,
  • ovampo karvaly,
  • Ovambo-sperwer,
  • Sparviere dell'Ovampo,
  • Ovambohök,
  • Ovambohauk,
  • jastrab ovambský,
  • krahujec ovampský,
  • Ovampospurvehøg,
  • savannilintuhaukka,
  • Ovambosperwer,
  • esparver de l'Ovampo,
  • krogulec szary,
  • Краснобокий перепелятник,
  • サバンナハイタカ,
  • 南非雀鹰,
  • 南非雀鷹,

Voix chant et cris

En dehors de la saison de nidification, ces éperviers sont généralement silencieux, mais lorsque commence la période nuptiale, ils deviennent très vocaux à proximité du nid. Le cri de contact qui sert aussi de cri territorial est un "keep keepkeep keep" rude qui est répété à de multiples reprises. Les éperviers de l'Ovampo produisent également des "ki ki ki ki" stridents pour éconduire les intrus et un "krr krr krr...." en cas de menace. Les femelles délivrent des "kwee-kwee-kwee" de sollicitation lorsque le mâle apporte de la nourriture.

Habitat

Les éperviers de l'Ovampo fréquentent les zones boisées assez arides (acacias, mopane, brachystegia). On les trouve également dans les savanes arbustives, et dans les zones de buissons épineux. En Afrique du Sud, ils s'installent volontiers dans des plantations de différentes sortes : eucalyptus, peupliers, pins et sisals mais toujours à proximité de zones ouvertes. Les éperviers de l'Ovampo vivent du niveau de la mer jusqu'à 1800 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Les éperviers de l'Ovampo vivent en solitaire ou en couples. Pendant la période nuptiale, le mâle et la femelle planent ou effectuent des vols circulaires tout en émettant des cris. Le mâle accomplit également des vols ondulatoires. En Afrique du Sud, ces oiseaux partagent parfois une partie de leur habitat, en particulier les plantations de bois exotique avec d'autres espèces de prédateurs comme les éperviers shikra, les éperviers minules, les éperviers menus (Accipiter rufiventris), mais pas avec les autours noirs (Accipiter melanoleucus).

Les éperviers de l'Ovampo sont à la fois sédentaires et nomadiques, ils peuvent même être migrateurs. Certains oiseaux d'Afrique du Sud sont résidents pendant toute l'année mais la plupart errent en direction du nord. D'autres, bien que les raisons ne soient pas connues, migrent en franchissant assez régulièrement l'Equateur. En Afrique Orientale, une grande majorité des individus sont erratiques. Les populations qu'on trouve en Afrique Occidentale semblent être des non-nicheurs qui visitent la région de juin à octobre pendant la saison des pluies.

Alimentation mode et régime

Les éperviers de l'Ovampo chassent principalement de petits oiseaux, mais aussi parfois des insectes volants. Les mâles capturent surtout des petits passereaux alors que les femelles qui sont plus corpulentes et plus fortes sont capables d'attraper des oiseaux de la taille des tourterelles. Les victimes les plus courantes sont les guêpiers, les huppes fasciées et les pics. Les mâles chosissent des proies qui varient de 10 à 60 grammes, les femelles peuvent aller jusqu'à 250 grammes, ce qui est parfois supérieur à leur masse corporelle.

Les éperviers de l'Ovampo chassent parfois à l'affût à partir d'un perchoir. Ce dernier peut être bien dissimulé ou placé dans une zone ouverte bien en évidence. Dans ce cas, ils jaillissent du feuillage et il saisissent leur proie en vol. Cependant, de façon plus caractéristique, ces éperviers traquent leurs victimes en survolant les zones boisées et les prairies adjacentes qui constituent leur territoire. Ils s'en prennent indiféremment aux oiseaux qui volent en solitaire ou en bandes. Souvent, ils planent haut dans le ciel et ils effectuent un plongeon d'au moins 150 mètres pour saisir leur proie.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule d'août-septembre à décembre en Afrique du Sud. Elle a lieu en mai et en septembre au Kenya. Pour les autres régions, on ne possède pas de renseignements. Le nid est une structure modeste construite avec des fines brindilles. Il mesure 35 à 50 centimètres de diamètre et 15 à 20 centimètres de profondeur. La coupe intérieure est garnie avec des brindilles encore plus fines ou ocasionnellement avec des morceaux d'écorce et des feuilles sèches ou vertes. Le nid est placé entre 10 et 20 mètres au-dessus du sol, habituellement sur la fourche principale de l'arbre juste en-dessous de la canopée. Les éperviers de l'Ovampo choisissent toujours un grand arbre, la plupart du temps un peuplier, un eucalyptus ou un pin en Afrique du Sud. La ponte comprend généralement 3 œufs qui sont couvés pendant 33 à 36 jours. Les oisillons séjournent au nid pendant près de 33 jours avant de prendre leur envol.

Distribution

Les éperviers de l'Ovampo sont originaires du continent africain au sud du Sahara. Leur aire de distribution est très morcelée. Ils sont très peu connus et à vrai dire assez mystérieux en Sénégambie, en Afrique Occidentale de la Sierra Leone au Togo, en Afrique Equatoriale du Nigeria à la République Centrafricaine ainsi qu'au Kenya. Ils sont plus connus dans leur bastion principal qui est situé plutôt au sud du continent, de l'Angola, du sud du Zaïre et du Mozambique jusqu'au sud du Botswana, au Swaziland et au nord de l'Afrique du Sud. Les éperviers de l'Ovampo sont considérés comme monotypiques : malgré leur vaste territoire, ils ne sont pas divisés en sous-espèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les éperviers de l'Ovampo sont généralement considérés comme des oiseaux rares, excepté en Afrique du Sud où ils se sont parfaitement adaptés aux plantations exotiques et aux terres cultivées. De ce fait, ils y sont souvent plus communs que les autres espèces du genre Accipiter. Dans ce pays, les densités les plus faibles sont estimées à 1 ou 2 couples tous les 350 kilomètres carrés. Même avec le taux le plus bas, on arrive à une population globale de plusieurs dizaines de milliers d'individus, étant donné que la totalité de son aire connue de nidification est estimée à 3,5 million de kilomètres carrés. Leur avenir semble serein car, s'ils continuent à s'adapter aux habitats façonnés par les humains, il est probable qu'ils colonisent de nouvelles terres dans un avenir proche. Les éperviers de l'Ovampo ne bénéficient, à notre connaissance, d'aucune mesure de protection. Ils sont classés comme " ne posant pas de problème majeur".

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 07/05/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net