Étourneau à ailes noires

Acridotheres melanopterus - Black-winged Starling

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Sturnidés

  • Genre
    :

    Acridotheres

  • Espèce
    :

    melanopterus

Descripteur

Daudin, 1800

Biométrie
  • Taille
    : 23 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes de la race nominale, la tête, le manteau, le dos, les couvertures alaires, la poitrine, le ventre et les sous caudales forment un bel ensemble blanc. La tête est parfois infiltrée de plumes ocres. Les plumes qui ornent le front, le capuchon et la nuque sont bouclées, celles de la nuque sont particulièrement allongées formant une sorte de huppe. Les primaires sont noires avec un léger lustre vert-bronze mais leur base ainsi que les couvertures primaires sont blanches. Les secondaires et l'alula sont noirs. La queue est également noire mais les pointes sont de plus en plus blanches au fur et à mesure que l'on s'approche des rectrices externes. Le bec et les pattes sont jaunes, l'iris brun foncé. La peau nue qui entoure l'orbite est également jaunâtre, formant un triangle bien visible en arrière de l'œil.
Chez les immatures, les plumes du front et du dessus de la tête sont gris-brun. Le menton et les joues sont blanc sale. Le manteau et les couvertures médianes sont gris-brun avec des bordures chamois, donnant à cette partie un aspect moucheté. Les primaires et les couvertures primaires affichent les mêmes motifs que ceux des adultes. La poitrine, le ventre, le bas du dos et le croupion sont blancs. Les autres sous-espèces se distinguent de la race nominale par la nuance de gris qui orne les parties supérieures, du manteau jusqu'au croupion.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Acridotheres melanopterus melanopterus (Java. except se.)
  • Acridotheres melanopterus tricolor (se Java)
  • Acridotheres melanopterus tertius (Bali and Lombok)

Noms étrangers

  • Black-winged Starling,
  • Miná alinegro,
  • Estorninho-de-asa-negra,
  • Schwarzflügelstar,
  • feketeszárnyú seregély,
  • Zwartvleugelspreeuw,
  • Storno alinere,
  • Svartvingad stare,
  • Svartvingestær,
  • škorec čiernokrídly,
  • majna černokřídlá,
  • Sortvinget Stær,
  • jaavankottarainen,
  • minà alanegre,
  • majna czarnoskrzydła,
  • Чернокрылый скворец,
  • Jalak putih,
  • ソデグロムクドリ,
  • 黑翅椋鸟,
  • 黑翅椋鳥,

Voix chant et cris

Le répertoire est surtout composé de notes rudes et grinçantes, ainsi que de sifflements rauques. Les cris sont également décrits comme puissants et variés, d'une qualité assez semblable à ceux du Martin triste et du martin à ventre blanc qui appartiennent aussi au genre Acridotheres. Ils comprennent des "cha cha cha" répétés, chaque note étant infléchie vers le bas. Les autres cris les plus courants sont des "tok" ou "chok" gutturaux, des "kaar kaar" rudes ou des "kree" prolongés et rauques. On peut aussi entendre des sifflements et des cris stridents. A l'envol, ces oiseaux produisent un "tsoowee" suivi d'un "kaar" qui sert alors de cri d'alarme. Au début de la saison de reproduction, le chant des mâles est souvent stimulé par la présence des femelles qui leur répondent.

Habitat

Les étourneaux à ailes noires fréquentent principalement les zones cultivées, les fermes spécialisées dans l'arboriculture, les friches, les pelouses herbeuses et les savanes ouvertes. Ils se tiennent à distance des jardins. D'après Mees, à Java ces oiseaux ne sont pas rares le long des côtes alors qu'ils ont une répartition plus clairsemée à l'intérieur des terres. A Bali, ils sont communs ou répandus jusqu'à 1200 mètres et on les trouve surtout à basse et à moyenne altitude dans les terres agricoles proches de la péninsule méridionale. Au fil des ans, le développement de leur aire de distribution a coïncidé avec l'augmentation des surfaces cultivées. Conséquence de cette progression, au nord de l'île, leur territoire s'intègre désormais à l'intérieur de celui de l'étourneau de Rothschild.

Comportement traits de caractère

Les étourneaux à ailes noires nichent en colonies. A Bali, la plupart du temps, on peut les observer en solitaire ou en couples, mais des groupes de 3 à 10 individus sont également visibles. Exceptionnellement des bandes contenant près de 50 oiseaux peuvent se regrouper dans les grands arbres qui leur servent de dortoir commun. Comme leurs aires se superposent à présent, ils s'associent volontiers avec les étourneaux de Rothschild.

L'observation d'oiseaux en captivité a permis de décrire avec précision certaines parades. Entre 2 chants, le mâle adopte une posture rigide, gonfle les plumes de son ventre et de ses flancs, déploie sa queue en éventail, hérisse les plumes de sa huppe et baisse à plusieurs reprises la tête jusqu'à ce que son bec touche son abdomen. Ces rituels sont accompagnés de chants en sourdine. A Singapour, les "toks" alternent souvent avec des salutations de la tête, les plumes de la tête et des joues étant ébouriffées. Lorsqu'ils sont perchés, les membres du couple se lissent mutuellement les plumes, se tiennent très proches l'un de l'autre au point que leur bec effleure parfois la poitrine du partenaire. Ces parades sont reprises et parfois amplifiées lors des rassemblements qui précèdent le retour vers les lieux de repos. Elles ont sans doute pour but de resserrer les lieux conjugaux avant l'immersion dans le grand groupe.

Alimentation mode et régime

A Singapour, les étourneaux à ailes noires sont surtout considérés comme arboricoles, ce qui ne les empêche pas de passer un long moment sur le sol où ils recueillent des fruits tombés et des insectes. Ces aliments peuvent être également prélevés dans les arbres et dans les buissons. Lorsqu'ils sont à terre, ces étourneaux picorent dans la végétation ou se propulsent rapidement en avant pour capturer les proies les plus mobiles. Dans les arbres, ils collectent du nectar, des fruits et des insectes qu'ils glanent sur les feuilles. A Bali et à Java, les étourneaux se repaissent de fruits mûrs qu'ils trouvent sur les ronces. Dans les zones où ils sont associés avec les étourneaux de Rothschild, ils consomment à peu près les mêmes aliments qu'eux.

Reproduction nidification

Les étourneaux à ailes noires sont des oiseaux cavernicoles : ils nichent dans les fissures des rochers ou dans les cavités naturelles d'acacias. Le nid en lui-même n'a jamais été décrit. Les œufs sont bleu clair sans taches et mesure en moyenne 27 millimètres sur 19,5. Les pontes comprennent habituellement 2 ou 3 œufs. La saison de nidification se déroule de mars à juin dans l'ouest de Java, en juin dans l'est de Bali et en février dans le reste de cette île. On ne possède pas de renseignements concernant la durée d'incubation et le soin parental.

Distribution

Les étourneaux à ailes noires vivent à Java, à Bali et à Lombok. Ils sont sédentaires dans les 2 premières mais uniquement visiteurs occasionnels ou migrateurs locaux dans la dernière. Une population nicheuse, issue vraisemblablement d'oiseaux captifs, vit également à Singapour. 3 sous-espèces sont officiellement reconnues : A.m. melanopterus (tout Java, excepté la péninsule sud-est de l'île) - A.m. tricolor (éeninsule sud-est de Java) - A.m. tertius (Bali et occasionnellement Lombok).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les étourneaux à ailes noires sont relativement courants à Bali et à Java. ils sont donc commercialisés comme oiseaux de cage et parfois même exportés en Grande-Bretagne. Ces oiseaux exercent sans doute une concurrence sévère sur les étourneaux de Rothschild car ils occupent la même niche écologique qu'eux. Comme ces derniers sont gravement menacés, des informations supplémentaires sont nécessaires sur leurs différentes relations afin de parvenir à les protéger efficacement.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Étourneau à ailes noiresFiche créée le 20/09/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net