Euplecte ignicolore

Euplectes orix - Southern Red Bishop

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Plocéidés

  • Genre
    :

    Euplectes

  • Espèce
    :

    orix

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 17 à 30 g
Longévité

5 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Cet oiseau présente deux phases de plumage : en plumage éclipse, le mâle et la femelle se ressemblent étrangement dans leur livrée brune mouchetée de noir sur la tête et le reste du corps. Au dessus de chaque oeil, la face porte un long sourcil jaune pâle qui est largement plus prononcé chez le mâle. Le bec de couleur corne présente une légère nuance noire qui dure tout au long de l'année chez le mâle. Ce dernier est un peu plus grand que la femelle et ses pattes sont souvent plus fortes. En plumage nuptial, la femelle reste absolument inchangée alors que le mâle subit ce qu'il est convenu d'appeler une métamorphose complète. La poitrine ainsi que la zone qui avoisine le bec et les yeux deviennent noir foncé. Le masque facial particulièrement développé, couvre les lores, les joues, les couvertures auriculaires et le menton. Il s'étend assez haut sur le front. Le capuchon, les parties supérieures (manteau, dos, croupion et la queue) forment un vaste ensemble qui varie de l'orange au rouge écarlate. La zone qui se situe entre la face et la poitrine noire est occupée par une large collier fourni orange ou rouge brillant. Les ailes affichent une teinte brunâtre qui s'intègre dans la partie rouge adjacente du dos. A cette époque de l'année, la circonférence et l'étendue des plumes s'accroissent si bien que l'oiseau paraît plus volumineux. Les juvéniles ressemblent aux femelles. Les jeunes mâles ont une plus grosse tête et des tarses plus épais. Ils mettent près de deux ans pour acquérir leur plumage variable et ils conservent donc leur plumage brun terne jusqu'à la fin de leur seconde saison.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Southern Red Bishop,
  • Obispo rojo,
  • Cardeal-tecelão-vermelho,
  • Oryxweber,
  • Orix-szövőmadár,
  • Grenadierwever,
  • Vescovo rosso,
  • Eldvävare,
  • Rødbisp,
  • tkáčik plavokrídly,
  • snovač kaferský,
  • Oryxvæver,
  • punapiispa,
  • Rooivink,
  • bisbe vermell meridional,
  • wikłacz ognisty,
  • Огненный бархатный ткач,
  • オオキンランチョウ,
  • 红巧织雀,
  • 紅寡婦鳥,

Voix chant et cris

Le cri de l'euplecte ignicolore est un 'chiz-chiz' rauque. Pendant la parade nuptiale, les mâles émettent un chant varié pas très différent de celui des tisserins, mais plus geignard, plus poussif, et composé de notes plus aiguës.

Habitat

L'euplecte ignicolore est surtout un oiseau des marécages ou des prairies à hautes herbes que l'on trouve presque toujours à proximité des points d'eau. Les autres catégories d'habitat qui bénéficient d'un fort taux d'occupation sont les zones défrichées pour la culture. Cette espèce niche dans les roselières, rarement dans d'autres sortes de végétation. Elle habite plutôt les régions basses quoiqu'en Afrique Orientale, au Kenya et en Tanzanie, elle occupe des régions situées entre 600 et 1500 mètres, et au Lesotho des vallées jusqu'à 2500 mètres . L'euplecte ignicolore est endémique de l'Afrique, au sud du Sahara. Cet oiseau est commun en Afrique du Sud, au Lesotho et au Swaziland. Son aire de distribution s'étend vers le nord en direction de du Zimbabwe, du Botswana et de la Namibie. On le trouve également dans le sud du Mozambique, en Angola, en Zambie et dans le sud du Zaïre, dans l'est du Kenya et le sud de l'Ouganda. A partir du centre du Kenya, du nord de l'Ouganda et dans toute l'Afrique Occidentale, l'espèce est remplacée pour une sous-espèce proche , l'Euplecte franciscain.

Comportement traits de caractère

Pendant la saison des nids, l'euplecte ignicolore est une espèce grégaire qui vit en bandes composées d'un certains nombre de mâles accompagnés de leurs femelles à l'aspect monotone. En dehors de la période de reproduction, la livrée des mâles devient assez semblable à celle des femelles et ils forment alors des troupes mixtes plus importantes également composées d'autres espèces de granivores et de moineaux. Le mâle possède un instinct territorial très prononcé. Le nid établit une zone que nul autre oiseau ne peut pénétrer sous peine de mort. Une ligne de nids constitue une frontière que nul autre mâle euplecte n'est autorisé à franchir. Les autres oiseaux y sont modérément tolérés dans la mesure où ils respectent la zone d'exclusion du nid. La danse d'accouplement revêt une grande intensité dramatique. Elle s'effectue très tôt le matin. Le mâle gonfle ses plumes jusqu'à ce qu'il atteigne les dimensions d'une grosse boule rouge, tout en agitant énergiquement ses ailes. Il 'flotte' dans les airs à une hauteur d'environ deux mètres devant la femelle qui est perchée ou non, poussant de sauvages cris d'intimidation. Il donne l'impression d'un oiseau de grande envergure positionné pour l'assaut. L'euplecte ignicolore est un oiseau majoritairement sédentaire. Cependant, bien qu'il fréquente toujours les même sites de nidification, il peut être sujet, en dehors de la saison, à des déplacements qui n'excèdent généralement pas les 200 kilomètres.

Alimentation mode et régime

Cet oiseau est principalement végétarien et il se nourrit surtout de graines mais pendant la saison de reproduction, il est fortement insectivore. L'euplecte ignicolore recherche sa nourriture en larges bandes. Sa fâcheuse habitude de procéder à des raids dévastateurs dans les cultures l'a amené à être en conflit avec les intérêts agricoles. Il est considéré comme une véritable peste et ne bénéficie de ce fait d'aucune mesure de protection. On n'a pas identifié l'élément nutritif responsable de sa belle coloration dans la nature. En tout cas, les oiseaux captifs n'en bénéficient pas et leurs couleurs sont nettement plus ternes, orange ou jaunâtres.

Reproduction nidification

La saison de reproduction intervient de juillet à décembre dans le sud-ouest de la province du Cap, plus tard ailleurs. Les mâles sont polygames, certains pouvant avoir plusieurs dizaines de partenaires. Plusieurs mâles nichent habituellement en colonies à grande proximité. Ces dernières sont souvent situées dans des roselières baignant dans l'eau. Les nids, assez semblables à ceux des tisserins, sont suspendus entre deux ou trois tiges de roseaux.
La principale qualité des euplectes est leur grande habileté à construire les nids. En effet, tous les plocéidés d'Afrique bâtissent des nids en forme de coupe profonde dont le tissage forme une réseau dense et inextricable. Ces derniers sont juste assez larges pour contenir un adulte mais suffisamment profonds pour abriter une femelle et sa progéniture. Le nid contient souvent plus d'un chambre et une entrée latérale proche du sommet. Le mâle peut le construire en plusieurs étapes successives avant de parvenir à sa finition et il peut revenir ultérieurement pour y apporter des aménagements. Les nids d'euplectes sont si robustes et si facilement défendables que bien d'autres oiseaux préfèrent les 'squatter' que de construire leur propre nid. Les euplectes ignicolores tissent continuellement pendant la période de reproduction et hors saison, construisant autant de nids qu'il y a d'espace disponible pour en bâtir. Les femelles ne prennent aucune part à leur élaboration et ne sélectionnent leur partenaire que lorsque ce dernier est capable de présenter un large éventail de nids à disposition. D'autres critères sont importants pour la construction du nid. Les euplectes ne sélectionnent que des herbes et des brindilles vertes. Le nids qui jaunissent ou qui s'assèchent avant leur finition sont systématiquement évités par les femelles et ils sont de ce fait rapidement abandonnés.
Dès qu'un mâle possède suffisamment de nids, il choisit à l'intérieur de son harem ou de sa cour une femelle qui passe à proximité et lui fait faire une visite guidée de l'ensemble de ses propriétés. Si une des constructions lui convient, elle s'y installe et elle y apporte quelques aménagement intérieurs pour son confort personnel. Si aucun nid ne correspond à ses goûts, le mâle la reconduit hors de son territoire et entreprend de nouvelles démarches auprès d'une nouvelle partenaire. La qualité du nid est une critère essentiel de séduction et les mâles bâtisseurs les plus industrieux sont ceux qui obtiennent en général le plus de succès. Cependant, l'impression générale qui demeure, c'est que le nombre d'accouplements est peu élevé proportionnellement à la grande activité de construction qui les précède. La femelle pond 3 à 5 oeufs blancs. Une fois qu'un nid est établi, le mâle ne prend aucune part à l'éducation et au nourrisage des jeunes mais, occasionnellement, il participe à l'alimentation des oisillons qui ont quitté le nid. Après l'envol qui intervient environ 25 jours après l'éclosion, ces derniers ne reviennent pas au nid, ils quittent le territoire du mâle dès qu'ils sont indépendants.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 06/05/2006 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net